Trouver le message (J4)

Ce post fait partie d’une série d’articles sur une retraite d’écriture qui s’est tenue en juin 2018 
J0 Organisation de la retraite d’écriture
J1 & J2 Genèse d’un article à 6 mains
J3 Commencer à écrire
J4 Trouver le message
J5 Construire une biblio et s’organiser pour la suite

 

Session écriture 1h

Le soleil se lève sur la Charente Maritime et le grand jour du dévoilement commence. Aujourd’hui, nous avons pour mission commune de définir le « message » de notre article suite aux discussions d’hier.
Chacune s’attelle à la tache dans son coin. L’exercice est des plus simples : écrire une phrase à l’affirmatif, entre 15 et 30 mots, qui résume l’idée centrale qu’on veut que notre article porte.
Pour arriver au cœur du problème, les techniques entre nous sont diverses ; Soazig  a préféré écrire son message à chaud, juste après notre grande discussion d’hier. Pour les autres, voilà comment nous procédons :

Clara. Écrire un message en 30 mots, ça peut être assez paralysant comme objectif lorsque l’on n’est pas sûr d’avoir très bien en tête où l’on veut en venir. Quelques constats : j’ai besoin de commencer par écrire autre chose que ce message : des définitions, des idées en vrac.  L’objectif des 30 mots peut paraitre artificiel mais il fixe un objectif clair, et finalement atteignable. Il y a alors des choses inattendues qui naissent de l’écriture, que les discussions orales n’avaient pas permis d’énoncer clairement.

Marie : De même, je ne suis pas prête au début de la journée à accoucher d’un message de 30 mots, j’ai besoin de reprendre les idées qui m’avaient plus dans la discussion de la veille, de les organiser. J’organise mes idées en faisant des ronds et des flèches concentriques autour des deux mots qui orientent nos débats, avec des couleurs…  J’essaie de voir ce qui rassemble les deux mots, les idées s’organisent et finalement au bout d’une heure, je suis capable de formuler un premier message acceptable.

Jeanne. Je passe d’abord par l’écrit en tirant des flèches autour de ce qui m’est apparu comme le nœud du problème lors de la discussion de la veille. Les premiers ¾ d’heures vont à la réflexion : j’essaye de me laisser absorber par les tracés de ma feuille. Je tire un fil, j’essaye de ne pas le lâcher. Trouver une idée, se faire confiance, et lui donner des armes pour exister, ce n’est pas une étape facile pour moi. Dans ce cadre normé du chronométrage et de la relecture collective qui va suivre, je me sens concentrée. La rédaction passe ensuite par l’ordi : en se forçant à faire des phrases complètes et des paragraphes, on explicite les connecteurs logiques et les failles de raisonnement.

Mise en commun 2,5h

Cette fois, on lit les contributions de tout le monde avant de se mettre à débattre.

La mise en commun est foisonnante, on trouve assez vite une tension qui traverse toutes nos remarques et qu’on a parfois formulée différemment.

Même si cette tension émerge assez tôt dans la discussion, nous avons quand même beaucoup de choses à débattre. On affine mot par mot notre pensée, on fatigue aussi. Marie part cuisiner des seiches vers 12h30 tandis que Clara et Jeanne persévèrent jusqu’à la formulation d’un message qui nous convienne à toutes.

Marie : Je remarque que l’exercice de trouver le message nous a tout de suite emmener vers des questions très théoriques voire politiques. Personnellement ça m’embête de m’arrêter à un constat pessimiste et j’ai envie à chaque fois de remettre une touche d’optimisme ou d’indétermination (pour reprendre Anna Tsing) dans mon message. Je me rends compte qu’on est aussi souvent tentées de retomber dans une approche normative (telle chose est bien ou mal, c’est du dévoiement, de la récupération) parce que le sujet (l’agroécologie) vient nous chercher dans nos désirs d’alternatives, dans nos visions politiques du monde, ce qu’on a fini par appeler dans notre texte les « futurs souhaitables ».

Déjeuner de seiches et petite sieste

Écriture collective du plan et de la conclusion 2h

Dès lors qu’on a le message, le plan se déroule assez facilement. Selon les consignes de notre anthropologue anglais, il faudrait commencer par écrire la conclusion à partir du message de 30 mots que l’on a réussi à formuler. On décide finalement de faire le plan en premier puis la conclusion.

Les idées s’enchainent et s’organisent assez facilement. Travailler à trois permet de faire émerger très vite les contradictions et les redondances dans notre plan et nos idées et de les dépasser tout aussi vite. C’est vraiment un moment riche, rassurant et enthousiasmant. On voit désormais assez clairement où aller, et les champs de littérature scientifique (théorique ou non) à défricher.

Gros moment de satisfaction et de reconnaissance mutuelle. A la confirmation qu’on est capable de produire quelque chose ensemble, s’ajoute le plaisir qu’on a à le faire. Comment l’écriture scientifique, si douloureuse parfois dans les tranchées de nos labos, peut nous apparaître si jubilatoire aujourd’hui ?

Question du nombre

On se rend compte qu’avec l’organisation qu’on a adoptée, c’est difficile d’écrire à plus de trois (+ une skypeuse) car le temps de discussion et de retours sur nos textes s’allongerait à l’infini. Ils sont déjà (un peu) longs. Pour faire un atelier d’écriture plus nombreux, il faudra réfléchir à d’autres formes d’organisation et peut-être à d’autres objectifs.

La question des amitiés et des émotions occupe aussi une place importante dans notre petite retraite. Cela fonctionnerait-il si bien sans cette intimité de terrain, de sujet et de copines que nous sommes en train de construire ? Nos cerveaux accepteraient-ils ces sessions intensives et répétitives de discussions d’un objet cent fois répétés, si nous n’avions pas ces longs bains de mer en fin de journée où étirer nos corps et épancher nos cœurs ?

Si cette configuration fonctionne bien, cela ne signifie cependant pas que d’autres ne peuvent pas marcher !

Session vidéoclip de terrain [nuit]

Soirée moule dédiée à la découverte des paysages sonores et visuels (videoclips) de nos terrains respectifs… Récompense bien méritée à la fin d’une journée que l’on juge très productive.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.