Quem roubou a bandeira da agroecologia ? Etat de l’agroécologie dans le Sertão brésilien

Par Sébastien Carcelle

Serranópolis de Minas (MG – Brésil)

Lorsqu’arrive le mois de juin, il est de coutume dans certaines régions du Brésil d’organiser des processions pour les fêtes votives des grands saints qui peuplent alors le calendrier : Saint Antoine de Padoue le 13, Saint Jean Baptiste le 24, Saint Pierre et Saint Paul le 29. Dans la zone semi-aride du nord de Minas Gerais, des familles de petits producteurs tentent de faire vivre cette tradition des festas juninhas pour continuer à réunir leurs proches et voisins. Le cœur de la cérémonie, qui se déroule sous un ciel étoilé, près d’un feu de joie, est la « remise » de la bannière (entregar a bandeira) à l’effigie du saint mis à l’honneur. Elle est ainsi transmise solennellement à la famille hôte des festivités, par le cortège de musiciens, avec à leur tête un ou plusieurs voleurs déguisés. En effet,  un an auparavant, lors de la même festa juninha, un « voleur » (ladrão) s’est chargé, au plus sombre de la nuit, de subtiliser cet objet de dévotion au sus de tous. Gardée secrètement pendant un an, elle est donc enfin rendue à ces « propriétaires », seules quelques familles « possédant » encore une bannière[1]. L’on va parfois jusqu’à mimer un faux procès pour accuser ou défendre les voleurs dans un simulacre de justice, avant que les masques tombent et que l’identité des joyeux coupables soient révélée sous les rires et quolibets. La bannière est alors dressée sur un mât coloré et sera de nouveau visible aux yeux de tous pendant quelques heures, symbole de la communauté rurale réunie, avant de disparaître pour un an, attisant les conversations et les spéculations sur les nouveaux fauteurs. C’est parfois une autre famille, généralement liée aux « voleurs », qui organisera la fête l’année suivante. Dans les municípios de Serranópolis, dans le nord de l’État de Minas Gerais où se déroule une partie de mon terrain de thèse, au pied de la Serra Geral, il y a eu encore cinq fêtes en 2017, là où l’on en comptait une vingtaine il y a quelques années. Parmi les agriculteurs qui font de la résistance culturelle, il y a surtout des familles qui se revendiquent de l’agroécologie, ou du moins qui sont catégorisées comme telles par les agronomes et techniciens, même si leurs pratiques culturales sont plutôt conventionnelles. Le Centro d’Agricultura Alternativa de Norte Minas[2] (CAA-NM), instance porte-drapeau dans la promotion de l’agroécologie dans la région, a d’ailleurs lui aussi tenu à organiser sa fête comme chaque année depuis 15 ans, même si la structure traverse un véritable naufrage comme toutes les autres ONG du pays[3]. De fait, en ce mois de juin 2017, on peut se demander, à l’instar des villageois du município de Serranópolis, et si tant est qu’elle existe réellement quelque part :  qui a volé la bannière de l’agroécologie ?

De prime abord et pour les agronomes militants de l’agroécologie, il semble que ce soit le gouvernement de Michel Têmer. Avec toutes les forces conservatrices du pays, dans une collusion des intérêts financiers internationaux et avec l’appui des grands médias, c’est lui qui a fomenté l’empeachment contre Dilma Roussef le 17 avril 2016 et qui maintient un climat d’instabilité politique et de délitement social. Dans la nuit de ce coup d’État institutionnel, sept ministères sont supprimés dont le MDA (Ministerio do Desenvolvimento Agrícolo), qui pilotait les politiques publiques de promotion de l’agroécologie initiées en 2012. Toutes les lignes de financement sont congelées, puis supprimées, mettant de facto en péril toutes les structures, telles que le CAA-NM, opératrices de ces politiques sur le terrain. Ainsi en quelques mois, le CAA-NM passe de 120 techniciens agricoles à une petite dizaine. Têmer serait-il donc le grand ladrão qui veut faire disparaître l’agroécologie ? Pour tous les acteurs de la société civile engagés au service de la justice, c’est le scénario évident, et l’on peut difficilement leur donner tort. Toutefois dans la réalité, les choses sont parfois un peu plus complexes et d’autres pistes méritent d’être explorées.

Au fait, qui est le propriétaire de cette bannière ? Ne seraient-ce pas ces agronomes dissidents justement, eux qui ont su faire de l’agroécologie un mouvement politique fort, l’étendard de la résistance aux grands lobbys et à la violence de l’agronegócio ? De fait, si l’agroécologie existe, il semble que ce soit avant tout dans les discours politiques, aussi bien dans les grands rassemblements tel que le grand Congrès Brésilien d’Agroécologie qui s’est tenu dans la capitale[4] que lors des formations pour les agriculteurs au fin fond du Sertão. Depuis leurs années de formation agronomique, dans les universités déjà, les étudiants qui choisissent une autre voie que celle dominante de l’agrobusiness constituent un corps social minoritaire, hétérodoxe, et en même temps très homogène, de militance. Sous les années de gouvernement du Partido dos Trabalhadores (PT), ils ont su faire de l’agroécologie une enseigne fédératrice, donnant une image plus moderne de l’agriculture familiale. Dans le contexte actuel de crise politique aigüe, l’agroéocologie parvient désormais à rassembler d’autres acteurs alternatifs, notamment urbains, autour de thèmes tels que la santé, l’alimentation, le féminisme, le mouvement LGBT… Mais on peut parfois se demander quelles pratiques, quels savoirs agricoles concrets les discours agroécologiques recouvrent en réalité. Le risque d’une réification sans objet est bien réel, sans rien enlever à la nécessité d’une telle utopie pour entrevoir un autre avenir pour les plus petits au Brésil. Le concept d’agroécologie, aux contours flous, permet avant tout de « visibiliser » de nombreuses initiatives de production locale, bien souvent traditionnelles, plus respectueuses de l’environnement.

Et qu’en disent les petits producteurs eux-mêmes qui, pour certains, font de l’agroécologie sans le savoir ? C’est peut-être eux les vrais « voleurs », au sens bon enfant du terme, cette année ? Alors que les organismes techniques sont en déroute, ils revendiquent leurs capacités d’autogestion, pour peu qu’on leur donne les moyens de s’organiser, afin de lutter pour le droit à la terre, maintenir la biodiversité et assurer une production de qualité, suffisante pour générer des revenus. De fait, ils aspirent à une autonomie plus grande, sortir de la coupe des techniciens et prendre leur destin en main dans la promotion de pratiques telles que la cueillette, ou de techniques alternatives comme l’homéopathie pour l’agriculture, l’usage des biofertilisants et des microorganismes efficients (M.E.), la constitution de banques de semences locales, etc. D’ailleurs, ils sont les vrais détenteurs de ces savoirs, échangés comme les graines à l’occasion d’une rencontre, que les techniciens et agronomes tentent de récolter et diffuser. Pour ces derniers, cette autonomisation est une vraie victoire, l’aboutissement de leur travail de formation politique et technique. Dans ce cas, l’agroécologie existe bien, sous forme encore fragmentaire, et l’on assiste à une « remise » de drapeau, qui change ainsi de propriétaire, du fait de la nouvelle donne économique et politique.

Belo Horizonte – 8 mars 2017

Au sein des petits producteurs, il est une catégorie qui s’approprie davantage l’agroécologie, ce sont les femmes, qui se structurent de mieux en mieux en mouvement social et revendiquent aujourd’hui : « Sem feminismo não ha agroecologia » (« Sans féminisme, il n’y a pas d’agroécologie »). Lors de la fête annuelle du CAA-NM, lorsque les masques tombent – en l’absence des techniciens non conviés pour la première fois – c’est bien un groupe de six femmes agricultrices du Sertão que l’on a découvert en possession de la bannière du Centre.

Quem roubou a bandeira da agroecologia ? L’enquête reste ouverte…

[1] Ce n’est pas tant la fabrication de la bannière qui pose difficulté que le coût d’organisation d’une telle fête pour la famille hôte.

[2] Voir le site du CAA-NM https://www.caa.org.br/

[3] Le détail du rituel de cette fête du CAA-NM est décrit par l’anthropologue brésilienne Mônica Nogueira, qui y a assisté en 2007 in M. NOGUEIRA, Gerais a dentro a fora: identidade e territorialidade entre Geraizeiros do Norte de Minas Gerais, coleção Mil Saberes, IEB Mil folhas, Brasília, 2017, pp. 198-203.

[4] Le CBA a réuni 6000 participants à Brasília en septembre 2017 dont 2 000 étudiants en agronomie.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *