Commencer à écrire (J3)

 

Ce post fait partie d’une série d’articles sur une retraite d’écriture qui s’est tenue en juin 2018 
J0 Organisation de la retraite d’écriture
J1 & J2 Genèse d’un article à 6 mains
J3 Commencer à écrire
J4 Trouver le message
J5 Construire une biblio et s’organiser pour la suite

 

La matinée de cette troisième journée de notre retraite d’écriture débute par une séance d’écriture. Nous avons 1h30 pour noircir deux pages de notre traitement de texte préféré autour des trois questions que nous avions accordé auparavant.

Ressenti du premier exercice d’écriture

Marie : L’écriture est fluide, je sens que je précise des intuitions que j’avais commencé à aborder lors de notre premier atelier à Montpellier en janvier (qui a donné lieu à ce post de blog) et que j’avais reformulé pour une communication orale au congrès de LASA à Barcelone. Là je sens que je formule mes idées de manières plus claires que les deux fois précédentes et c’est jouissif ! Du coup je me sens boostée pour écrire, pour lire et pour refaire des entretiens pour obtenir les infos qui me manquent. C’est une heure d’écriture qui me fait l’effet d’une boisson énergisante ou d’un doliprane au milieu de la douleur : la douleur se dissipe et tout est beau. On a presque oublié ce qu’était la souffrance et le blocage. Ce qui me rend le plus joyeuse c’est d’avoir l’impression, au cours de ces ateliers, d’accoucher d’une réflexion avortée sur l’agroécologie à Cuba, la question qui avait motivée ma thèse et que j’ai mise de côté pour des raisons d’accès au terrain. Et en même temps je sens que mon terrain d’où l’agroécologie est absente m’a permis de me décentrer de manière très productive pour comprendre ce qui se passe dans la diffusion de l’agroécologie à Cuba.

Résultat de recherche d'images pour "écrire gif"

Jeanne : la notion de « projet », cela fait longtemps que je voulais m’y confronter. Lors d’une des conférences gesticulée de Franck Lepage, j’avais acheté un cahier d’étude qui compilait des approches critiques de la gestion des actions humaines selon ce mode ultra normé de la gestion par projet, et cette lecture m’avait parlé. Elle m’avait dit des choses sur mon terrain parsemé de projets alimentaires territoriaux tout en me présentant une réflexion beaucoup plus directe et beaucoup moins jargonneuse que les rares textes de science politique que j’avais alors pu lire sur le sujet. Cette piste, je l’avais laissée de côté.
La réemprunter ce matin en écrivant 3 pages sur le « projet agroécologique français » est un vrai plaisir. L’écriture est fluide et cela me donne confiance pour la rédaction du manuscrit de thèse qui s’annonce. J’ai aussi l’impression de rouvrir un vieux dossier laissé sur le bureau de mon cerveau et que je ne me résignais pas à mettre à la poubelle. Je me dis que quel que soit l’issue de la retraite d’écriture, c’est déjà ça de gagné.
Autre point important pour moi, la matérialité de ce moment. J’écris en face de Marie qui tape avec entrain sur son ordi, prend des notes à l’écrit quand sa pensée déborde de son clavier. Elle est concentrée. Elle me force par sa présence et par l’exercice que nous nous sommes fixées à en faire autant.

Clara : L’une des difficultés principales que j’ai pu éprouver sur mon terrain de thèse, c’est le caractère fuyant de mon objet. Je travaille sur les machines pour l’agriculture familiale en Argentine. « Agriculture familiale », « agroécologie », ces concepts s’avèrent vite insaisissables sur le terrain. Alors que je partais pour étudier des objets concrets, matériels (des machines), que je m’attendais à voir des inventeurs occupés à travailler dans la suie et la sueur sur des moteurs et des rouages, je me suis souvent retrouvée face à des plans dans des cartons, des projets rédigés par des fonctionnaires pour demander des financements, des rapports écrits présentant d’ambitieux objectifs d’actions… Les machines pour l’agriculture familiale, machines qui devaient permettre de soutenir un secteur alternatif de la production agricole, sont avant tout un projet porté par différents acteurs publics. Lors de cet atelier d’écriture, il est donc intéressant de s’intéresser à l’importance de la dimension de projet dans les concepts qui ont fondé nos objets de recherche. Peut-être serait-ce aussi l’occasion, de manière réflexive, de s’interroger sur nos propres projets de recherche initiaux, et leur façon d’évoluer dans la confrontation au terrain, en tant que jeunes chercheurs intéressés par les thématiques liées aux agricultures alternatives.

Mini lecture

Le temps de lecture est bref. Chacune choisit un article qui lui fait envie par rapport à ce qu’elle vient d’écrire.

Ces allers-retours entre écriture et lecture sont vraiment riches !

Mise en commun

Soazig se joint à nous par Skype pour la restitution. Elle a, elle aussi,

fait l’exercice d’écriture qu’on lui avait intimé. Comme lors du précédent atelier d’écriture de janvier, on fait passer son texte à sa voisine de droite qui le lit puis chacune commente ce qu’elle a  compris et ce qui l’a interpellé. La discussion est extrêmement riche, les idées jaillissent à la pelle. On retourne cette question du projet dans tous les sens, on le tire, on le tort et l’étire dans toutes les directions possibles. Au bout de 3h nous sommes vidées et pas véritablement sûres d’avoir réussi à converger dans ce foisonnement d’idées.

On se donne pour mission de réécrire chacune un paragraphe où l’on précise en 15 à 30 mots quelle serait l’idée directrice de notre article. Ces hypothétiques « messages » d’article seront discutés demain matin. Avant d’en choisir un. Tin tin tin !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.