Archives de catégorie : Terrains

A la recherche de l’agroécologie cubaine

Je suis partie à Cuba en février 2014 pour un stage de fin d’études. J’avais de bonnes raisons : le soleil, la salsa et … l’agroécologie. Google était unanime : à chaque recherche avec les mots-clés « Cuba » et « agriculture », je tombais sur une liste impressionnante d’articles enthousiastes. Cuba était le pays de l’agroécologie et de l’agriculture urbaine. Des photos bucoliques de paysans avec leurs grands chapeaux de paille, derrière une paire de bœufs et une charrue en bois, la terre rouge et la végétation verdoyante. La Via Campesina, l’IFOAM, Terre et Humanisme, mais aussi des universitaires et des journalistes, tous faisaient état de ce miracle, de cette conversion presque naturelle après la chute de l’URSS à une agriculture sans pétrole et sans intrant chimique.

Recherche sur google effectuée en janvier 2018

A La Havane, les premières personnes que je rencontrais étaient plus dubitatives. Les amis, les collègues parlait plutôt des pénuries récurrentes de produits frais sur les marchés et de bananes injectées de produits chimiques, juste avant la vente, pour les faire mûrir plus vite.. A Cuba, l’agriculture était perçue comme un travail pénible où l’on manque de moyens et que personne n’envie. Persuadée de n’avoir à faire qu’à des citadins atteints du syndrome universel du mépris de la campagne, je persévérais dans ma recherche.

En stage au siège local de la FAO à Cuba, je rencontrais des chercheurs cubains qui travaillaient (un peu) sur l’agroécologie et beaucoup sur les questions de genre ou de développement des coopératives. Je rencontrais aussi les chercheurs en charge de la Politique Nationale de l’Agriculture Urbaine où les intrants et produits phytosanitaires sont proscrits[1] et des membres d’ONG paraétatiques cubaines qui menaient des projets de développement sur l’agroécologie avec des fonds européens, suisses, canadiens ou australiens.: Articles scientifiques ou comptes rendus de projets : toutes ces personnes écrivaient sur l’agroécologie.  Ils accueillaient aussi de nombreux étrangers qui, comme moi, étaient venus en pèlerinage sur la terre du premier pays converti à l’agroécologie.

Je ne rencontrais pas de producteurs. Il faut dire qu’arriver jusqu’à eux est une épopée. Il faut demander des autorisations, ça prend (beaucoup) de temps, on ne sait jamais à qui il faut vraiment s’adresser, ni ce qu’il faut dire (ou pas) pour les obtenir…. On a peur et on culpabilise avant même d’avoir commencé…. Et les cubains font aussi tout pour t’en dissuader: demander des autorisations c’est déjà « meterse en problemas« , c’est attirer l’attention des autorités alors que la logique est de faire profil bas, ce sont beaucoup d’efforts à déployer probablement en vain.

Sept mois à vivre à Cuba avec peu d’argent (stage non payé) me donnaient un avant-goût du quotidien cubain. Je me posais des questions : alors que l’agroécologie s’articule autour de l’idée d’autonomisation des producteurs n’était-il pas paradoxal que la production agricole soit complétement encadrée ? L’Etat, le Parti, les organisations de masses comme l’ANAP (l’Association Nationale des Petits Agriculteurs) contrôlent l’ensemble des aspects de la production agricole… Les employés d’une ferme urbaine de l’Etat m’expliquaient par exemple qu’ils avaient fait une plantation en mandala selon les principes de la permaculture et que les inspecteurs de l’agriculture urbaine (la plus agroécologiques des politiques agricoles) leur avaient tout fait refaire car les directives disent que les plantations doivent être faites en lignes …

Je remarquais aussi progressivement que les exemples cités dans les articles et les documentaires étaient toujours les mêmes : cette ferme urbaine à Alamar, ce paysan charismatique de Sancti Spiritus ou cet agronome qui s’était lancé dans l’agriculture pour démontrer la faisabilité de sa thèse sur l’AE. L’agroécologie cubaine avait ses stars…elle avait aussi sa cohorte de commentateurs, cubains mais surtout étrangers. Si ces chercheurs et ces journalistes avaient autant de mal que moi à aller rencontrer des producteurs, et si, lorsqu’ils en faisaient la demande, on les envoyait toujours au même endroit : comment pouvaient-ils affirmer de manière unanime que Cuba était le pays de l’agroécologie ?

La « Finca Marta » de Fernando Funès, agronome et agriculteur, une des figures de proue de l’agroécologie à Cuba

Lors de mon deuxième voyage, sans demander de permissions à personne et grâce aux réseaux que j’avais forgés en suivant quelques séances d’un master d’Agriculture Urbaine à la Havane, je finis par arriver chez quelques producteurs, en zone urbaine ou périurbaine. Je rencontrais des permaculteurs qui cultivaient un peu mais consacraient surtout leur temps à des ateliers communautaires de sensibilisation à l’environnement, à la pratique du sports ou des arts. Des trois agriculteurs qui vivaient véritablement de leur production, deux avaient intégré des programmes d’agriculture urbaine par opportunisme, pour obtenir des moyens (des systèmes d’irrigation) et n’avaient pas véritablement développé de pratiques agroécologiques. Mon maigre échantillon n’était pas représentatif et je ne voulais pas tirer de conclusions hâtives de ces quelques rencontres.

Un organoponico (ferme urbaine) étatique près de la Place de la Révolution, La Havane

L’écriture de mon projet de thèse fut un cauchemar : tout le monde parlait des mêmes exemples, tout le monde citait les mêmes articles de Miguel Altieri et surtout Peter Rosset qui disait en 1994:  « The Cuban experiment is the largest attempt at conversion from conventional agriculture to organic or semi-organic farming in human history. We must watch alertly for the lessons we can learn from Cuban successes as well as from Cuban errors. And it behoves us to support this experiment which is so potentially important for all of us.”[2]

L’agroécologie ressemblait à un mirage très réel qui se dérobait sans cesse. Je voulais étudier l’agroécologie à Cuba, en faisant une vraie ethnographie de longue durée. Je voulais voir autre chose que ces stars, dont tout le monde parlait, et aller en zone rurale. Mais que faire si l’agroécologie n’existait pas au-delà de ces quelques exemples, où des projets de développement qui s’en revendiquaient ? J’arrivais tout de même à accoucher d’un projet de thèse et à le vendre… le sujet était exotique et faisait peut-être rêver le jury autant que moi, à l’heure du dégel entre Cuba et les Etats-Unis.

Je trouvais un lieu d’enquête, un projet de développement de l’agroécologie dans une zone montagneuse de Pinar del Rio qui existait depuis le début des années 2000. J’avais croisé des chercheurs qui participaient à ce projet dans plusieurs colloques et congrès à Cuba et à l’étranger. Leurs présentations étaient alléchantes : des banques de semences paysannes et de la sélection participative, des groupes d’innovation locale autour des pratiques agroécologiques, la constitution de mini-industries pour la conservation des aliments. Grâce aux divers contacts noués avec ces chercheurs, j’engageais peu à peu la procédure pour venir y faire mon terrain… jusqu’à mon arrivée à Cuba où je cessais d’avoir des nouvelles. Après de nombreuses tentatives, j’enclenchais le Plan B et obtenais une autorisation pour faire une ethnographie d’un an dans une autre municipalité.

Quatre mois plus tard, les chercheurs du projet agroécologique me répondirent (enfin). Ils m’invitaient à venir les voir et proposaient de me loger chez un couple de paysans, membres du projet qui avaient monté un projet d’agrotourisme et avaient l’autorisation, à ce titre, d’héberger des étrangers. Durant deux jours, mes hôtes me démontrèrent par tous les moyens possibles la richesse de l’agroécologie qu’ils pratiquaient tout en m’expliquant les projets touristiques qu’ils souhaitaient développer et les services qu’ils pouvaient offrir. J’étais, pour eux, comme l’ambassadrice du guide du routard qui après démonstration de leur exemplarité agroécologique allait leur envoyer des touristes friands de nature : « porque a los europeos, les gusta eso ». Ils étaient adorables et racontaient avec beaucoup de sincérité comment ce projet leur avait changé la vie, au gré des ateliers de formation, des voyages à l’étranger qu’ils avaient fait pour partager leur expérience et qui leur avait appris à donner de la valeur au petit coin de paradis qu’ils avaient. L’homme insistait sur la relation à la nature, sur les associations de plantes et leur diversité, les connaissances qu’il avait acquises : « antes no sabíamos nada » (avant on ne savait rien). Sa femme soulignait les évolutions au sein du couple, la remise en cause de la culture machiste et son émancipation progressive. A 50 ans, elle avait pris conscience qu’elle pouvait être autre chose qu’une femme au foyer et grâce au projet avait entrepris de développer la conservation des aliments, leur autonomie alimentaire et ce projet d’agrotourisme. Les deux chercheurs en charge du projet vinrent aussi me voir là où je logeais. Ils me firent l’historique du projet, rappelèrent à plusieurs reprises leur intérêt à travailler avec moi pour faire des publications à l’étranger tout en laissant entendre que je ne pourrais pas faire de terrain ici.

Les produits utilisés pour le traitement des orangers dans une des coopératives sur mon terrain

Je retournais sur mon terrain à 150 km de là. Ici, les grands projets de monocultures d’Etat des années 60 à 90 avaient fait des ravages. Les paysans qui subsistent où qui se sont relancés récemment dans l’agriculture de manière autonome sont plus intéressés par les prix de vente du quintal de haricot que par la transformation de leurs techniques agricoles. Ils font un mélange pragmatique de pratiques traditionnelles (quelques intercultures haricots/maïs, traction animale) et ont recours aux services de tracteurs, à l’usage d’engrais chimiques et de pesticides dès qu’ils le peuvent. Ils regrettent le faste des années 80 où l’agriculture cubaine était la plus mécanisée d’Amérique Latine avec 22 tracteurs/ha de terre arable contre 25 aux Etats-Unis[3]. Les dirigeants des coopératives et de l’ANAP (l’organisation de masse des petits agriculteurs que Peter Rosset prenait sans cesse en exemple pour parler d’agroécologie) ne mettent pas véritablement en place les fameuses formations « campesino a campesino » qui ont fait la renommée de cette organisation à l’international. Ils travaillent surtout à ce que les paysans remplissent leurs plans de production, ne commettent pas d’illégalités et se mobilisent pour les grandes messes révolutionnaires nationales. Du côté des coopératives de production travaillant sur les terres de l’Etat et des entreprises d’Etat, on cultive avec force tracteurs (tous nouveaux, cadeau de l’Entreprise Pétrolière du Venezuela) et intrants (du glyphosate et des produits de Bayer et Syngenta). Parfois, pour certaines maladies qui affectent les plantations fruitières, on a recours au « controle biologico » (biocontrôle). Un fertilisant foliaire « écologique » produit à Cuba à partir de résidus de la canne à sucre est aussi employé de temps en temps en substitution d’un fertilisant chimique lorsque ce dernier n’est pas disponible où que les finances sont serrées (il est beaucoup moins cher).

Traitement du maïs sur une parcelle de 50ha irriguée par pivot.

Quatre ans se sont écoulés depuis ma première arrivée à Cuba. J’y observe des îlots d’agroécologie autour de projets de développement ou du projet d’un agronome, star de l’agroécologie (et par ailleurs très sympathique). Ces personnes vivent de leurs productions, mais aussi de ces projets de développement, de leurs missions d’ambassadeurs de l’agroécologie ou de l’agrotourisme naissant. L’Etat Cubain permet l’existence de pratiques, de projets, de produits agroécologiques tout en poussant au redéveloppement d’une agriculture conventionnelle à grande échelle, car tous les moyens sont bons pour augmenter la production. De nombreux agriculteurs et cadres de l’agriculture rêve du retour de la mécanisation systématique, du développement industriel de l’agriculture… bref du « progrès ». D’autres paysans… mais surtout des chercheurs, des responsables de projets vivent du développement de ce modèle agricole alternatif.

Finalement, les choses ne sont pas si différentes en France, au Mexique, aux Etats-Unis… sauf peut-être qu’ici l’Etat a la main pour décider le changement, et ne le fait pas … Comme l’écrivait Fernando Funès en 2009 dans l’introduction du livre issu de sa thèse en agronomie : “Cuba a l’opportunité historique de mettre en place un modèle agroécologique à l’échelle nationale”[4].

Plusieurs questions subsistent : décrire cette réalité, casser le mythe de « Cuba pays l’agroécologie », est-ce tirer une balle dans le pied d’une alternative à laquelle on croit malgré tout ? Ou bien c’est le courage de la critique qui lui permettra d’avancer alors qu’une image trop belle n’amène que la déception et au doute profond : l’agroécologie existe-t-elle en dehors du fantasme de militants altermondialistes et d’universitaires ?

[1] Lineamientos de la Agricultura Urbana y Suburbana. Les zones urbaines sont les seules où l’usage des produits phytosanitaires est formellement interdit par le Ministère de l’Agriculture.

[2] Peter Rosset, Medea Benjamin, and others, The Greening of the Revolution: Cuba’s Experiment with Organic Agriculture. (Ocean Press, 1994), 82.

[3] Food and Agriculture Organisation, “L’Etat Mondial de L’alimentation et de L’agriculture 1991,” Collection FAO Agriculture, 1991, 212.

[4] Fernando R. Funes-Monzote, Agricultura Con Futuro: La Alternativa Agroecologica Para Cuba (Estacion Experimental Indio Hatuey, 2009), 8.

Quem roubou a bandeira da agroecologia ? Etat de l’agroécologie dans le Sertão brésilien

Par Sébastien Carcelle

Serranópolis de Minas (MG – Brésil)

Lorsqu’arrive le mois de juin, il est de coutume dans certaines régions du Brésil d’organiser des processions pour les fêtes votives des grands saints qui peuplent alors le calendrier : Saint Antoine de Padoue le 13, Saint Jean Baptiste le 24, Saint Pierre et Saint Paul le 29. Dans la zone semi-aride du nord de Minas Gerais, des familles de petits producteurs tentent de faire vivre cette tradition des festas juninhas pour continuer à réunir leurs proches et voisins. Le cœur de la cérémonie, qui se déroule sous un ciel étoilé, près d’un feu de joie, est la « remise » de la bannière (entregar a bandeira) à l’effigie du saint mis à l’honneur. Elle est ainsi transmise solennellement à la famille hôte des festivités, par le cortège de musiciens, avec à leur tête un ou plusieurs voleurs déguisés. En effet,  un an auparavant, lors de la même festa juninha, un « voleur » (ladrão) s’est chargé, au plus sombre de la nuit, de subtiliser cet objet de dévotion au sus de tous. Gardée secrètement pendant un an, elle est donc enfin rendue à ces « propriétaires », seules quelques familles « possédant » encore une bannière[1]. L’on va parfois jusqu’à mimer un faux procès pour accuser ou défendre les voleurs dans un simulacre de justice, avant que les masques tombent et que l’identité des joyeux coupables soient révélée sous les rires et quolibets. La bannière est alors dressée sur un mât coloré et sera de nouveau visible aux yeux de tous pendant quelques heures, symbole de la communauté rurale réunie, avant de disparaître pour un an, attisant les conversations et les spéculations sur les nouveaux fauteurs. C’est parfois une autre famille, généralement liée aux « voleurs », qui organisera la fête l’année suivante. Dans les municípios de Serranópolis, dans le nord de l’État de Minas Gerais où se déroule une partie de mon terrain de thèse, au pied de la Serra Geral, il y a eu encore cinq fêtes en 2017, là où l’on en comptait une vingtaine il y a quelques années. Parmi les agriculteurs qui font de la résistance culturelle, il y a surtout des familles qui se revendiquent de l’agroécologie, ou du moins qui sont catégorisées comme telles par les agronomes et techniciens, même si leurs pratiques culturales sont plutôt conventionnelles. Le Centro d’Agricultura Alternativa de Norte Minas[2] (CAA-NM), instance porte-drapeau dans la promotion de l’agroécologie dans la région, a d’ailleurs lui aussi tenu à organiser sa fête comme chaque année depuis 15 ans, même si la structure traverse un véritable naufrage comme toutes les autres ONG du pays[3]. De fait, en ce mois de juin 2017, on peut se demander, à l’instar des villageois du município de Serranópolis, et si tant est qu’elle existe réellement quelque part :  qui a volé la bannière de l’agroécologie ?

De prime abord et pour les agronomes militants de l’agroécologie, il semble que ce soit le gouvernement de Michel Têmer. Avec toutes les forces conservatrices du pays, dans une collusion des intérêts financiers internationaux et avec l’appui des grands médias, c’est lui qui a fomenté l’empeachment contre Dilma Roussef le 17 avril 2016 et qui maintient un climat d’instabilité politique et de délitement social. Dans la nuit de ce coup d’État institutionnel, sept ministères sont supprimés dont le MDA (Ministerio do Desenvolvimento Agrícolo), qui pilotait les politiques publiques de promotion de l’agroécologie initiées en 2012. Toutes les lignes de financement sont congelées, puis supprimées, mettant de facto en péril toutes les structures, telles que le CAA-NM, opératrices de ces politiques sur le terrain. Ainsi en quelques mois, le CAA-NM passe de 120 techniciens agricoles à une petite dizaine. Têmer serait-il donc le grand ladrão qui veut faire disparaître l’agroécologie ? Pour tous les acteurs de la société civile engagés au service de la justice, c’est le scénario évident, et l’on peut difficilement leur donner tort. Toutefois dans la réalité, les choses sont parfois un peu plus complexes et d’autres pistes méritent d’être explorées.

Au fait, qui est le propriétaire de cette bannière ? Ne seraient-ce pas ces agronomes dissidents justement, eux qui ont su faire de l’agroécologie un mouvement politique fort, l’étendard de la résistance aux grands lobbys et à la violence de l’agronegócio ? De fait, si l’agroécologie existe, il semble que ce soit avant tout dans les discours politiques, aussi bien dans les grands rassemblements tel que le grand Congrès Brésilien d’Agroécologie qui s’est tenu dans la capitale[4] que lors des formations pour les agriculteurs au fin fond du Sertão. Depuis leurs années de formation agronomique, dans les universités déjà, les étudiants qui choisissent une autre voie que celle dominante de l’agrobusiness constituent un corps social minoritaire, hétérodoxe, et en même temps très homogène, de militance. Sous les années de gouvernement du Partido dos Trabalhadores (PT), ils ont su faire de l’agroécologie une enseigne fédératrice, donnant une image plus moderne de l’agriculture familiale. Dans le contexte actuel de crise politique aigüe, l’agroéocologie parvient désormais à rassembler d’autres acteurs alternatifs, notamment urbains, autour de thèmes tels que la santé, l’alimentation, le féminisme, le mouvement LGBT… Mais on peut parfois se demander quelles pratiques, quels savoirs agricoles concrets les discours agroécologiques recouvrent en réalité. Le risque d’une réification sans objet est bien réel, sans rien enlever à la nécessité d’une telle utopie pour entrevoir un autre avenir pour les plus petits au Brésil. Le concept d’agroécologie, aux contours flous, permet avant tout de « visibiliser » de nombreuses initiatives de production locale, bien souvent traditionnelles, plus respectueuses de l’environnement.

Et qu’en disent les petits producteurs eux-mêmes qui, pour certains, font de l’agroécologie sans le savoir ? C’est peut-être eux les vrais « voleurs », au sens bon enfant du terme, cette année ? Alors que les organismes techniques sont en déroute, ils revendiquent leurs capacités d’autogestion, pour peu qu’on leur donne les moyens de s’organiser, afin de lutter pour le droit à la terre, maintenir la biodiversité et assurer une production de qualité, suffisante pour générer des revenus. De fait, ils aspirent à une autonomie plus grande, sortir de la coupe des techniciens et prendre leur destin en main dans la promotion de pratiques telles que la cueillette, ou de techniques alternatives comme l’homéopathie pour l’agriculture, l’usage des biofertilisants et des microorganismes efficients (M.E.), la constitution de banques de semences locales, etc. D’ailleurs, ils sont les vrais détenteurs de ces savoirs, échangés comme les graines à l’occasion d’une rencontre, que les techniciens et agronomes tentent de récolter et diffuser. Pour ces derniers, cette autonomisation est une vraie victoire, l’aboutissement de leur travail de formation politique et technique. Dans ce cas, l’agroécologie existe bien, sous forme encore fragmentaire, et l’on assiste à une « remise » de drapeau, qui change ainsi de propriétaire, du fait de la nouvelle donne économique et politique.

Belo Horizonte – 8 mars 2017

Au sein des petits producteurs, il est une catégorie qui s’approprie davantage l’agroécologie, ce sont les femmes, qui se structurent de mieux en mieux en mouvement social et revendiquent aujourd’hui : « Sem feminismo não ha agroecologia » (« Sans féminisme, il n’y a pas d’agroécologie »). Lors de la fête annuelle du CAA-NM, lorsque les masques tombent – en l’absence des techniciens non conviés pour la première fois – c’est bien un groupe de six femmes agricultrices du Sertão que l’on a découvert en possession de la bannière du Centre.

Quem roubou a bandeira da agroecologia ? L’enquête reste ouverte…

[1] Ce n’est pas tant la fabrication de la bannière qui pose difficulté que le coût d’organisation d’une telle fête pour la famille hôte.

[2] Voir le site du CAA-NM https://www.caa.org.br/

[3] Le détail du rituel de cette fête du CAA-NM est décrit par l’anthropologue brésilienne Mônica Nogueira, qui y a assisté en 2007 in M. NOGUEIRA, Gerais a dentro a fora: identidade e territorialidade entre Geraizeiros do Norte de Minas Gerais, coleção Mil Saberes, IEB Mil folhas, Brasília, 2017, pp. 198-203.

[4] Le CBA a réuni 6000 participants à Brasília en septembre 2017 dont 2 000 étudiants en agronomie.

Les remaniements d’un terrain

 De l’agroécologie aux politiques alimentaires : modification d’un objet d’étude

 En 2016, je commence ma thèse sur l’institutionnalisation en France de l’agroécologie à l’échelle régionale. Nous sommes alors en pleine mandature Le Foll au ministère de l’Agriculture et à l’affirmation de son plan sur l’agroécologie, définie comme une agriculture à triple performance : économique, sociale et environnementale. Assez rapidement, je choisis mes terrains d’étude selon des critères à la fois pratiques (pouvoir y loger notamment) et scientifiques (comparaison possible entre 3 régions agricoles : Bretagne, Grand Est et Occitanie).

Le problème est que dans ces régions (mais c’est aussi le cas ailleurs) l’agroécologie est un objet politique peu débattu ou encore moins promu par des instruments de politiques régionales spécifiques. Mais si l’agroécologie n’existe pas politiquement dans ces régions, elle doit tout de même être incarnée dans certaines pratiques agricoles d’agriculteurs de ces territoires. Il me suffirait donc de trancher sur le caractère agroécologique de telle ou telle pratique et de comptabiliser les soutiens (politiques et financiers) dont bénéficient les agriculteurs qui les mettent en œuvre. Facile.

Mais comment opérer ce choix ? Le plan national ne dresse pas deux colonnes « pratiques agroécologiques/pratiques non agroécologiques ». D’ailleurs, il prône plutôt des « démarches agroécologiques » allant vers un verdissement de l’agriculture, mais pas de pratiques en tant que telles. De plus, une part conséquente de l’argent des politiques agricoles régionales cible le soutien aux structures de conseil agricole et non pas directement les agriculteurs eux-mêmes. Est-ce que dès lors un soutien aux chambres d’agriculture peut être comptabilisé comme agroécologique ? Cela dépend sans doute de l’affectation en interne de ces fonds, mais les enveloppes budgétaires n’entrent pas dans ces détails… Tout se complique.

Afin d’approcher les politiques de l’agroécologie, je décide alors d’utiliser un proxy, c’est-à-dire d’étudier une autre politique régionale qui servirait de variable significative à la place du soutien politique local à l’agroécologie, tellement diffus qu’il m’apparaissait comme impossible à observer ou mesurer.

De manière assez empirique, j’avais remarqué dans ces régions d’études que de plus en plus de collectivités territoriales mettaient en place des projets politiques alimentaires dont les volets agricoles semblaient s’approcher des préceptes agroécologiques du ministère : relocalisation de l’agriculture, développement des circuits courts, etc. Et si en regardant le développement de ces politiques alimentaires (et la mise en œuvre de leurs instruments) je pouvais éclairer une facette de l’avancée politique de l’agroécologie en région ?

[6 mois plus tard]

De retour après mes enquêtes de terrain, mon objet d’étude s’est passablement complexifié : les politiques locales de l’alimentation portent en fait des projets agricoles tout à fait divers en matière d’actions publiques, de visions normatives, d’acteurs concernés, de partenaires impliqués, de budgets consacrés, etc. En revanche, d’un point de vue théorique, l’analyse de ces initiatives politiques locales semble se rattacher à tout un tas de controverses scientifiques actuelles sur lesquelles je pourrai m’appuyer dans ma thèse. Progressivement, c’est donc le caractère disruptif de l’alimentation, nouvel objet de politiques aricoles, que j’affirme comme mon objet d’étude central. En parallèle, le nouveau gouvernement issu des élections présidentielles de 2017 met en pause le plan de l’agroécologie gouvernementale et lance en grandes pompes les « États généraux de l’alimentation ».

Le glissement de mon sujet de thèse de l’agroécologie à l’alimentation, qui m’apparaissait en première année comme un élément chaotique de plus à l’arc de mon doctorat, semble au final plutôt bien tomber…

https://www.youtube.com/watch?v=_wji4Sr2IOg

Entretiens à la DGPE du ministère de l’agriculture – Raisonner la gouvernance du Projet Agroécologique pour la France

Je m’appuie sur quelques entretiens réalisés avec des concepteurs du Projet Agroécologique (PAE) travaillant à la DGPE[1], ainsi que sur une analyse des documents produits pour présenter le fonctionnement du PAE. Ces entretiens et cette étude documentaire s’inscrivent dans une approche d’analyse cognitive des politiques publiques (Muller, 2000). Il s’agit donc d’appréhender les cadres cognitifs et normatifs mobilisés par les concepteurs du PAE.

Concrètement, le terrain se résume à des entretiens menés avec des hauts fonctionnaires du ministère de l’agriculture, directeurs ou adjoints dans des services de la DGPE (5 entretiens) et au sein du Centre d’Etude et de Prospective (CPE) du ministère (2 entretiens).

Les questions de recherche initiales visaient principalement à enquêter dans deux directions :

  • Une première tentative consiste à interroger les valeurs, les concepts ou les rationalités sous-tendant certaines prises de décisions relatives à la promotion d’une vision de l’AE. Il s’agit de s’intéresser au cadrage des problèmes, des enjeux et des solutions identifiés pour le développement agricole, dans le contexte d’institutionnalisation de l’AE.
  • Dans un second temps, les interrogations portent davantage sur la traduction de ces valeurs, concepts et objectifs des décideurs, dans des instruments d’action publique.

L’objectif est donc de comprendre ce qui compte pour les décideurs, ce qu’ils essayent de faire dans leur activité de normalisation de l’AE, et éventuellement quelle AE leurs actions visent à faire émerger.

Les quelques éléments de résultat à présenter pourraient être de deux ordres :

  1. Les convergences des références conceptuelles des agents de l’Etat chargés de l’élaboration du PAE.
  2. Les logiques sous-tendant les instruments et leviers identifiés, mobilisés ou élaborés pour la promotion de l’AE.

 

  1. Les convergences des références conceptuelles :

Le discours officiel relatif à la transition agroécologique fait coïncider un affichage sur une gouvernance partenariale et concertée du PAE, avec la prise en charge par la puissance publique d’enjeux plus complexes, systémiques et contextualisés identifiés comme étant propres à la transition agroécologique. Les agents de l’Etat font référence aux concepts de « gouvernance » et de « participation », présentés comme particulièrement pertinents au regard de la nature des enjeux environnementaux et sociétaux, qu’il s’agit de gérer autrement. Nous analyserons l’articulation des concepts et des éléments rhétoriques qui construisent cette convergence entre des évolutions institutionnelles et la réponse aux enjeux propres à la transition écologique d’un secteur. Les entretiens montrent également que, pour voir advenir une transition agroécologique, l’acceptabilité sociale de changements profonds à opérer est une préoccupation de premier ordre pour les agents de l’Etat. Par conséquent, l’accent est mis sur la co-construction des politiques publiques. Nous formulons l’hypothèse que le discours historique sur la « cogestion » des politiques publiques entre l’Etat et la profession est renouvelé avec le tournant de la « modernisation écologique » et les références à la « co-construction des politiques publiques ». Au delà d’une cogestion « exclusive », parfois dénoncée pour son fonctionnement oligarchique, l’action gouvernementale entend retrouver une source de légitimité supplémentaire lorsqu’elle affiche l’évolution de cette cogestion, devenue une « gouvernance » plus « inclusive » et « non-normative » du développement agricole. Toujours de manière hypothétique, nous identifions une éventuelle convergence entre un référentiel global autour des expériences participatives dans la modernisation écologique et un référentiel sectoriel autour de l’AE.

En conclusion, on pourrait avancer qu’en mettant en avant une gouvernance plus participative et contextualisée, le MAAF élabore un récit sur la transition comme construction d’un compromis sociétal. L’horizon de l’agroécologie envisagé est celui d’une gouvernance du système agri-alimentaire permettant la coexistence de différents modèles de production agricole, adaptés aux enjeux territoriaux, sociaux, et écologiques affichés. La promotion de l’agroécologie comme une diversité de pratiques professionnelles innovantes, ancrées dans des expériences contextualisées, rencontre donc des réflexions plus larges sur la nécessité de transformer les modes de gouvernance et les processus d’innovation.

 

 

2. Les logiques sous-tendant les instruments et leviers pour l’AE

Nous choisissons de questionner deux modes d’intervention soutenant des innovations pour la transition agroécologique.

  • La première intervention étudiée est celle d’un appel à projet Casdar et de la sélection de projets de GIEE[2]. Il s’agit de soutenir des démarches de professionnels volontaires, sous la forme de sélection et de financement de « projets » pour des expérimentations multi-acteurs.

Une hypothèse est qu’au delà d’un rôle de financement direct des initiatives, de support du risque et de communication, les appels à projet sont aussi des moments de cadrage classique du développement agricole par la puissance publique. La procédure de sélection des dossiers est un moment de cadrage et de contrôle. Dans le cas des appels à projet étudiés[3], les services déconcentrés du ministère (DRAAF) ont pu élaborer leur liste des critères des projets considérés comme « agroécologiques » et « innovants ». Ils ne proposent pas une liste de pratiques, mais des critères autour de la « triple performance » des systèmes deviennent par exemple des conditions.

  • L’autre concerne la formalisation d’un « réseau » d’acteurs visant à favoriser la transition agroécologique dans les territoires.

Il ressort de ces données que les référents ont notamment comme rôle de construire des collaborations multi-acteurs pour la diffusion d’information et l’élaboration de projets. Ils se voient confier la structuration de projets supportant les pratiques agroécologiques. Ils doivent à la fois faire circuler des informations et influencer les pratiques administratives pour assurer le développement de l’agroécologie. Leur rôle est de « mobiliser », « d’inciter », « d’animer ». Pour cela le ministère a engagé un travail de formation de ces référents. Au cours de ces formations, le discours des intervenants sélectionnés par le ministère participent à présenter aux référents les valeurs, les connaissances et les pratiques associés à l’agroécologie par des chercheurs et des membres de l’administration centrale. Le travail administratif qui leur est confié est porteur d’une certaine vision de ce que les acteurs administratifs et les professionnels du développement et les agriculteurs doivent changer dans leurs pratiques.

Il semble donc que ces interventions publiques passant par des soutiens de projets expérimentaux innovants, et de réseaux multi-acteurs pour leurs diffusions, témoignent d’une conception particulière de l’innovation à la fois politique et . Ils diffusent aussi bien des connaissances, que des cadrages sur les démarches d’innovation, et des visions politique sur le futur du développement agricole.

 

[1] DGPE : Direction générale de la performance économique et environnementale des entreprises

[2] Groupement d’Intérêt Economique et Environnemental

[3] AAP Mobilisation Collective pour l’Agroécologie (MCAE) en 2013, AAP « Mobilisation Collective pour le Développement Rural » en 2015, AAP annuel porté par les DRAAF en région pour structurer des Groupements d’Intérêt Environnementaux et Ecologiques…