Tous les articles par Marie Aureille

Genèse d’un article à 6 mains (J1 & J2)

 

Ce post fait partie d’une série d’articles sur une retraite d’écriture qui s’est tenue en juin 2018 
J0 Organisation de la retraite d’écriture
J1 & J2 Genèse d’un article à 6 mains
J3 Commencer à écrire
J4 Trouver le message
J5 Construire une biblio et s’organiser pour la suite

Nous arrivâmes sur le lieu du crime. Nous nous réunîmes avec les absents par Skype pour parler de la pluie et du beau temps. Nous fîmes un programme. Ce fut le premier jour. Nous fîmes un tour des revues où publier et choisîmes deux d’entre elles, analysâmes les conseils aux auteurs, décortiquâmes un article publié dans chacune de ces revues, fûmes à la plages et écrivîmes un premier jet sur ce que le sujet évoquait pour nous par rapport à notre terrain. Il y eu un soir, il y eu un matin. Ce fut le second jour.

La MÉTÉO des thèses

Nous avons donc inauguré cet atelier par la désormais traditionnelle « Météo des thèses », une météo où les absents étaient présents par Skype, lequel s’est montré particulièrement clément et généreux dans sa connexion.

La Météo c’est quoi ? Un concept proposé par Sébastien C. il y quelques temps déjà. Un tour de table où chacun parle des dépressions, éclaircies, averses, canicules qui traversent son travail de thèse et éventuellement sa vie personnelle. Un moyen de faire le point, de dire où on en est, quels sont nos états d’âmes, nos pannes, nos blocages ou nos illuminations, nos perspectives et nos projets.

C’est un moment joyeux, bienveillant, parfois émouvant, qui nous a permis jusqu’à présent de nous retrouver sur la même longueur d’onde avant d’initier nos ateliers d’écritures et autres séminaires doctoraux.

ÉCRIRE un article ENSEMBLE.

C’est le but de cette rencontre. Pas facile de savoir où commencer, dans quel ordre procéder, surtout que l’on n’est pas vraiment rompues à l’écriture d’article en général.

En préparation, on a téléchargé et imprimé des conseils aux auteurs et des posts de blogs qui parlent de comment écrire un article en SHS, notamment celui de Matthew Wolf-Meyer (un anthropologue anglais). On se dit qu’on a rien à perdre à tenter de nouvelles recettes, des recettes éprouvées par nos pairs. Je précise que nous n’avons absolument pas fait le tour de tous les trésors de conseils dont la toile regorge, on a juste pris les premiers sur lesquels on est tombés… Il fallait bien commencer quelque part.

On a convenu d’un programme pour la journée :

1) Trouver la revue dans laquelle notre bébé serait publié (2h).

Il y a vraiment beaucoup de revues, on en a même découvert plein dont ne soupçonnait même pas l’existence en surfant sur Cairn, sur OpenEdition et l’Intranet du Cirad.

On a fait le choix d’une publication en français. Très vite, on s’est rendues compte qu’on ne prétendait pas (encore) faire une grande contribution à la théorie des sciences sociales et on a donc mis de côté toutes les revues généralistes et très en vue (ex: Actes de la Recherche en Sciences Sociales, RFSP, RFS, L’Homme, etc.). Nous ne sommes pas non plus sur une aire géographique particulière, et on s’est ainsi assez naturellement concentrées sur les revues interdisciplinaires qui parlent de ruralité, d’agriculture et d’environnement. On en a sélectionné deux pour le moment : Etudes Rurales et VertigO.

2) Lire les conseils aux auteurs et un ou deux articles publiés récemment pour voir « ce qui est susceptible d’être publié » dans la/les revues choisies. (2h)

Il faut connaître son « ennemi », ce qu’il pense, ce qu’il affectionne. Mettre à jour le modèle, la formule gagnante. On a donc décortiqué les conseils aux auteurs et autres guidelines (dont celles de VertigO), et on les a mis en parallèle avec des articles publiés récemment dans ces deux revues (sur des sujets qui nous intéressent, pas de masochisme non plus). Conclusion: les guidelines c’est important, mais il y a des gens qui ne les respectent pas tout en écrivant des choses très intéressantes et qui sont quand même publiées. Il y a des formats très divers (surtout quand c’est interdisciplinaire) et des articles mieux construits que d’autres. Mettre à jour la structure des articles, leurs principaux arguments, est un exercice très formateur : on voit très vite les problématiques défaillantes, les arguments qui marchent et ceux qui ne marchent pas, les cadres théoriques un peu bancals… On se met à la place des reviewers et on se dit que ce n’est pas toujours une partie de plaisir. On conclue qu’on est capable ! Yes we can !

3) Au café, en passant, faire le point sur ce qu’on voudrait dire dans notre article… Voilà, c’est important quand même. (30 min)

Ce point est finalement assez rapide et fluide. Peut-être parce qu’à trois on se pose plus vite les bonnes questions. On est obligé de verbaliser d’avantage. On ne suit pas un processus de discussion très linéaire. Notre conversion est plutôt faite d’aller-retours mais par souci de clarté, j’ai réorganisé sous forme de points :

  • Est-ce qu’on va écrire un article à partir d’études de cas ? (Non)
  • Est-ce qu’on fait de la comparaison ? (Non)
  • Est-ce que l’on prétend plutôt élaborer une réflexion générale à partir de nos expériences de terrain ? (Plutôt ça)

On reprend le compte rendu de l’atelier d’écriture où l’on avait distingué trois axes:

– Métadiscours et métapolitique de l’agroécologie
– Les nouveaux courtiers du développement agricole
– Leurres de l’agroécologie ou utopie nécessaire ?

Ces distinctions ne nous semblent plus si pertinentes six mois plus tard. L’axe 1 et 3 nous apparaissent comme des éléments contextuels ou de réflexivité méthodologique. Ce sont des points de départ, pas l’idée principale que nous voulons développer.

[Tous les conseils aux auteurs, guidelines et cie recommandent d’avoir une grande idée, un message unique qui tient entre 15 et 30 mots… Message reçu]

On décide de travailler sur l’idée de PROJET (projets de recherche, projets de développement, politique publiques basées sur des appels à projets) et sur ce que la logique de projet vient imprimer à l’action publique de promotion de l’agroécologie.

4) S’aérer la tête à la plage (1h top chrono).

Par respect pour nos lecteurs parisiens, on ne s’étendra pas sur cette partie de la journée.

5) Écrire un post de blog (1h)

Mon présent à l’heure actuelle.

Retraitement vôtre,

Marie

A la recherche de l’agroécologie cubaine

Je suis partie à Cuba en février 2014 pour un stage de fin d’études. J’avais de bonnes raisons : le soleil, la salsa et … l’agroécologie. Google était unanime : à chaque recherche avec les mots-clés « Cuba » et « agriculture », je tombais sur une liste impressionnante d’articles enthousiastes. Cuba était le pays de l’agroécologie et de l’agriculture urbaine. Des photos bucoliques de paysans avec leurs grands chapeaux de paille, derrière une paire de bœufs et une charrue en bois, la terre rouge et la végétation verdoyante. La Via Campesina, l’IFOAM, Terre et Humanisme, mais aussi des universitaires et des journalistes, tous faisaient état de ce miracle, de cette conversion presque naturelle après la chute de l’URSS à une agriculture sans pétrole et sans intrant chimique.

Recherche sur google effectuée en janvier 2018

A La Havane, les premières personnes que je rencontrais étaient plus dubitatives. Les amis, les collègues parlait plutôt des pénuries récurrentes de produits frais sur les marchés et de bananes injectées de produits chimiques, juste avant la vente, pour les faire mûrir plus vite.. A Cuba, l’agriculture était perçue comme un travail pénible où l’on manque de moyens et que personne n’envie. Persuadée de n’avoir à faire qu’à des citadins atteints du syndrome universel du mépris de la campagne, je persévérais dans ma recherche.

En stage au siège local de la FAO à Cuba, je rencontrais des chercheurs cubains qui travaillaient (un peu) sur l’agroécologie et beaucoup sur les questions de genre ou de développement des coopératives. Je rencontrais aussi les chercheurs en charge de la Politique Nationale de l’Agriculture Urbaine où les intrants et produits phytosanitaires sont proscrits[1] et des membres d’ONG paraétatiques cubaines qui menaient des projets de développement sur l’agroécologie avec des fonds européens, suisses, canadiens ou australiens. Toutes ces personnes écrivaient sur l’agroécologie : des articles scientifiques ou des comptes rendus de projets.  Ils accueillaient aussi de nombreux étrangers qui, comme moi, étaient venus en pèlerinage sur la terre du premier pays converti à l’agroécologie.

Je ne rencontrais pas de producteurs. Il faut dire qu’arriver jusqu’à eux est une épopée. Il faut demander des autorisations, ça prend (beaucoup) de temps, on ne sait jamais à qui il faut vraiment s’adresser, ni ce qu’il faut dire (ou pas) pour les obtenir…. On a peur et on culpabilise avant même d’avoir commencé…. Et les cubains font aussi tout pour t’en dissuader: demander des autorisations c’est déjà « meterse en problemas« , c’est attirer l’attention des autorités alors que la logique est de faire profil bas, ce sont beaucoup d’efforts à déployer probablement en vain.

Sept mois à vivre à Cuba avec peu d’argent (stage non payé) me donnaient un avant-goût du quotidien cubain. Je me posais des questions : alors que l’agroécologie s’articule autour de l’idée d’autonomisation des producteurs n’était-il pas paradoxal que la production agricole soit complétement encadrée ? L’Etat, le Parti, les organisations de masses comme l’ANAP (l’Association Nationale des Petits Agriculteurs) contrôlent l’ensemble des aspects de la production agricole… Les employés d’une ferme urbaine de l’Etat m’expliquaient par exemple qu’ils avaient fait une plantation en mandala selon les principes de la permaculture et que les inspecteurs de l’agriculture urbaine (la plus agroécologiques des politiques agricoles) leur avaient tout fait refaire car les directives disent que les plantations doivent être faites en lignes …

Je remarquais aussi progressivement que les exemples cités dans les articles et les documentaires étaient toujours les mêmes : cette ferme urbaine à Alamar, ce paysan charismatique de Sancti Spiritus ou cet agronome qui s’était lancé dans l’agriculture pour démontrer la faisabilité de sa thèse sur l’AE. L’agroécologie cubaine avait ses stars…elle avait aussi sa cohorte de commentateurs, cubains mais surtout étrangers (une situation qui n’est pas spécifique à Cuba). Si ces chercheurs et ces journalistes avaient autant de mal que moi à aller rencontrer des producteurs, et si, lorsqu’ils en faisaient la demande, on les envoyait toujours au même endroit : comment pouvaient-ils affirmer de manière unanime que Cuba était le pays de l’agroécologie ?

La « Finca Marta » de Fernando Funès, agronome et agriculteur, une des figures de proue de l’agroécologie à Cuba

Lors de mon deuxième voyage, sans demander de permissions à personne et grâce aux réseaux que j’avais forgés en suivant quelques séances d’un master d’Agriculture Urbaine à la Havane, je finis par arriver chez quelques producteurs, en zone urbaine ou périurbaine. Je rencontrais des permaculteurs qui cultivaient un peu mais consacraient surtout leur temps à des ateliers communautaires de sensibilisation à l’environnement, à la pratique du sports ou des arts. Des trois agriculteurs qui vivaient véritablement de leur production, deux avaient intégré des programmes d’agriculture urbaine par opportunisme, pour obtenir des moyens (des systèmes d’irrigation) et n’avaient pas véritablement développé de pratiques agroécologiques. Mon maigre échantillon n’était pas représentatif et je ne voulais pas tirer de conclusions hâtives de ces quelques rencontres.

Un organoponico (ferme urbaine) étatique près de la Place de la Révolution, La Havane

L’écriture de mon projet de thèse fut un cauchemar : tout le monde parlait des mêmes exemples, tout le monde citait les mêmes articles de Miguel Altieri et surtout celui de Peter Rosset qui disait en 1994:  « The Cuban experiment is the largest attempt at conversion from conventional agriculture to organic or semi-organic farming in human history. We must watch alertly for the lessons we can learn from Cuban successes as well as from Cuban errors. And it behoves us to support this experiment which is so potentially important for all of us.”[2]

L’agroécologie ressemblait à un mirage très réel qui se dérobait sans cesse. Je voulais étudier l’agroécologie à Cuba, en faisant une vraie ethnographie de longue durée. Je voulais voir autre chose que ces stars, dont tout le monde parlait, et aller en zone rurale. Mais que faire si l’agroécologie n’existait pas au-delà de ces quelques exemples, où des projets de développement qui s’en revendiquaient ? J’arrivais tout de même à accoucher d’un projet de thèse et à le vendre… le sujet était exotique et faisait peut-être rêver le jury autant que moi, à l’heure du dégel entre Cuba et les Etats-Unis.

Je trouvais un lieu d’enquête, un projet de développement de l’agroécologie dans une zone montagneuse de Pinar del Rio qui existait depuis le début des années 2000. J’avais croisé des chercheurs qui participaient à ce projet dans plusieurs colloques et congrès à Cuba et à l’étranger. Leurs présentations étaient alléchantes : des banques de semences paysannes et de la sélection participative, des groupes d’innovation locale autour des pratiques agroécologiques, la constitution de mini-industries pour la conservation des aliments. Grâce aux divers contacts noués avec ces chercheurs, j’engageais peu à peu la procédure pour venir y faire mon terrain… jusqu’à mon arrivée à Cuba où je cessais d’avoir des nouvelles. Après de nombreuses tentatives, j’enclenchais le Plan B et obtenais une autorisation pour faire une ethnographie d’un an dans une autre municipalité.

Quatre mois plus tard, les chercheurs du projet agroécologique me répondirent (enfin). Ils m’invitaient à venir les voir et proposaient de me loger chez un couple de paysans, membres du projet qui avaient monté un projet d’agrotourisme et avaient l’autorisation, à ce titre, d’héberger des étrangers. Durant deux jours, mes hôtes me démontrèrent par tous les moyens possibles la richesse de l’agroécologie qu’ils pratiquaient tout en m’expliquant les projets touristiques qu’ils souhaitaient développer et les services qu’ils pouvaient offrir. J’étais, pour eux, comme l’ambassadrice du guide du routard qui après démonstration de leur exemplarité agroécologique allait leur envoyer des touristes friands de nature : « porque a los europeos, les gusta eso ». Ils étaient adorables et racontaient avec beaucoup de sincérité comment ce projet leur avait changé la vie, au gré des ateliers de formation, des voyages à l’étranger qu’ils avaient fait pour partager leur expérience et qui leur avait appris à donner de la valeur au petit coin de paradis qu’ils avaient. L’homme insistait sur la relation à la nature, sur les associations de plantes et leur diversité, les connaissances qu’il avait acquises : « antes no sabíamos nada » (avant on ne savait rien). Sa femme soulignait les évolutions au sein du couple, la remise en cause de la culture machiste et son émancipation progressive. A 50 ans, elle avait pris conscience qu’elle pouvait être autre chose qu’une femme au foyer et grâce au projet avait entrepris de développer la conservation des aliments, leur autonomie alimentaire et ce projet d’agrotourisme. Les deux chercheurs en charge du projet vinrent aussi me voir là où je logeais. Ils me firent l’historique du projet, rappelèrent à plusieurs reprises leur intérêt à travailler avec moi pour faire des publications à l’étranger tout en laissant entendre que je ne pourrais pas faire de terrain ici.

Les produits utilisés pour le traitement des orangers dans une des coopératives sur mon terrain

Je retournais sur mon terrain à 150 km de là. Ici, les grands projets de monocultures d’Etat des années 60 à 90 avaient fait des ravages. Les paysans qui subsistent où qui se sont relancés récemment dans l’agriculture de manière autonome sont plus intéressés par les prix de vente du quintal de haricot que par la transformation de leurs techniques agricoles. Ils font un mélange pragmatique de pratiques traditionnelles (quelques intercultures haricots/maïs, traction animale) et ont recours aux services de tracteurs, à l’usage d’engrais chimiques et de pesticides dès qu’ils le peuvent. Ils regrettent le faste des années 80 où l’agriculture cubaine était la plus mécanisée d’Amérique Latine avec 22 tracteurs/1000ha de terre arable contre 25 aux Etats-Unis[3]. Les dirigeants des coopératives et de l’ANAP (l’organisation de masse des petits agriculteurs que Peter Rosset prenait sans cesse en exemple pour parler d’agroécologie) ne mettent pas véritablement en place les fameuses formations « campesino a campesino » qui ont fait la renommée de cette organisation à l’international. Ils travaillent surtout à ce que les paysans remplissent leurs plans de production, ne commettent pas d’illégalités et se mobilisent pour les grandes messes révolutionnaires nationales. Du côté des coopératives de production travaillant sur les terres de l’Etat et des entreprises d’Etat, on cultive avec force tracteurs (tous nouveaux, cadeau de l’Entreprise Pétrolière du Venezuela) et intrants (du glyphosate et des produits de Bayer et Syngenta). Parfois, pour certaines maladies qui affectent les plantations fruitières, on a recours au « controle biologico » (biocontrôle). Un fertilisant foliaire « écologique » produit à Cuba à partir de résidus de la canne à sucre est aussi employé de temps en temps en substitution d’un fertilisant chimique lorsque ce dernier n’est pas disponible où que les finances sont serrées (il est beaucoup moins cher).

Traitement du maïs sur une parcelle de 50ha irriguée par pivot.

Quatre ans se sont écoulés depuis ma première arrivée à Cuba. J’y observe des îlots d’agroécologie autour de projets de développement ou du projet d’un agronome, star de l’agroécologie (et par ailleurs très sympathique). Ces personnes vivent de leurs productions, mais aussi de ces projets de développement, de leurs missions d’ambassadeurs de l’agroécologie ou de l’agrotourisme naissant. L’Etat Cubain permet l’existence de pratiques, de projets, de produits agroécologiques tout en poussant au redéveloppement d’une agriculture conventionnelle à grande échelle, car tous les moyens sont bons pour augmenter la production. De nombreux agriculteurs et cadres de l’agriculture rêve du retour de la mécanisation systématique, du développement industriel de l’agriculture… bref du « progrès ». D’autres paysans… mais surtout des chercheurs, des responsables de projets vivent du développement de ce modèle agricole alternatif.

Finalement, les choses ne sont pas si différentes en France, au Mexique, aux Etats-Unis… sauf peut-être qu’ici l’Etat a la main pour décider le changement, et ne le fait pas … Comme l’écrivait Fernando Funès en 2009 dans l’introduction du livre issu de sa thèse en agronomie : “Cuba a l’opportunité historique de mettre en place un modèle agroécologique à l’échelle nationale”[4].

Plusieurs questions subsistent : décrire cette réalité, casser le mythe de « Cuba pays l’agroécologie », est-ce tirer une balle dans le pied d’une alternative à laquelle on croit malgré tout ? Ou bien c’est le courage de la critique qui lui permettra d’avancer alors qu’une image trop belle n’amène que la déception et au doute profond : l’agroécologie existe-t-elle en dehors du fantasme de militants altermondialistes et d’universitaires ?

[1] Lineamientos de la Agricultura Urbana y Suburbana. Les zones urbaines sont les seules où l’usage des produits phytosanitaires est formellement interdit par le Ministère de l’Agriculture.

[2] Peter Rosset, Medea Benjamin, and others, The Greening of the Revolution: Cuba’s Experiment with Organic Agriculture. (Ocean Press, 1994), 82.

[3] Food and Agriculture Organisation, “L’Etat Mondial de L’alimentation et de L’agriculture 1991,” Collection FAO Agriculture, 1991, 212.

[4] Fernando R. Funes-Monzote, Agricultura Con Futuro: La Alternativa Agroecologica Para Cuba (Estacion Experimental Indio Hatuey, 2009), 8.