Naissance et gestation de l’agro-écologie ministérielle

Comment est arrivé le concept d’« agro-écologie » (avec un tiret) au ministère français de l’agriculture? Depuis fin 2012, le « projet agro-écologique pour la France » articule un ensemble de politiques publiques, instruments de communication et dispositifs législatifs. Or, le terme semble à priori totalement nouveau au ministère, et renvoie à un concept largement associé aux mouvements sociaux.

Pour rappel, le concept a circulé depuis plus de trente ans au niveau international au sein d’une recherche « militante », associée au monde des ONG et du développement agricole (wezel et al, 2009). En France, un archipel d’associations et de mouvements sociaux contribuent à la diffusion du concept (Bellon et Ollivier, 2011, voir leur travail de cartographie de l’AE en France), qui est également investi à la marge par un pan de la recherche agronomique.  De manière récente, l’AE est devenu un champ de la recherche officiellement traité par les sciences agronomiques françaises, puisque l’AE est devenue l’un des deux chantiers de recherches prioritaires de l’Inra pour la période 2010-2020, et que le concept circule depuis plus trente ans dans le champ de la recherche internationale (wezel et al, 2009)

La diffusion de concepts circulant internationalement comme le développement durable a mené à des appropriations diverses voire asymétriques (Villalba et al, 2009).   Avant de s’intéresser à comment le concept d’agroécologie est approprié  par le ministère (d’avantage ici), il s’agit de revenir sur la trajectoire de sélection du terme.  

1. Récit officiel de la naissance de « l’agro-écologie »

Acte de naissance

Selon la communication officielle, l’AE a un double acte de naissance :

  • institutionnel : le mot est employé pour la première fois publiquement lors d’une conférence nationale intitulée « Agricultures, produisons autrement » organisée au Conseil économique, social et environnemental (CESE), à Paris, le 18 décembre 2012. L’objectif présenté est de « faire de la France le leader de l’AE en Europe »
  • réglementaire : l’AE est définie par la loi d’avenir sur l’agriculture, l’alimentation et la forêt (LAAF), définitivement adoptée le 13 octobre 2013.
Le Foll géniteur

Cette naissance renvoie au contexte politique de la nomination de Stéphane Le Foll au ministère de l’agriculture, suite à l’élection de François Hollande en juin 2012.  Davantage que l’œuvre d’un ministère, les discours mettent en avant le projet de Le Foll, figure du décideur héroïque:

  • Grâce à sa connaissance, éprouvée de longue date, des mondes agricoles, et à son ambition réformatrice :

    « Il connait très bien les mondes agricoles depuis qu’il est tout petit ! Il a fait des études agro-alimentaires,  au PS c’est ça qu’il suivait. Donc à un moment donné il a voulu, voir comment on pouvait rendre l’agriculture plus durable, c’était ça son objectif ». Directeur scientifique agriculture de l’Inra

  • Grâce à sa capacité à se nourrir des expériences de terrain, à s’inspirer des « pionniers », en allant au-delà des propositions issues du seul secteur scientifique

    « Il faisait son petit tour de France,  « j’ai vu des agriculteurs qui font ça ça ça, c’est incroyable », vraiment c’était lui qui allait, qui a mis à l’agenda, c’est pas des chercheurs de l’Inra ». Directeur de cabinet de Stéphane Le Foll

La « double performance économique et environnementale »

Cette focalisation univoque des discours sur le rôle de Stéphane Le Foll tend à occulter et invisibiliser le processus de sélection de  l’agro-écologie. Etudier plus en détail des archives des documents de communication révèle par exemple qu’avant de parler d’agro-écologie, la première terminologie utilisée était celle de « double performance économique et environnementale ».

[Discussion]

Comment est-on passé d’un projet de « double performance économique et environnementale » à un cadrage spécifique autour de l’agro-écologie ?

2. Retour sur le processus de sélection de l’agro-écologie 

Revenir sur la trajectoire personnelle du futur ministre permet de mieux comprendre les origines du projet de réforme, qui s’est décliné d’abord autour de la double performance, puis de l’agro-écologie. Cela mène à revenir sur la circulation d’une batterie de concepts d’une certaine idée de réforme de l’agriculture.

Think thank et autres lieux de socialisation 

Stéphane Le foll, eurodéputé et membre au parlement européen de la commission de l’agriculture et des affaires rurales, lance en 2006 avec Edgar Pisani, ancien ministre de l’agriculture sous De Gaulle, le groupe Saint Germain. Le groupe fait office de Think thank, menant des réflexions sur la PAC, favorisant les rencontres, échanges et circulations d’idées diverses. S’y retrouvent notamment responsables syndicaux, hauts fonctionnaires, agronomes, sociologues multi-positionnés…

Les précédents : circulation de concepts d’intensification écologique

L’intensification écologique repose sur une idée de synthèse entre impératifs de productivité et de préservation de l’environnement. Portée en France notamment par l’agronome Michel Griffon depuis le début des années 2000, le concept s’inscrit dans une trajectoire de continuité avec la « révolution doublement verte » du scientifique britannique Conway proposant elle-aussi de répondre à la tâche de nourrir les hommes tout en préservant l’environnement.  L’idée est notamment d’utiliser les fonctionnalités naturelles et les processus biologiques et écologiques des écosystèmes de manière intensive,afin de produire sans utiliser d’intrants en maintenant des niveaux élevés de rendements (Griffon, 2006).  Le concept est publicisé au sein de l’Association pour l’agriculture écologiquement intensive, créée sous l’impulsion de Michel Griffon, et relayé notamment au sein du groupe Saint Germain

« Le terme d’agro-écologie n’était pas présent au début. C’était le terme d’agriculture écologiquement intensive, qui venait de Michel Griffon, venu plusieurs fois au groupe Saint Germain ».  Bertrand Hervieu, sociologue, Vice-président du CGAAER

Dans la même veine, l’agriculture de conservation est également présentée comme une proposition concrète permettant de résoudre les problèmes de compétitivité et d’externalités négatives de l’agriculture.

« On parle aussi, et là c’est très important, c’est plus agronomique, c’est moins politique, d’agriculture de conservation et les techniques minimales et les techniques simplifiées de conservation des sols etc.,.  Alors il le fait pas [S. Le Foll]simplement sur une base théorique idéologique ou politique, mais aussi parce qu’il a beaucoup fréquenté des agriculteurs engagés dans ces techniques de conservation des sols ». Directeur de cabinet de Stéphane Le Foll

[Discussion] A quoi correspondent les Techniques sans labour ?

« Les TSL recouvrent une grande diversité de pratiques techniques, habituellement agrégées en deux grandes « familles »: les techniques culturales simplifiées (TCS) et le semis direct (SD). Les premières consistent à remplacer le labour par des opérations de travail du sol superficiel, sans retourner les horizons pédologiques comme le ferait un labour. La seconde consiste à ne réaliser aucun travail du sol, même superficiel, en se contentant de réaliser un semis permettant d’implanter directement, comme son nom l’indique, les graines des cultures dans le sol. » (Goulet et Vinck, 2012 : 199).

Une certaine vision de l’agriculture

Si l’on met surtout en avant les dimensions techniques de l’intensification écologique (ou de l’agriculture de conservation, qui pourrait être interprétée comme l’une des déclinaisons possibles de l’intensification écologique), elle est également porteuse d’un projet politique pour l’agriculture.  Les travaux de Frédéric Goulet (2012), ont montré comment les promoteurs de l’agriculture écologiquement intensive ou de l’agriculture de conservation ont su fédérer autour d’eux un large panel d’acteurs, y compris ceux associés à des modèle d’agriculture dominants, notamment par la mise en avant d’impératifs de productivité ou la prise de distance critique vis-à-vis de l’agriculture biologique. Les discours entretenant des approches plus « agronomiques », « techniques », ou « pratiques », ou la valorisation de ces concepts s’appuyant sur des « systèmes complexes », ont aussi participé à invisibiliser certaines de leurs caractéristiques plus controversables. Notamment, l’utilisation d’intrants chimiques dans le cas de l’agriculture de conservation, ou encore les liens entre les collectifs de promoteurs de ces techniques et des firmes d’agrofourniture.

Il faut donc évoquer les précédents à l’agro-écologie ministérielle: ces concepts qui ont été donnés à connaitre à Stéphane Le Foll et un certain pan du monde agricole français, pour qui le Groupe Saint germain a dû être une instance d’échange parmi d’autres.

3. Le surgissement du mot comme bricolage communicationnel

Le retour sur les préalables à l’AE n’explique pas le surgissement du mot. Comme il n’existe pas d’explication officielle à cette apparition, nous proposons ici une lecture d’extraits d’entretiens, réalisés avec différents acteurs, qui apportent des éléments de compréhension:

Extrait 1: « Un jour, il [Le Foll] a décidé d’appeler ça agro-écologie, pour la petite histoire il est allé… il est de Dinan, il est Breton en fait, et il est allé à un truc dans le Finistère le week end, et il est allé à Rennes là ou il y a Griffon et l’agriculture écologiquement intensive. Et il s’est dit ça va pas passer parce qu’il y a « intensive« , ils ont changé de nom, voilà ».

 Extrait 2: « Il a dû en parler dans un premier temps à un conseil des ministres […] Notre ministre intervient pour dire qu’il a bien l’intention de faire bouger le secteur agricole, qu’il prépare un projet de loi d’avenir et que une de ses priorités c’est d’aller vers la double performance de l’agriculture et je crois qu’il parle à ce moment là d’agro-écologie. Il l’évoque pour une forme de paraphrase ou de synthèse, il dit « […] la France, on a moyen, si on se mobilise bien, avec nos pionniers, avec notre réseau de recherche agronomique, d’être un peu les pionniers de l’agro-écologie en Europe ». Et ça produit son petit effet forcément sur les autres ministres parce que c’est pas forcément connu… Lors du débrifieng je dis « Agro-écologie, tu l’as présenté plutôt en agro-écologie ou en agriculture écologiquement intensive ? » Il dit « c’est une contraction, c’est quand même plus simple à expliquer […] Il a bien vu le problème en fait,  on l’a bien vu tous les deux tout de suite. On… gagne en compréhension du public en simplicité du message, on prend un petit risque de crispation vis-à-vis des milieux professionnels et des syndicats, qui vivent très bien avec l’idée de la double performance économique et environnementale, et ils avaient pas trop moufté. Là quand ils vont entendre parler d’agro-écologie ça va être plus tendu… »

L’important n’est pas tant ici de s’assurer de la véracité des propos tenus par les acteurs. Deux analyses peuvent être tirées des discours des enquêtés:  tout d’abord, le bricolage dont résulte finalement la décision politique, dont toute la trajectoire antécédente – pas même la récente publicisation par l’Inra- ne semble pas être prise en compte par M. Le Foll. Ensuite, le motif du choix du mot, qui semble être tourné vers un impératif de compréhension pour le grand public. Les deux récits mettent également  en lumière la tension autour de la notion « d’intensification », qui est bien celle derrière laquelle se range le ministre.

Auteures: Clara Jolly, Jessica Thomas, Marie Aureille et Jeanne Pahun

Informations tirées du mémoire de master 2 de Clara Jolly

Bibliographie

Bellon S. et Ollivier G., 2011. L’agroécologie en France : une notion émergente entre radicalité utopique et verdissement des institutions. in Albaladejo C. (ed.), Séminaire « Actividad agropecuaria y desarrollo sustentable: que nuevos paradigmas para una agricultura “agroecologica”? », Buenos Aeres, 31/03-01/04/2011, pp. 27

Bellon Stéphane, Ollivier Guillaume, 2013. «Dynamiques paradigmatiques des agricultures écologisées dans les communautés scientifiques internationales», Natures Sciences Sociétés, Vol. 21: 166-181.

Goulet Frédéric, 2012 « La notion d’intensification écologique et son succès auprès d’un certain monde agricole français : une radiographie critique » Courrier de l’environnement de l’Inra, n°62, p.19-30

Goulet Frédéric et Vinck Dominique, 2012 « L’innovation par retrait. Contribution à une sociologie du détachement », Revue française de sociologie, N° 532, p. 195-224.

Bruno Villalba (dir.), 2009, Appropriations du développement durable. Emergences, diffusions, traductions, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion

Wezel A. et al., 2011, « Agroecology as a Science, a Movement and a Practice » dans Sustainable Agriculture Volume 2, s.l., Springer Netherlands, p. 27‑43.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *