Archives de catégorie : Ressources

Les lectures qui font du bien à l’écriture

On compile ici les lectures/podcast/vidéos qui nous ont plu sur le processus d’écriture; Cette liste est en construction, toute référence est la bienvenue!

[LIVRE] D’abord Howard Becker, Ecrire les sciences sociales (ELSS)
ELSS est un livre de sociologie sur le fait social de l’écriture, ou plutôt sur le fait social de la difficulté d’écrire.
ELSS est un livre ami, celui qu’on a plaisir à retrouver, celui qui rassure et qui remotive.

Des raisons sociologiques à nos grands malheurs d’écriture, des cas concrets d’étudiantes bloquées, des paragraphes avant-après, des exercices d’écriture, des ficelles du métier… tant de réjouissances dans 170 pages qui se lisent comme du petit lait…

—————————–

[ARTICLE] L’écriture d’une thèse en sciences sociales : entre contingences et nécessitésLamia Zaki, Genèse, 2006
Lamia Zaki revient sur son expérience d’écriture de son doctorat en scpo sur les bidonvilles de Casablanca.
Tout d’abord elle rappelle que l’écriture est soumise aux mêmes (heureux) hasards que ceux que l’on peut rencontrer sur nos terrains.  Se balader dans l’écriture serait aussi une manière d’élaborer petit à petit notre argumentation.  Et il vaudrait  mieux considérer le manuscrit final comme l’assemblage d’un grand puzzle. dont les pièces seraient construites au fil de l’eau, de manière quasi indépendantes. « En soulignant le fait que l’écriture n’est pas un processus linéaire, je plaiderai pour le droit d’écrire sa thèse dans le désordre et par à-coups. […]J’ai commencé par les chapitres qui me semblaient les plus faisables; j’ai aussi écrit en fonction de calendriers qui m’étaient imposés (en participant à des colloques). »
Le rôle des colloques est maintes fois souligné dans l’article. Les avantages présentés dans le désordre : un stress à court terme, l’écriture de bout de thèse (point de départ de chapitre), la confrontation et l’enrichissement des références avec les autres participant.es, régler quelques problèmes de légitimité.
—————————–
[Chapitre d’ouvrage]  
Problématiser de C. Lemieux dans L’enquête sociologique (dir: Serge Paugam), 2012
Trouver ma problématique, et savoir tout d’abord ce qu’était une problématique, a constitué environ 80% de mon temps de travail lors de mon stage de fin d’étude.
Mais pourquoi ne m’a-t-on donné ce texte à lire ???
En effet, ce chapitre explique en quelques pages et avec force d’exemples canoniques de la littérature classique de sociologie, ce qu’est une « vraie » problématique (et non une question existentielle ou un ensemble de questions descriptives). Pour en faire un bref résumé ici, problématiser, c’est « mettre en énigme », soit révéler la tension qui existe entre une croyance, un constat commun et des faits qui ne se conforment pas à cette opinion communément admise. Exemple : le suicide est un acte personnel et imprévisible et pourtant on constate un taux de suicide extrêmement stable dans nos sociétés.
La suite du chapitre présente les 4 étapes nécessaires pour arriver à cette problématisation sociologique du réel. Il vous aide ensuite à distinguer questions et problématique par une série d’interrogations à adresser à vos propres travaux. Cette problématisation du réel permet aussi de transformer son objet d’étude en un objet sociologique à étudier. Ce qui fait une grande différence. Mais nous vous laissons découvrir dans le texte (disponible ici) toutes ces délices sociologiques qui y sont particulièrement bien expliquées. Pour une fois!
——–
Des propositions de lectures éclairantes? Faites-nous en part dans les commentaires!