Les remaniements d’un terrain

 De l’agroécologie aux politiques alimentaires : modification d’un objet d’étude

 En 2016, je commence ma thèse sur l’institutionnalisation en France de l’agroécologie à l’échelle régionale. Nous sommes alors en pleine mandature Le Foll au ministère de l’Agriculture et à l’affirmation de son plan sur l’agroécologie, définie comme une agriculture à triple performance : économique, sociale et environnementale. Assez rapidement, je choisis mes terrains d’étude selon des critères à la fois pratiques (pouvoir y loger notamment) et scientifiques (comparaison possible entre 3 régions agricoles : Bretagne, Grand Est et Occitanie).

Le problème est que dans ces régions (mais c’est aussi le cas ailleurs) l’agroécologie est un objet politique peu débattu ou encore moins promu par des instruments de politiques régionales spécifiques. Mais si l’agroécologie n’existe pas politiquement dans ces régions, elle doit tout de même être incarnée dans certaines pratiques agricoles d’agriculteurs de ces territoires. Il me suffirait donc de trancher sur le caractère agroécologique de telle ou telle pratique et de comptabiliser les soutiens (politiques et financiers) dont bénéficient les agriculteurs qui les mettent en œuvre. Facile.

Mais comment opérer ce choix ? Le plan national ne dresse pas deux colonnes « pratiques agroécologiques/pratiques non agroécologiques ». D’ailleurs, il prône plutôt des « démarches agroécologiques » allant vers un verdissement de l’agriculture, mais pas de pratiques en tant que telles. De plus, une part conséquente de l’argent des politiques agricoles régionales cible le soutien aux structures de conseil agricole et non pas directement les agriculteurs eux-mêmes. Est-ce que dès lors un soutien aux chambres d’agriculture peut être comptabilisé comme agroécologique ? Cela dépend sans doute de l’affectation en interne de ces fonds, mais les enveloppes budgétaires n’entrent pas dans ces détails… Tout se complique.

Afin d’approcher les politiques de l’agroécologie, je décide alors d’utiliser un proxy, c’est-à-dire d’étudier une autre politique régionale qui servirait de variable significative à la place du soutien politique local à l’agroécologie, tellement diffus qu’il m’apparaissait comme impossible à observer ou mesurer.

De manière assez empirique, j’avais remarqué dans ces régions d’études que de plus en plus de collectivités territoriales mettaient en place des projets politiques alimentaires dont les volets agricoles semblaient s’approcher des préceptes agroécologiques du ministère : relocalisation de l’agriculture, développement des circuits courts, etc. Et si en regardant le développement de ces politiques alimentaires (et la mise en œuvre de leurs instruments) je pouvais éclairer une facette de l’avancée politique de l’agroécologie en région ?

[6 mois plus tard]

De retour après mes enquêtes de terrain, mon objet d’étude s’est passablement complexifié : les politiques locales de l’alimentation portent en fait des projets agricoles tout à fait divers en matière d’actions publiques, de visions normatives, d’acteurs concernés, de partenaires impliqués, de budgets consacrés, etc. En revanche, d’un point de vue théorique, l’analyse de ces initiatives politiques locales semble se rattacher à tout un tas de controverses scientifiques actuelles sur lesquelles je pourrai m’appuyer dans ma thèse. Progressivement, c’est donc le caractère disruptif de l’alimentation, nouvel objet de politiques aricoles, que j’affirme comme mon objet d’étude central. En parallèle, le nouveau gouvernement issu des élections présidentielles de 2017 met en pause le plan de l’agroécologie gouvernementale et lance en grandes pompes les « États généraux de l’alimentation ».

Le glissement de mon sujet de thèse de l’agroécologie à l’alimentation, qui m’apparaissait en première année comme un élément chaotique de plus à l’arc de mon doctorat, semble au final plutôt bien tomber…

https://www.youtube.com/watch?v=_wji4Sr2IOg

Bienvenue!

 

 

CORA est un carnet ouvert de recherche qui propose à la discussion des réflexions transdisciplinaires relatives à l’agroécologie. Porté par des doctorant-e-s, il est ouvert à toute personne souhaitant y contribuer au travers de “posts”, de commentaires ou de partages de données. La présentation de travaux de recherche et leur discussion collective tend à la construction de savoirs disponibles pour tous et potentiellement élaborés par tous. L’autre volet de ce blog est de réfléchir aux recherches menées en elles-mêmes. Il s’agit en effet d’interroger la construction scientifique relative à l’agroécologie, à la fois dans les labos mais aussi à l’échelle des chercheurs eux-mêmes et ce, afin de questionner la place et le rôle du chercheur au sein de la société.

L’agroécologie peut se définir à la fois comme une science, un ensemble de pratiques, et des mouvements sociaux. Cet objet d’étude est en évolution et recomposition en fonction des espaces où il est mobilisé, et des acteurs qui se l’approprient, et participent ainsi à en refaçonner le sens. Son appartenance à plusieurs arènes (militantes, scientifiques, politiques) font de l’agroécologie un objet qui, pour être bien saisi, doit être étudié dans un cadre pluridisciplinaire. Les doctorantes initiant ce projet sont néanmoins toutes issues des SHS : sociologie, anthropologie, sciences politiques. C’est pourquoi nous lançons un appel à contribution ouvert à toutes les disciplines, pour étudier les évolutions et les concrétisations d’une agroécologie multiple. Si nous parvenons à les intéresser, des acteurs externes au monde de la recherche pourraient également partager ici leurs travaux.

Ce blog sur l’agroécologie
sous forme de carnet ouvert
cherche donc à :

– Présenter des retours de terrains de recherche sur l’agroécologie. Il s’agira par exemple de réfléchir à son appropriation, sa diffusion ou son institutionnalisation (en France et en Amérique Latine principalement).

– Analyser les recherches en elles-mêmes ainsi que les chercheurs dont l’objet d’étude serait l’agroécologie. Cette démarche s’inscrit dans une volonté de réflexivité et de questionnement de la place du chercheur face à son objet d’étude ou plus largement au sein de la société.

– Construire des savoirs de manière collective, interactive et transparente. Sont ainsi encouragées les contributions extérieures (rédaction ou commentaire d’articles, partage de données, etc.) afin d’enrichir et de diffuser des savoirs disponibles pour tous, nourris par la multiplicité des points de vues et la richesses des débats entourant l’objet mouvant qu’est l’agroécologie.

Enregistrer