Genèse d’un article à 6 mains (J1 & J2)

 

Ce post fait partie d’une série d’articles sur une retraite d’écriture qui s’est tenue en juin 2018 
J0 Organisation de la retraite d’écriture
J1 & J2 Genèse d’un article à 6 mains
J3 Commencer à écrire
J4 Trouver le message
J5 Construire une biblio et s’organiser pour la suite

Nous arrivâmes sur le lieu du crime. Nous nous réunîmes avec les absents par Skype pour parler de la pluie et du beau temps. Nous fîmes un programme. Ce fut le premier jour. Nous fîmes un tour des revues où publier et choisîmes deux d’entre elles, analysâmes les conseils aux auteurs, décortiquâmes un article publié dans chacune de ces revues, fûmes à la plages et écrivîmes un premier jet sur ce que le sujet évoquait pour nous par rapport à notre terrain. Il y eu un soir, il y eu un matin. Ce fut le second jour.

La MÉTÉO des thèses

Nous avons donc inauguré cet atelier par la désormais traditionnelle « Météo des thèses », une météo où les absents étaient présents par Skype, lequel s’est montré particulièrement clément et généreux dans sa connexion.

La Météo c’est quoi ? Un concept proposé par Sébastien C. il y quelques temps déjà. Un tour de table où chacun parle des dépressions, éclaircies, averses, canicules qui traversent son travail de thèse et éventuellement sa vie personnelle. Un moyen de faire le point, de dire où on en est, quels sont nos états d’âmes, nos pannes, nos blocages ou nos illuminations, nos perspectives et nos projets.

C’est un moment joyeux, bienveillant, parfois émouvant, qui nous a permis jusqu’à présent de nous retrouver sur la même longueur d’onde avant d’initier nos ateliers d’écritures et autres séminaires doctoraux.

ÉCRIRE un article ENSEMBLE.

C’est le but de cette rencontre. Pas facile de savoir où commencer, dans quel ordre procéder, surtout que l’on n’est pas vraiment rompues à l’écriture d’article en général.

En préparation, on a téléchargé et imprimé des conseils aux auteurs et des posts de blogs qui parlent de comment écrire un article en SHS, notamment celui de Matthew Wolf-Meyer (un anthropologue anglais). On se dit qu’on a rien à perdre à tenter de nouvelles recettes, des recettes éprouvées par nos pairs. Je précise que nous n’avons absolument pas fait le tour de tous les trésors de conseils dont la toile regorge, on a juste pris les premiers sur lesquels on est tombés… Il fallait bien commencer quelque part.

On a convenu d’un programme pour la journée :

1) Trouver la revue dans laquelle notre bébé serait publié (2h).

Il y a vraiment beaucoup de revues, on en a même découvert plein dont ne soupçonnait même pas l’existence en surfant sur Cairn, sur OpenEdition et l’Intranet du Cirad.

On a fait le choix d’une publication en français. Très vite, on s’est rendues compte qu’on ne prétendait pas (encore) faire une grande contribution à la théorie des sciences sociales et on a donc mis de côté toutes les revues généralistes et très en vue (ex: Actes de la Recherche en Sciences Sociales, RFSP, RFS, L’Homme, etc.). Nous ne sommes pas non plus sur une aire géographique particulière, et on s’est ainsi assez naturellement concentrées sur les revues interdisciplinaires qui parlent de ruralité, d’agriculture et d’environnement. On en a sélectionné deux pour le moment : Etudes Rurales et VertigO.

2) Lire les conseils aux auteurs et un ou deux articles publiés récemment pour voir « ce qui est susceptible d’être publié » dans la/les revues choisies. (2h)

Il faut connaître son « ennemi », ce qu’il pense, ce qu’il affectionne. Mettre à jour le modèle, la formule gagnante. On a donc décortiqué les conseils aux auteurs et autres guidelines (dont celles de VertigO), et on les a mis en parallèle avec des articles publiés récemment dans ces deux revues (sur des sujets qui nous intéressent, pas de masochisme non plus). Conclusion: les guidelines c’est important, mais il y a des gens qui ne les respectent pas tout en écrivant des choses très intéressantes et qui sont quand même publiées. Il y a des formats très divers (surtout quand c’est interdisciplinaire) et des articles mieux construits que d’autres. Mettre à jour la structure des articles, leurs principaux arguments, est un exercice très formateur : on voit très vite les problématiques défaillantes, les arguments qui marchent et ceux qui ne marchent pas, les cadres théoriques un peu bancals… On se met à la place des reviewers et on se dit que ce n’est pas toujours une partie de plaisir. On conclue qu’on est capable ! Yes we can !

3) Au café, en passant, faire le point sur ce qu’on voudrait dire dans notre article… Voilà, c’est important quand même. (30 min)

Ce point est finalement assez rapide et fluide. Peut-être parce qu’à trois on se pose plus vite les bonnes questions. On est obligé de verbaliser d’avantage. On ne suit pas un processus de discussion très linéaire. Notre conversion est plutôt faite d’aller-retours mais par souci de clarté, j’ai réorganisé sous forme de points :

  • Est-ce qu’on va écrire un article à partir d’études de cas ? (Non)
  • Est-ce qu’on fait de la comparaison ? (Non)
  • Est-ce que l’on prétend plutôt élaborer une réflexion générale à partir de nos expériences de terrain ? (Plutôt ça)

On reprend le compte rendu de l’atelier d’écriture où l’on avait distingué trois axes:

– Métadiscours et métapolitique de l’agroécologie
– Les nouveaux courtiers du développement agricole
– Leurres de l’agroécologie ou utopie nécessaire ?

Ces distinctions ne nous semblent plus si pertinentes six mois plus tard. L’axe 1 et 3 nous apparaissent comme des éléments contextuels ou de réflexivité méthodologique. Ce sont des points de départ, pas l’idée principale que nous voulons développer.

[Tous les conseils aux auteurs, guidelines et cie recommandent d’avoir une grande idée, un message unique qui tient entre 15 et 30 mots… Message reçu]

On décide de travailler sur l’idée de PROJET (projets de recherche, projets de développement, politique publiques basées sur des appels à projets) et sur ce que la logique de projet vient imprimer à l’action publique de promotion de l’agroécologie.

4) S’aérer la tête à la plage (1h top chrono).

Par respect pour nos lecteurs parisiens, on ne s’étendra pas sur cette partie de la journée.

5) Écrire un post de blog (1h)

Mon présent à l’heure actuelle.

Retraitement vôtre,

Marie


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.