Archives par mot-clé : Ateliers d’écriture

Construire une biblio et s’organiser pour la suite (J5)

Ce post fait partie d’une série d’articles sur une retraite d’écriture qui s’est tenue en juin 2018 
J0 Organisation de la retraite d’écriture
J1 & J2 Genèse d’un article à 6 mains
J3 Commencer à écrire
J4 Trouver le message
J5 Construire une biblio et s’organiser pour la suite

Le dernier jour a été une journée productive mais bien plus tranquille que les journées précédentes.

Nous avons passé la matinée à mettre en commun nos références bibliographiques et à lister la littérature qui traite des différents points que nous abordons dans l’article. Nous avons créé un document en ligne partagé entre toutes et chacune a ajouté ses références.

Après le déjeuner, nous avons ensuite parlé planning et organisation du travail.

Nous avons décidé de bloquer deux jours au mois de juillet pour travailler sur les lectures et la rédaction de l’article. Celles qui habitent dans la même ville se retrouveront physiquement, et les autres resteront en contact par skype et chat. Nous pourrons ainsi discuter en temps réel d’éventuels blocages et faire le point sur l’avancement de l’article en fin de chaque journée.

Il nous semblait important de bloquer des jours pour :

  1. Ne pas s’éparpiller et passer une semaine à procastiner sur des taches qui peuvent se faire en une ou deux journées
  2. Ne pas amputer le temps de travail sur nos thèses respectives
  3. Ne pas laisser trainer ce projet qui risquait de se dilater dans le temps et donc de nous aspirer dans la spirale de découragement et procrastination classique d’un processus d’écriture.
  4. Continuer à travailler « ensemble » et résoudre les blocages au plus vite pour qu’ils ne prennent pas une ampleur démesurée.

Enfin on a fait des comptes rendus pour notre équipe de doctorant.es et pour les chercheur.se.s du projet IDAE, on a aussi manufacturé nos propres GIFs et été profité une dernière fois de la plage et des douceurs de Fouras les Bains.

To be continued …

Trouver le message (J4)

Ce post fait partie d’une série d’articles sur une retraite d’écriture qui s’est tenue en juin 2018 
J0 Organisation de la retraite d’écriture
J1 & J2 Genèse d’un article à 6 mains
J3 Commencer à écrire
J4 Trouver le message
J5 Construire une biblio et s’organiser pour la suite

 

Session écriture 1h

Le soleil se lève sur la Charente Maritime et le grand jour du dévoilement commence. Aujourd’hui, nous avons pour mission commune de définir le « message » de notre article suite aux discussions d’hier.
Chacune s’attelle à la tache dans son coin. L’exercice est des plus simples : écrire une phrase à l’affirmatif, entre 15 et 30 mots, qui résume l’idée centrale qu’on veut que notre article porte.
Pour arriver au cœur du problème, les techniques entre nous sont diverses ; Soazig  a préféré écrire son message à chaud, juste après notre grande discussion d’hier. Pour les autres, voilà comment nous procédons :

Clara. Écrire un message en 30 mots, ça peut être assez paralysant comme objectif lorsque l’on n’est pas sûr d’avoir très bien en tête où l’on veut en venir. Quelques constats : j’ai besoin de commencer par écrire autre chose que ce message : des définitions, des idées en vrac.  L’objectif des 30 mots peut paraitre artificiel mais il fixe un objectif clair, et finalement atteignable. Il y a alors des choses inattendues qui naissent de l’écriture, que les discussions orales n’avaient pas permis d’énoncer clairement.

Marie : De même, je ne suis pas prête au début de la journée à accoucher d’un message de 30 mots, j’ai besoin de reprendre les idées qui m’avaient plus dans la discussion de la veille, de les organiser. J’organise mes idées en faisant des ronds et des flèches concentriques autour des deux mots qui orientent nos débats, avec des couleurs…  J’essaie de voir ce qui rassemble les deux mots, les idées s’organisent et finalement au bout d’une heure, je suis capable de formuler un premier message acceptable.

Jeanne. Je passe d’abord par l’écrit en tirant des flèches autour de ce qui m’est apparu comme le nœud du problème lors de la discussion de la veille. Les premiers ¾ d’heures vont à la réflexion : j’essaye de me laisser absorber par les tracés de ma feuille. Je tire un fil, j’essaye de ne pas le lâcher. Trouver une idée, se faire confiance, et lui donner des armes pour exister, ce n’est pas une étape facile pour moi. Dans ce cadre normé du chronométrage et de la relecture collective qui va suivre, je me sens concentrée. La rédaction passe ensuite par l’ordi : en se forçant à faire des phrases complètes et des paragraphes, on explicite les connecteurs logiques et les failles de raisonnement.

Mise en commun 2,5h

Cette fois, on lit les contributions de tout le monde avant de se mettre à débattre.

La mise en commun est foisonnante, on trouve assez vite une tension qui traverse toutes nos remarques et qu’on a parfois formulée différemment.

Même si cette tension émerge assez tôt dans la discussion, nous avons quand même beaucoup de choses à débattre. On affine mot par mot notre pensée, on fatigue aussi. Marie part cuisiner des seiches vers 12h30 tandis que Clara et Jeanne persévèrent jusqu’à la formulation d’un message qui nous convienne à toutes.

Marie : Je remarque que l’exercice de trouver le message nous a tout de suite emmener vers des questions très théoriques voire politiques. Personnellement ça m’embête de m’arrêter à un constat pessimiste et j’ai envie à chaque fois de remettre une touche d’optimisme ou d’indétermination (pour reprendre Anna Tsing) dans mon message. Je me rends compte qu’on est aussi souvent tentées de retomber dans une approche normative (telle chose est bien ou mal, c’est du dévoiement, de la récupération) parce que le sujet (l’agroécologie) vient nous chercher dans nos désirs d’alternatives, dans nos visions politiques du monde, ce qu’on a fini par appeler dans notre texte les « futurs souhaitables ».

Déjeuner de seiches et petite sieste

Écriture collective du plan et de la conclusion 2h

Dès lors qu’on a le message, le plan se déroule assez facilement. Selon les consignes de notre anthropologue anglais, il faudrait commencer par écrire la conclusion à partir du message de 30 mots que l’on a réussi à formuler. On décide finalement de faire le plan en premier puis la conclusion.

Les idées s’enchainent et s’organisent assez facilement. Travailler à trois permet de faire émerger très vite les contradictions et les redondances dans notre plan et nos idées et de les dépasser tout aussi vite. C’est vraiment un moment riche, rassurant et enthousiasmant. On voit désormais assez clairement où aller, et les champs de littérature scientifique (théorique ou non) à défricher.

Gros moment de satisfaction et de reconnaissance mutuelle. A la confirmation qu’on est capable de produire quelque chose ensemble, s’ajoute le plaisir qu’on a à le faire. Comment l’écriture scientifique, si douloureuse parfois dans les tranchées de nos labos, peut nous apparaître si jubilatoire aujourd’hui ?

Question du nombre

On se rend compte qu’avec l’organisation qu’on a adoptée, c’est difficile d’écrire à plus de trois (+ une skypeuse) car le temps de discussion et de retours sur nos textes s’allongerait à l’infini. Ils sont déjà (un peu) longs. Pour faire un atelier d’écriture plus nombreux, il faudra réfléchir à d’autres formes d’organisation et peut-être à d’autres objectifs.

La question des amitiés et des émotions occupe aussi une place importante dans notre petite retraite. Cela fonctionnerait-il si bien sans cette intimité de terrain, de sujet et de copines que nous sommes en train de construire ? Nos cerveaux accepteraient-ils ces sessions intensives et répétitives de discussions d’un objet cent fois répétés, si nous n’avions pas ces longs bains de mer en fin de journée où étirer nos corps et épancher nos cœurs ?

Si cette configuration fonctionne bien, cela ne signifie cependant pas que d’autres ne peuvent pas marcher !

Session vidéoclip de terrain [nuit]

Soirée moule dédiée à la découverte des paysages sonores et visuels (videoclips) de nos terrains respectifs… Récompense bien méritée à la fin d’une journée que l’on juge très productive.

Commencer à écrire (J3)

 

Ce post fait partie d’une série d’articles sur une retraite d’écriture qui s’est tenue en juin 2018 
J0 Organisation de la retraite d’écriture
J1 & J2 Genèse d’un article à 6 mains
J3 Commencer à écrire
J4 Trouver le message
J5 Construire une biblio et s’organiser pour la suite

 

La matinée de cette troisième journée de notre retraite d’écriture débute par une séance d’écriture. Nous avons 1h30 pour noircir deux pages de notre traitement de texte préféré autour des trois questions que nous avions accordé auparavant.

Ressenti du premier exercice d’écriture

Marie : L’écriture est fluide, je sens que je précise des intuitions que j’avais commencé à aborder lors de notre premier atelier à Montpellier en janvier (qui a donné lieu à ce post de blog) et que j’avais reformulé pour une communication orale au congrès de LASA à Barcelone. Là je sens que je formule mes idées de manières plus claires que les deux fois précédentes et c’est jouissif ! Du coup je me sens boostée pour écrire, pour lire et pour refaire des entretiens pour obtenir les infos qui me manquent. C’est une heure d’écriture qui me fait l’effet d’une boisson énergisante ou d’un doliprane au milieu de la douleur : la douleur se dissipe et tout est beau. On a presque oublié ce qu’était la souffrance et le blocage. Ce qui me rend le plus joyeuse c’est d’avoir l’impression, au cours de ces ateliers, d’accoucher d’une réflexion avortée sur l’agroécologie à Cuba, la question qui avait motivée ma thèse et que j’ai mise de côté pour des raisons d’accès au terrain. Et en même temps je sens que mon terrain d’où l’agroécologie est absente m’a permis de me décentrer de manière très productive pour comprendre ce qui se passe dans la diffusion de l’agroécologie à Cuba.

Résultat de recherche d'images pour "écrire gif"

Jeanne : la notion de « projet », cela fait longtemps que je voulais m’y confronter. Lors d’une des conférences gesticulée de Franck Lepage, j’avais acheté un cahier d’étude qui compilait des approches critiques de la gestion des actions humaines selon ce mode ultra normé de la gestion par projet, et cette lecture m’avait parlé. Elle m’avait dit des choses sur mon terrain parsemé de projets alimentaires territoriaux tout en me présentant une réflexion beaucoup plus directe et beaucoup moins jargonneuse que les rares textes de science politique que j’avais alors pu lire sur le sujet. Cette piste, je l’avais laissée de côté.
La réemprunter ce matin en écrivant 3 pages sur le « projet agroécologique français » est un vrai plaisir. L’écriture est fluide et cela me donne confiance pour la rédaction du manuscrit de thèse qui s’annonce. J’ai aussi l’impression de rouvrir un vieux dossier laissé sur le bureau de mon cerveau et que je ne me résignais pas à mettre à la poubelle. Je me dis que quel que soit l’issue de la retraite d’écriture, c’est déjà ça de gagné.
Autre point important pour moi, la matérialité de ce moment. J’écris en face de Marie qui tape avec entrain sur son ordi, prend des notes à l’écrit quand sa pensée déborde de son clavier. Elle est concentrée. Elle me force par sa présence et par l’exercice que nous nous sommes fixées à en faire autant.

Clara : L’une des difficultés principales que j’ai pu éprouver sur mon terrain de thèse, c’est le caractère fuyant de mon objet. Je travaille sur les machines pour l’agriculture familiale en Argentine. « Agriculture familiale », « agroécologie », ces concepts s’avèrent vite insaisissables sur le terrain. Alors que je partais pour étudier des objets concrets, matériels (des machines), que je m’attendais à voir des inventeurs occupés à travailler dans la suie et la sueur sur des moteurs et des rouages, je me suis souvent retrouvée face à des plans dans des cartons, des projets rédigés par des fonctionnaires pour demander des financements, des rapports écrits présentant d’ambitieux objectifs d’actions… Les machines pour l’agriculture familiale, machines qui devaient permettre de soutenir un secteur alternatif de la production agricole, sont avant tout un projet porté par différents acteurs publics. Lors de cet atelier d’écriture, il est donc intéressant de s’intéresser à l’importance de la dimension de projet dans les concepts qui ont fondé nos objets de recherche. Peut-être serait-ce aussi l’occasion, de manière réflexive, de s’interroger sur nos propres projets de recherche initiaux, et leur façon d’évoluer dans la confrontation au terrain, en tant que jeunes chercheurs intéressés par les thématiques liées aux agricultures alternatives.

Mini lecture

Le temps de lecture est bref. Chacune choisit un article qui lui fait envie par rapport à ce qu’elle vient d’écrire.

Ces allers-retours entre écriture et lecture sont vraiment riches !

Mise en commun

Soazig se joint à nous par Skype pour la restitution. Elle a, elle aussi,

fait l’exercice d’écriture qu’on lui avait intimé. Comme lors du précédent atelier d’écriture de janvier, on fait passer son texte à sa voisine de droite qui le lit puis chacune commente ce qu’elle a  compris et ce qui l’a interpellé. La discussion est extrêmement riche, les idées jaillissent à la pelle. On retourne cette question du projet dans tous les sens, on le tire, on le tort et l’étire dans toutes les directions possibles. Au bout de 3h nous sommes vidées et pas véritablement sûres d’avoir réussi à converger dans ce foisonnement d’idées.

On se donne pour mission de réécrire chacune un paragraphe où l’on précise en 15 à 30 mots quelle serait l’idée directrice de notre article. Ces hypothétiques « messages » d’article seront discutés demain matin. Avant d’en choisir un. Tin tin tin !

Genèse d’un article à 6 mains (J1 & J2)

 

Ce post fait partie d’une série d’articles sur une retraite d’écriture qui s’est tenue en juin 2018 
J0 Organisation de la retraite d’écriture
J1 & J2 Genèse d’un article à 6 mains
J3 Commencer à écrire
J4 Trouver le message
J5 Construire une biblio et s’organiser pour la suite

Nous arrivâmes sur le lieu du crime. Nous nous réunîmes avec les absents par Skype pour parler de la pluie et du beau temps. Nous fîmes un programme. Ce fut le premier jour. Nous fîmes un tour des revues où publier et choisîmes deux d’entre elles, analysâmes les conseils aux auteurs, décortiquâmes un article publié dans chacune de ces revues, fûmes à la plages et écrivîmes un premier jet sur ce que le sujet évoquait pour nous par rapport à notre terrain. Il y eu un soir, il y eu un matin. Ce fut le second jour.

La MÉTÉO des thèses

Nous avons donc inauguré cet atelier par la désormais traditionnelle « Météo des thèses », une météo où les absents étaient présents par Skype, lequel s’est montré particulièrement clément et généreux dans sa connexion.

La Météo c’est quoi ? Un concept proposé par Sébastien C. il y quelques temps déjà. Un tour de table où chacun parle des dépressions, éclaircies, averses, canicules qui traversent son travail de thèse et éventuellement sa vie personnelle. Un moyen de faire le point, de dire où on en est, quels sont nos états d’âmes, nos pannes, nos blocages ou nos illuminations, nos perspectives et nos projets.

C’est un moment joyeux, bienveillant, parfois émouvant, qui nous a permis jusqu’à présent de nous retrouver sur la même longueur d’onde avant d’initier nos ateliers d’écritures et autres séminaires doctoraux.

ÉCRIRE un article ENSEMBLE.

C’est le but de cette rencontre. Pas facile de savoir où commencer, dans quel ordre procéder, surtout que l’on n’est pas vraiment rompues à l’écriture d’article en général.

En préparation, on a téléchargé et imprimé des conseils aux auteurs et des posts de blogs qui parlent de comment écrire un article en SHS, notamment celui de Matthew Wolf-Meyer (un anthropologue anglais). On se dit qu’on a rien à perdre à tenter de nouvelles recettes, des recettes éprouvées par nos pairs. Je précise que nous n’avons absolument pas fait le tour de tous les trésors de conseils dont la toile regorge, on a juste pris les premiers sur lesquels on est tombés… Il fallait bien commencer quelque part.

On a convenu d’un programme pour la journée :

1) Trouver la revue dans laquelle notre bébé serait publié (2h).

Il y a vraiment beaucoup de revues, on en a même découvert plein dont ne soupçonnait même pas l’existence en surfant sur Cairn, sur OpenEdition et l’Intranet du Cirad.

On a fait le choix d’une publication en français. Très vite, on s’est rendues compte qu’on ne prétendait pas (encore) faire une grande contribution à la théorie des sciences sociales et on a donc mis de côté toutes les revues généralistes et très en vue (ex: Actes de la Recherche en Sciences Sociales, RFSP, RFS, L’Homme, etc.). Nous ne sommes pas non plus sur une aire géographique particulière, et on s’est ainsi assez naturellement concentrées sur les revues interdisciplinaires qui parlent de ruralité, d’agriculture et d’environnement. On en a sélectionné deux pour le moment : Etudes Rurales et VertigO.

2) Lire les conseils aux auteurs et un ou deux articles publiés récemment pour voir « ce qui est susceptible d’être publié » dans la/les revues choisies. (2h)

Il faut connaître son « ennemi », ce qu’il pense, ce qu’il affectionne. Mettre à jour le modèle, la formule gagnante. On a donc décortiqué les conseils aux auteurs et autres guidelines (dont celles de VertigO), et on les a mis en parallèle avec des articles publiés récemment dans ces deux revues (sur des sujets qui nous intéressent, pas de masochisme non plus). Conclusion: les guidelines c’est important, mais il y a des gens qui ne les respectent pas tout en écrivant des choses très intéressantes et qui sont quand même publiées. Il y a des formats très divers (surtout quand c’est interdisciplinaire) et des articles mieux construits que d’autres. Mettre à jour la structure des articles, leurs principaux arguments, est un exercice très formateur : on voit très vite les problématiques défaillantes, les arguments qui marchent et ceux qui ne marchent pas, les cadres théoriques un peu bancals… On se met à la place des reviewers et on se dit que ce n’est pas toujours une partie de plaisir. On conclue qu’on est capable ! Yes we can !

3) Au café, en passant, faire le point sur ce qu’on voudrait dire dans notre article… Voilà, c’est important quand même. (30 min)

Ce point est finalement assez rapide et fluide. Peut-être parce qu’à trois on se pose plus vite les bonnes questions. On est obligé de verbaliser d’avantage. On ne suit pas un processus de discussion très linéaire. Notre conversion est plutôt faite d’aller-retours mais par souci de clarté, j’ai réorganisé sous forme de points :

  • Est-ce qu’on va écrire un article à partir d’études de cas ? (Non)
  • Est-ce qu’on fait de la comparaison ? (Non)
  • Est-ce que l’on prétend plutôt élaborer une réflexion générale à partir de nos expériences de terrain ? (Plutôt ça)

On reprend le compte rendu de l’atelier d’écriture où l’on avait distingué trois axes:

– Métadiscours et métapolitique de l’agroécologie
– Les nouveaux courtiers du développement agricole
– Leurres de l’agroécologie ou utopie nécessaire ?

Ces distinctions ne nous semblent plus si pertinentes six mois plus tard. L’axe 1 et 3 nous apparaissent comme des éléments contextuels ou de réflexivité méthodologique. Ce sont des points de départ, pas l’idée principale que nous voulons développer.

[Tous les conseils aux auteurs, guidelines et cie recommandent d’avoir une grande idée, un message unique qui tient entre 15 et 30 mots… Message reçu]

On décide de travailler sur l’idée de PROJET (projets de recherche, projets de développement, politique publiques basées sur des appels à projets) et sur ce que la logique de projet vient imprimer à l’action publique de promotion de l’agroécologie.

4) S’aérer la tête à la plage (1h top chrono).

Par respect pour nos lecteurs parisiens, on ne s’étendra pas sur cette partie de la journée.

5) Écrire un post de blog (1h)

Mon présent à l’heure actuelle.

Retraitement vôtre,

Marie

Organisation de la retraite d’écriture (J0)

 

Ce post fait partie d’une série d’articles sur une retraite d’écriture qui s’est tenue en juin 2018 
J0 Organisation de la retraite d’écriture
J1 & J2 Genèse d’un article à 6 mains
J3 Commencer à écrire
J4 Trouver le message
J5 Construire une biblio et s’organiser pour la suite

En janvier 2018, les doctorant.es derrière ce blog se sont retrouvé.es autour de l’organisation d’un atelier d’écriture. Le but de cet apéroatelier était de se forcer à écrire vite et d’accepter de faire relire son texte à l’état de brouillon à son voisin. La consigne était d’écrire en 40 minutes chrono un texte  autour de la question de l’agroécologie sur nos terrains. Comment se manifestait-elle ? L’avions-nous trouvée là où nous l’attendions ? Existait-elle en dehors de nos projets de thèse?
Ce brouillon était ensuite échangé avec celui de son voisin ou de sa voisine qui, après 15 minutes de relecture, prenait la parole « Alors moi, dans le texte que j’ai lu, j’ai compris que l’idée principale était … et ça m’a d’ailleurs fait penser à … » s’en suivaient 45 minutes de discussion et de terrain croisés. Et en vrai, c’était super fun.

Le résultat de cet exercice d’écriture rapide et décomplexée figure dans trois articles de blog, relatant notre recherche de l’agroécologie à Cuba, en France ou au Brésil.

Par-delà ces textes et le plaisir de se retrouver, cet atelier nous a aussi permis de nous rendre compte que nous avions beaucoup à échanger (et peut être un peu aussi à apporter) autour de nos expériences de terrain, nos cas d’étude, nos approches réflexives, nos lectures variées et nos interrogations sur les discours/politiques/courtiers/pratiques/leurres et mythes de l’agroécologie.

En trois tours d’happy hour, nous ne pouvions résoudre à nous quitter, il fallait entrevoir une prochaine rencontre…

Résultat de recherche d'images pour "hard to leave gif"

C’est ainsi que dans les mois qui suivirent, nous nous sommes attelé.es à l’organisation d’une retraite d’écriture♥ dont nous nous proposons de rendre compte sur ce blog.

Résultat de recherche d'images pour "classroom gif"

Dans ce post, ce sont les modalités pratiques et les objectifs de cette rencontre que nous vous présentons.

La semaine d’écriture a lieu du 25 au 30 juin 2018. Clara, Marie et Jeanne y participent physiquement, Quentin et Sébastien interviennent ponctuellement par skype. Nous sommes réunies dans la maison d’une de nos grand-mères, au bord de la mer et sous un ciel radieux. Mens sana in corpore sano.

Pour le budget : nos frais de transport et de nourriture sont pris en charge par le projet ANR IDAE auquel nous appartenons de manière plus ou moins rapprochées. En tout, on table pour 500 euros à 3 pour la semaine.

L’objectif de cette retraite d’écriture est l’écriture collective de A à Z d’un article scientifique sur l’agroécologie autour d’une problématique que nous devrons définir lors du premier jour.

Dans l’emploi du temps que nous avons défini, figurent aussi des temps de discussion plus générale autour du fait d’écrire : comment s’y mettre? à quel rythme? comment débloquer une situation de non-écriture? quels logiciels ? écrire au je? écrire au nous? et toutes autres questions/tips autour du fait social de l’écriture des sciences sociales.

On partagera ici, l’ensemble des références découvertes ou partagées lors de cette retraite (articles, vidéos, livres, podcast…). On attends les vôtres en commentaires!