Bienvenue!

Le blog est en construction…

 

CORA est un carnet ouvert de recherche qui propose à la discussion des réflexions transdisciplinaires relatives à l’agroécologie. Porté par des doctorant-e-s, il est ouvert à toute personne souhaitant y contribuer au travers de “posts”, de commentaires ou de partages de données. La présentation de travaux de recherche et leur discussion collective tend à la construction de savoirs disponibles pour tous et potentiellement élaborés par tous. L’autre volet de ce blog est de réfléchir aux recherches menées en elles-mêmes. Il s’agit en effet d’interroger la construction scientifique relative à l’agroécologie, à la fois dans les labos mais aussi à l’échelle des chercheurs eux-mêmes et ce, afin de questionner la place et le rôle du chercheur au sein de la société.

L’agroécologie peut se définir à la fois comme une science, un ensemble de pratiques, et des mouvements sociaux. Cet objet d’étude est en évolution et recomposition en fonction des espaces où il est mobilisé, et des acteurs qui se l’approprient, et participent ainsi à en refaçonner le sens. Son appartenance à plusieurs arènes (militantes, scientifiques, politiques) font de l’agroécologie un objet qui, pour être bien saisi, doit être étudié dans un cadre pluridisciplinaire. Les doctorantes initiant ce projet sont néanmoins toutes issues des SHS : sociologie, anthropologie, sciences politiques. C’est pourquoi nous lançons un appel à contribution ouvert à toutes les disciplines, pour étudier les évolutions et les concrétisations d’une agroécologie multiple. Si nous parvenons à les intéresser, des acteurs externes au monde de la recherche pourraient également partager ici leurs travaux.

Ce blog sur l’agroécologie
sous forme de carnet ouvert
cherche donc à :

– Présenter des retours de terrains de recherche sur l’agroécologie. Il s’agira par exemple de réfléchir à son appropriation, sa diffusion ou son institutionnalisation (en France et en Amérique Latine principalement).

– Analyser les recherches en elles-mêmes ainsi que les chercheurs dont l’objet d’étude serait l’agroécologie. Cette démarche s’inscrit dans une volonté de réflexivité et de questionnement de la place du chercheur face à son objet d’étude ou plus largement au sein de la société.

– Construire des savoirs de manière collective, interactive et transparente. Sont ainsi encouragées les contributions extérieures (rédaction ou commentaire d’articles, partage de données, etc.) afin d’enrichir et de diffuser des savoirs disponibles pour tous, nourris par la multiplicité des points de vues et la richesses des débats entourant l’objet mouvant qu’est l’agroécologie.

Enregistrer