Quelle Agroécologie le ministère de l’agriculture donne-t-il à voir ?

Petite introduction à l’agroécologie portée par le ministère de l’agriculture français :

  1. Mise à l’agenda et visibilité de l’agroécologie

L’AE est présentée à la fois comme :

  • une manière de concilier les enjeux économiques, environnementaux et sociaux, dans des pratiques agricoles « triplement performante »
  • un ensemble d’évolutions techniques visant à préserver les ressources
  • une évolution de l’organisation du travail, avec l’accent mis sur les dynamiques collectives
  • une contribution à la lutte contre le changement climatique
  • une évolution des modes de pensée et de mobilisation des connaissances

Les fondamentaux de l'agro-écologie

[ Discussion ]

La présentation d’une liste de pratiques « exemplaires » pour la transition agroécologique, constitue une forme de cadrage du concept d’AE, différente de celle portée par les militants de l’AE qui souhaitent éviter la liste de pratiques pour mettre en avant une approche plus holistique des changements systémiques à engager pour la transition.

Questions ouvertes

Quelle filiation avec le concept initial de l’AE tel qu’il est défendu par des mouvements paysans et des théoriciens engagés dans la promotion d’une AE contestatrice du modèle de développement agricole productiviste ?

Peut-on parler d’une traduction et d’une intégration d’idées alternatives pour redessiner une AE afin de porter une orientation politique consensuelle et intégrante ?

Quelques hypothèses sur les transformations du concept d’AE au cours de son institutionnalisation :

  • Passage de la revalorisation des savoirs paysans… à la mobilisation de nouveaux champs de connaissances par les professionnels du développement agricole
  • Passage du partage d’un savoir au sein d’une communauté paysanne… aux interactions au sein d’un projet collectif innovant
  • Passage du maintien de pratiques « traditionnelles »… à la valorisation d’interactions et de cycles naturels grâce à des connaissances co-construites entre tradition et innovation
  • Influence de l’agenda de la lutte contre le changement climatique dans l’évolution de l’AE

Quelle critique de cette démarche par des acteurs du développement agricole ?

  • Des associations et des syndicats dénoncent le risque d’une récupération politique
  • La Confédération paysanne affirme que l’AE ne peut pas être une liste de pratiques, qu’elle porte une dimension politique et sociale forte que le ministère tend à atténuer.

2. Les « choix » constitutifs d’une agroécologie institutionnalisée : l’exemple du soutien à l’agriculture de conservation ou à la méthanisation

Une analyse des pages du site du ministère de l’agriculture (MAAF) autour de l’AE permet de voir que le ministère déploie des efforts conséquents pour communiquer sur l’AE. Il s’agit de rendre visible une orientation politique, de représenter une impulsion portée par le ministère.

On constate d’une part une entreprise de vulgarisation des concepts, des enjeux et des solutions appréhendés par le MAAF. Elle passe notamment à travers de nombreuses « infographies ». Le style choisi permet une représentation accessible des points clés identifiés par le ministère. Sans tomber dans la critique d’une représentation simplificatrice des enjeux, il est tout de même intéressant de questionner ce qui est rendu visible, et de ce qui reste invisible à travers ces infographies.

L'agriculture de conservation

L’une des infographies proposée présente l’agriculture de conservation. Ce choix en lui-même n’est pas anodin. L’agriculture de conservation est régulièrement mise en avant par le Ministre comme un exemple de démarche agroécologique. D’autre part le contenu del’infographie lui-même pose question. La controverse autour de l’utilisation du glyphosate n’est pas mentionnée, or l’une des critiques principale des techniques d’agriculture de conservation est que certains agriculteurs ne parviennent pas à réduire de manière significative les quantités d’herbicides utilisées.

Les travaux de Frédéric Goulet sur les techniques sans labour sont particulièrement éclairants (Goulet, 2008).

Concernant l’infographie représentant la méthanisation, elle témoigne là aussi d’une pratique que le ministère a décidé d’associer à l’AE. Ce choix est contesté par certains acteurs (associations de développement de pratiques agroécologiques, article 1 image 3professionnels alternatifs) inquiets des conséquences d’un recours massif à la méthanisation sans une remise en cause plus profonde de la gestion intensive de l’élevage.

A travers la mise en avant de pratiques, le ministère réalise un cadrage de l’AE qu’il soutient. Il participe à définir le champ des possibles. Bien que cela n’apparaisse pas toujours de manière explicite, notamment en raison des justifications techno-scientifiques apportées, ces choix « techniques » ont bien un caractère politique, puisqu’ils induisent le soutien à certains types de modèles agricoles.

Questions ouvertes

Mais est-ce que la réorientation de politiques publiques ne passe pas nécessairement par l’affichage d’un certain nombre de cadrages, de définitions, et de choix de pratiques encouragées ?

[ Discussion ] Le sociologue Yannick Rumpala explique le succès du concept développement durable, par la plasticité du terme qui permet à des acteurs très divers de l’utiliser :

« Les multiples investissements dans la thématique du « développement durable» aboutissent en effet à un tissage narratif qui prend une forme englobante, voire totalisante, et qui peut ainsi venir expliquer et ordonner la compréhension et l’expérience du monde tel qu’il évolue. Ressource potentielle pour l’interprétation comme pour l’argumentation, cet assemblage semble pouvoir fournir un cadre de référence transcendant aux acteurs intéressés. » (Rumpala, 2010 :112).

Si certains acteurs dénoncent la récupération du concept par les acteurs dominants du système capitaliste et le fait qu’il soit vide de sens, il est important de souligner que la consécration du « développement durable » dans les instances internationales et nationales à partir des années 90, amène à la diffusion de schémas d’appréhension renouvelés parmi les différentes échelles de gouvernement (au niveau de l’Union Européenne, au niveau national comme dans l’action publique territoriale).

On peut supposer que le concept d’agroécologie suive une trajectoire similaire dans la mesure où le terme est suffisamment flou pour être approprié par des acteurs très différents. On ne peut donc pas dire que l’adoption de l’agroécologie par le MAAF soit une simple « récupération » du terme car l’adoption de celui-ci entraine nécessairement de nouveaux cadrage et des justifications même s’il ne s’agit pas d’une rupture substantielle avec les modes de productions issus de la Révolution Verte.

Une réflexion sur l’intégration de la critique est menée par Boltanski et Chiapello dans leur ouvrage « Le Nouvel Esprit du Capitalisme » (1999).

[ Discussion ] Réflexion sur les contrastes entre « méthanisation » et « biodigesteurs », une illustration de différentes versions de l’AE en fonction des contextes et des acteurs ?

Au Méxique et à Cuba, on ne parle pas de « méthanisation » mais de « biodigestores » qui sont des installations artisanales visant à créer du gaz à partir des quelques animaux présents sur la ferme. Les biodigesteurs sont en général des auto-constructions, pensés pour l’auto-consommation et l’indépendance énergétique de la ferme. Le biodigesteur à Cuba, pour ceux qui promeuvent la permaculture ou l’agroécologie, est un incontournable dans la mise en place de « systèmes » autonomes. Les proportions ne sont et pas du tout les mêmes que celles des projets de méthanisation français.

Un point attirant notre attention à la lumière de ces comparaisons est l’enjeu de la taille des projets de développement agricole. Hors l’AE du gouvernement aborde peu la question de la réduction de la taille des exploitations, ou de l’installation de davantage d’agriculteurs sur des exploitations plus petites.

3. Une climatisation de l’agroécologie ?

Autre infographie révélatrice : celle concernant le changement climatique. Elle témoigne d’un autre cadrage, contextuel celui-ci. L’agenda politique et scientifique de la lutte contre le changement climatique est depuis plusieurs années particulièrement dynamique. Le ministère affiche les impacts du CC sur l’agriculture. Une partie des politiques agricoles viennent désormais renforcer le positionnement du ministère sur la question de la lutte contre le CC. Certains chercheurs ayant suivi les négociations de la COP21 ont ainsi évoqué une « climatisation du monde », notamment visible dans la manière de traiter des thématiques relative à l’agriculture. Jean Foyer analyse comment l’agroécologie est légitimée par des institutions internationales en tant que solution pour parer au changement climatique (Foyer, 2016).

article 1 image 4Dans ce contexte, le ministère tente de répondre aux accusations qui pointent l’agriculture comme un secteur contribuant à l’aggravation du changement climatique. Pour surmonter l’image d’un « agriculteur pollueur », le MAAF met l’accent sur le rôle positif que l’agriculture pourrait jouer dans la lutte contre le changement climatique. L’initiative du 4/1000 engagée par le MAAF est l’une des manifestations de cette réorientation forte des thématiques agricoles, vers les enjeux de gestion climatique.

article 1 image 5

4. Rendre l’agroécologie « concrète »

Autre élément qui nous paraît significatif en parcourant les pages du site du MAAF : la volonté de montrer que l’AE peut se concrétiser. Il s’agit de montrer que cet horizon est atteignable, que des réalisations sont en cours, et que les transformations sont déjà engagées. Cela passe notamment par une communication sur des initiatives d’agriculteurs, qualifiés de « pionniers ». Il semble que le MAAF tente de rendre l’orientation politique crédible à travers le recours à des témoignages d’expériences. Cette personnalisation des acteurs de l’agroécologie pourrait notamment viser à anticiper des réticences éventuelles de la profession.

Il est intéressant de réfléchir à cette figure de « l’agriculteur pionnier ». Il y a quelques années des agriculteurs engagés dans des pratiques similaires auraient été qualifiés de « marginaux ». Des pratiques alternatives sont désormais mises sur le devant de la scène pour convaincre d’autres professionnels, plus réticents à s’engager dans l’écologisation de leurs pratiques. Le passage à l’action est encouragé par cette exemplarité créée au niveau politique. Ici c’est l’innovation de terrain et l’engagement volontaire des professionnels qui est mis en récit, et en image pour attester de la possibilité d’intégrer les enjeux environnementaux aux choix des pratiques sans nuire à la viabilité des exploitations.

Ces nouveaux héros qui rendent l’AE possible…

article 1 image 6article 1 image 7

 

Questions ouvertes

 Que pensez de cette « intégration de la critique » et de cette publicisation d’initiatives ayant longtemps affrontées un système de développement et des politiques agricoles productivistes ?

[ Discussion ]

D’un côté on a des objectifs chiffrés précis à l’échelle de la France (comme dans le cadre d’Ecophyto 2018 qui vise (visait ?) à réduire de 50% l’usage des pesticides d’ici 2018) voire de la planète (dans le cas du 4 pour 1000), et de l’autre des témoignages et des initiatives local, d’individus à l’échelle de l’exploitation.

Entre ce niveau macro (national voire planétaire) et ce niveau micro (l’exploitation), il y a un vide : il n’y a pas vraiment de plans (à part des initiatives au niveau territorial ou régional) pour mener cette transition… on encourage surtout des « bonnes pratiques » sur la base du volontariat. On ne montre pas comment on passe des petites initiatives individuelles aux résultats chiffrés à l’échelle nationale ou mondiale. C’est à ce niveau-là que les critiques se font les plus vives et où ont émergé de nombreuses propositions: au niveau théorique certains auteurs proposent d’aborder les problèmes de production agricole, de commercialisation, et de consommation conjointement par l’étude des « systèmes alimentaires ».

En France, le cabinet de conseil Solagro a produit un scénario « Afterres 2050 », qui propose un certain nombre de mesures concrètes pour que la France soit capable de nourrir sa population de manière « durable » d’ici à 2050. La notion de souveraineté alimentaire de la Via Campesina va également dans ce sens-là.

Auteures: Jessica Thomas & Marie Aureille, Clara Jolly, Jeanne Pahun

Bibliographie

BOLTANSKI Luc, CHIAPELLO Eve, « Le Nouvel esprit du capitalisme », Gallimard, 1999.

GOULET Frédéric, « Des tensions épistémiques et professionnelles en agriculture. Dynamiques autour des techniques sans labour et de leur évaluation environnementale », Revus d’anthropologie des connaissances, 2008/2 (n°2)

RUMPALA Yannick, « « Développement durable »: du récit d’un projet commun à une nouvelle forme de futurisme? », A contrario, 2010/2 (n° 14), p. 111-132.

RUMPALA Yannick, « De l’objectif de « développement durable » à la gouvernementalisation du changement. Expressions et effets d’une préoccupation institutionnelle renouvelée en France etdans l’Union européenne », Politique européenne 2011/1 (n° 33), p. 119-153.

Sites consultés :

http://agriculture.gouv.fr/

http://climacop.hypotheses.org/

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *