Organisation d’une retraite d’écriture (J0)

 

Ce post fait partie d’une série d’articles sur une retraite d’écriture qui s’est tenue en juin 2018 
J0 Organisation de la retraite d’écriture
J1 & J2 Genèse d’un article à 6 mains
J3 Commencer à écrire
J4 Trouver le message
J5 Construire une biblio et s’organiser pour la suite

En janvier 2018, les doctorant.es derrière ce blog se sont retrouvé.es autour de l’organisation d’un atelier d’écriture. Le but de cet apéroatelier était de se forcer à écrire vite et d’accepter de faire relire son texte à l’état de brouillon à son voisin. La consigne était d’écrire en 40 minutes chrono un texte  autour de la question de l’agroécologie sur nos terrains. Comment se manifestait-elle ? L’avions-nous trouvée là où nous l’attendions ? Existait-elle en dehors de nos projets de thèse?
Ce brouillon était ensuite échangé avec celui de son voisin ou de sa voisine qui, après 15 minutes de relecture, prenait la parole « Alors moi, dans le texte que j’ai lu, j’ai compris que l’idée principale était … et ça m’a d’ailleurs fait penser à … » s’en suivaient 45 minutes de discussion et de terrain croisés. Et en vrai, c’était super fun.

Le résultat de cet exercice d’écriture rapide et décomplexée figure dans trois articles de blog, relatant notre recherche de l’agroécologie à Cuba, en France ou au Brésil.

Par-delà ces textes et le plaisir de se retrouver, cet atelier nous a aussi permis de nous rendre compte que nous avions beaucoup à échanger (et peut être un peu aussi à apporter) autour de nos expériences de terrain, nos cas d’étude, nos approches réflexives, nos lectures variées et nos interrogations sur les discours/politiques/courtiers/pratiques/leurres et mythes de l’agroécologie.

En trois tours d’happy hour, nous ne pouvions résoudre à nous quitter, il fallait entrevoir une prochaine rencontre…

Résultat de recherche d'images pour "hard to leave gif"

C’est ainsi que dans les mois qui suivirent, nous nous sommes attelé.es à l’organisation d’une retraite d’écriture♥ dont nous nous proposons de rendre compte sur ce blog.

Résultat de recherche d'images pour "classroom gif"

Dans ce post, ce sont les modalités pratiques et les objectifs de cette rencontre que nous vous présentons.

La semaine d’écriture a lieu du 25 au 30 juin 2018. Clara, Marie et Jeanne y participent physiquement, Quentin et Sébastien interviennent ponctuellement par skype. Nous sommes réunies dans la maison d’une de nos grand-mères, au bord de la mer et sous un ciel radieux. Mens sana in corpore sano.

Pour le budget : nos frais de transport et de nourriture sont pris en charge par le projet ANR IDAE auquel nous appartenons de manière plus ou moins rapprochées. En tout, on table pour 500 euros à 3 pour la semaine.

L’objectif de cette retraite d’écriture est l’écriture collective de A à Z d’un article scientifique sur l’agroécologie autour d’une problématique que nous devrons définir lors du premier jour.

Dans l’emploi du temps que nous avons défini, figurent aussi des temps de discussion plus générale autour du fait d’écrire : comment s’y mettre? à quel rythme? comment débloquer une situation de non-écriture? quels logiciels ? écrire au je? écrire au nous? et toutes autres questions/tips autour du fait social de l’écriture des sciences sociales.

On partagera ici, l’ensemble des références découvertes ou partagées lors de cette retraite (articles, vidéos, livres, podcast…). On attends les vôtres en commentaires!


Une réflexion sur « Organisation d’une retraite d’écriture (J0) »

  1. Faire ce compte rendu journalier sur le blog c’est aussi le moyen pour nous de mettre à jour les différentes étapes, les états d’esprit, émotions de ce processus d’écriture sans pouvoir céder à la tentation de la rationalisation a posteriori de notre démarche. En faisant un point chaque jour, on ne pourra pas vous cacher le processus tortueux de l’écriture et on ne pourra pas se l’occulter à nous même non plus (comme c’est trop souvent le cas, avec l’impression qu’on repart à zéro pour chaque article/chapitre). On cherche ainsi à objectiver et déconstruire ce processus parfois angoissant, cauchemardesque, parfois euphorique qu’est l’écriture en SHS.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.