Quem roubou a bandeira da agroecologia ? Etat de l’agroécologie dans le Sertão brésilien

Par Sébastien Carcelle

Serranópolis de Minas (MG – Brésil)

Lorsqu’arrive le mois de juin, il est de coutume dans certaines régions du Brésil d’organiser des processions pour les fêtes votives des grands saints qui peuplent alors le calendrier : Saint Antoine de Padoue le 13, Saint Jean Baptiste le 24, Saint Pierre et Saint Paul le 29. Dans la zone semi-aride du nord de Minas Gerais, des familles de petits producteurs tentent de faire vivre cette tradition des festas juninhas pour continuer à réunir leurs proches et voisins. Le cœur de la cérémonie, qui se déroule sous un ciel étoilé, près d’un feu de joie, est la « remise » de la bannière (entregar a bandeira) à l’effigie du saint mis à l’honneur. Elle est ainsi transmise solennellement à la famille hôte des festivités, par le cortège de musiciens, avec à leur tête un ou plusieurs voleurs déguisés. En effet,  un an auparavant, lors de la même festa juninha, un « voleur » (ladrão) s’est chargé, au plus sombre de la nuit, de subtiliser cet objet de dévotion au sus de tous. Gardée secrètement pendant un an, elle est donc enfin rendue à ces « propriétaires », seules quelques familles « possédant » encore une bannière[1]. L’on va parfois jusqu’à mimer un faux procès pour accuser ou défendre les voleurs dans un simulacre de justice, avant que les masques tombent et que l’identité des joyeux coupables soient révélée sous les rires et quolibets. La bannière est alors dressée sur un mât coloré et sera de nouveau visible aux yeux de tous pendant quelques heures, symbole de la communauté rurale réunie, avant de disparaître pour un an, attisant les conversations et les spéculations sur les nouveaux fauteurs. C’est parfois une autre famille, généralement liée aux « voleurs », qui organisera la fête l’année suivante. Dans les municípios de Serranópolis, dans le nord de l’État de Minas Gerais où se déroule une partie de mon terrain de thèse, au pied de la Serra Geral, il y a eu encore cinq fêtes en 2017, là où l’on en comptait une vingtaine il y a quelques années. Parmi les agriculteurs qui font de la résistance culturelle, il y a surtout des familles qui se revendiquent de l’agroécologie, ou du moins qui sont catégorisées comme telles par les agronomes et techniciens, même si leurs pratiques culturales sont plutôt conventionnelles. Le Centro d’Agricultura Alternativa de Norte Minas[2] (CAA-NM), instance porte-drapeau dans la promotion de l’agroécologie dans la région, a d’ailleurs lui aussi tenu à organiser sa fête comme chaque année depuis 15 ans, même si la structure traverse un véritable naufrage comme toutes les autres ONG du pays[3]. De fait, en ce mois de juin 2017, on peut se demander, à l’instar des villageois du município de Serranópolis, et si tant est qu’elle existe réellement quelque part :  qui a volé la bannière de l’agroécologie ?

De prime abord et pour les agronomes militants de l’agroécologie, il semble que ce soit le gouvernement de Michel Têmer. Avec toutes les forces conservatrices du pays, dans une collusion des intérêts financiers internationaux et avec l’appui des grands médias, c’est lui qui a fomenté l’empeachment contre Dilma Roussef le 17 avril 2016 et qui maintient un climat d’instabilité politique et de délitement social. Dans la nuit de ce coup d’État institutionnel, sept ministères sont supprimés dont le MDA (Ministerio do Desenvolvimento Agrícolo), qui pilotait les politiques publiques de promotion de l’agroécologie initiées en 2012. Toutes les lignes de financement sont congelées, puis supprimées, mettant de facto en péril toutes les structures, telles que le CAA-NM, opératrices de ces politiques sur le terrain. Ainsi en quelques mois, le CAA-NM passe de 120 techniciens agricoles à une petite dizaine. Têmer serait-il donc le grand ladrão qui veut faire disparaître l’agroécologie ? Pour tous les acteurs de la société civile engagés au service de la justice, c’est le scénario évident, et l’on peut difficilement leur donner tort. Toutefois dans la réalité, les choses sont parfois un peu plus complexes et d’autres pistes méritent d’être explorées.

Au fait, qui est le propriétaire de cette bannière ? Ne seraient-ce pas ces agronomes dissidents justement, eux qui ont su faire de l’agroécologie un mouvement politique fort, l’étendard de la résistance aux grands lobbys et à la violence de l’agronegócio ? De fait, si l’agroécologie existe, il semble que ce soit avant tout dans les discours politiques, aussi bien dans les grands rassemblements tel que le grand Congrès Brésilien d’Agroécologie qui s’est tenu dans la capitale[4] que lors des formations pour les agriculteurs au fin fond du Sertão. Depuis leurs années de formation agronomique, dans les universités déjà, les étudiants qui choisissent une autre voie que celle dominante de l’agrobusiness constituent un corps social minoritaire, hétérodoxe, et en même temps très homogène, de militance. Sous les années de gouvernement du Partido dos Trabalhadores (PT), ils ont su faire de l’agroécologie une enseigne fédératrice, donnant une image plus moderne de l’agriculture familiale. Dans le contexte actuel de crise politique aigüe, l’agroéocologie parvient désormais à rassembler d’autres acteurs alternatifs, notamment urbains, autour de thèmes tels que la santé, l’alimentation, le féminisme, le mouvement LGBT… Mais on peut parfois se demander quelles pratiques, quels savoirs agricoles concrets les discours agroécologiques recouvrent en réalité. Le risque d’une réification sans objet est bien réel, sans rien enlever à la nécessité d’une telle utopie pour entrevoir un autre avenir pour les plus petits au Brésil. Le concept d’agroécologie, aux contours flous, permet avant tout de « visibiliser » de nombreuses initiatives de production locale, bien souvent traditionnelles, plus respectueuses de l’environnement.

Et qu’en disent les petits producteurs eux-mêmes qui, pour certains, font de l’agroécologie sans le savoir ? C’est peut-être eux les vrais « voleurs », au sens bon enfant du terme, cette année ? Alors que les organismes techniques sont en déroute, ils revendiquent leurs capacités d’autogestion, pour peu qu’on leur donne les moyens de s’organiser, afin de lutter pour le droit à la terre, maintenir la biodiversité et assurer une production de qualité, suffisante pour générer des revenus. De fait, ils aspirent à une autonomie plus grande, sortir de la coupe des techniciens et prendre leur destin en main dans la promotion de pratiques telles que la cueillette, ou de techniques alternatives comme l’homéopathie pour l’agriculture, l’usage des biofertilisants et des microorganismes efficients (M.E.), la constitution de banques de semences locales, etc. D’ailleurs, ils sont les vrais détenteurs de ces savoirs, échangés comme les graines à l’occasion d’une rencontre, que les techniciens et agronomes tentent de récolter et diffuser. Pour ces derniers, cette autonomisation est une vraie victoire, l’aboutissement de leur travail de formation politique et technique. Dans ce cas, l’agroécologie existe bien, sous forme encore fragmentaire, et l’on assiste à une « remise » de drapeau, qui change ainsi de propriétaire, du fait de la nouvelle donne économique et politique.

Belo Horizonte – 8 mars 2017

Au sein des petits producteurs, il est une catégorie qui s’approprie davantage l’agroécologie, ce sont les femmes, qui se structurent de mieux en mieux en mouvement social et revendiquent aujourd’hui : « Sem feminismo não ha agroecologia » (« Sans féminisme, il n’y a pas d’agroécologie »). Lors de la fête annuelle du CAA-NM, lorsque les masques tombent – en l’absence des techniciens non conviés pour la première fois – c’est bien un groupe de six femmes agricultrices du Sertão que l’on a découvert en possession de la bannière du Centre.

Quem roubou a bandeira da agroecologia ? L’enquête reste ouverte…

[1] Ce n’est pas tant la fabrication de la bannière qui pose difficulté que le coût d’organisation d’une telle fête pour la famille hôte.

[2] Voir le site du CAA-NM https://www.caa.org.br/

[3] Le détail du rituel de cette fête du CAA-NM est décrit par l’anthropologue brésilienne Mônica Nogueira, qui y a assisté en 2007 in M. NOGUEIRA, Gerais a dentro a fora: identidade e territorialidade entre Geraizeiros do Norte de Minas Gerais, coleção Mil Saberes, IEB Mil folhas, Brasília, 2017, pp. 198-203.

[4] Le CBA a réuni 6000 participants à Brasília en septembre 2017 dont 2 000 étudiants en agronomie.

Les remaniements d’un terrain

 De l’agroécologie aux politiques alimentaires : modification d’un objet d’étude

 En 2016, je commence ma thèse sur l’institutionnalisation en France de l’agroécologie à l’échelle régionale. Nous sommes alors en pleine mandature Le Foll au ministère de l’Agriculture et à l’affirmation de son plan sur l’agroécologie, définie comme une agriculture à triple performance : économique, sociale et environnementale. Assez rapidement, je choisis mes terrains d’étude selon des critères à la fois pratiques (pouvoir y loger notamment) et scientifiques (comparaison possible entre 3 régions agricoles : Bretagne, Grand Est et Occitanie).

Le problème est que dans ces régions (mais c’est aussi le cas ailleurs) l’agroécologie est un objet politique peu débattu ou encore moins promu par des instruments de politiques régionales spécifiques. Mais si l’agroécologie n’existe pas politiquement dans ces régions, elle doit tout de même être incarnée dans certaines pratiques agricoles d’agriculteurs de ces territoires. Il me suffirait donc de trancher sur le caractère agroécologique de telle ou telle pratique et de comptabiliser les soutiens (politiques et financiers) dont bénéficient les agriculteurs qui les mettent en œuvre. Facile.

Mais comment opérer ce choix ? Le plan national ne dresse pas deux colonnes « pratiques agroécologiques/pratiques non agroécologiques ». D’ailleurs, il prône plutôt des « démarches agroécologiques » allant vers un verdissement de l’agriculture, mais pas de pratiques en tant que telles. De plus, une part conséquente de l’argent des politiques agricoles régionales cible le soutien aux structures de conseil agricole et non pas directement les agriculteurs eux-mêmes. Est-ce que dès lors un soutien aux chambres d’agriculture peut être comptabilisé comme agroécologique ? Cela dépend sans doute de l’affectation en interne de ces fonds, mais les enveloppes budgétaires n’entrent pas dans ces détails… Tout se complique.

Afin d’approcher les politiques de l’agroécologie, je décide alors d’utiliser un proxy, c’est-à-dire d’étudier une autre politique régionale qui servirait de variable significative à la place du soutien politique local à l’agroécologie, tellement diffus qu’il m’apparaissait comme impossible à observer ou mesurer.

De manière assez empirique, j’avais remarqué dans ces régions d’études que de plus en plus de collectivités territoriales mettaient en place des projets politiques alimentaires dont les volets agricoles semblaient s’approcher des préceptes agroécologiques du ministère : relocalisation de l’agriculture, développement des circuits courts, etc. Et si en regardant le développement de ces politiques alimentaires (et la mise en œuvre de leurs instruments) je pouvais éclairer une facette de l’avancée politique de l’agroécologie en région ?

[6 mois plus tard]

De retour après mes enquêtes de terrain, mon objet d’étude s’est passablement complexifié : les politiques locales de l’alimentation portent en fait des projets agricoles tout à fait divers en matière d’actions publiques, de visions normatives, d’acteurs concernés, de partenaires impliqués, de budgets consacrés, etc. En revanche, d’un point de vue théorique, l’analyse de ces initiatives politiques locales semble se rattacher à tout un tas de controverses scientifiques actuelles sur lesquelles je pourrai m’appuyer dans ma thèse. Progressivement, c’est donc le caractère disruptif de l’alimentation, nouvel objet de politiques aricoles, que j’affirme comme mon objet d’étude central. En parallèle, le nouveau gouvernement issu des élections présidentielles de 2017 met en pause le plan de l’agroécologie gouvernementale et lance en grandes pompes les « États généraux de l’alimentation ».

Le glissement de mon sujet de thèse de l’agroécologie à l’alimentation, qui m’apparaissait en première année comme un élément chaotique de plus à l’arc de mon doctorat, semble au final plutôt bien tomber…

https://www.youtube.com/watch?v=_wji4Sr2IOg

From Pope to pop

From Pope to pop. Petit guide de lecture de Laudato Si’, une encyclique entrée dans la culture écologique contemporaine

Le Pape François en icône de la culture pop

Par Sébastien Carcelle et Jeanne Pahun

L’encyclique Laudato Si’ du Pape François est le premier texte pontifical à aborder frontalement les questions écologiques, prônant une « écologie intégrale ». Sortant de la communauté chrétienne, il s’est rapidement diffusé dans l’espace public jusqu’à devenir une référence pour un grand nombre d’individus du milieu écologique et agricole. Fonctionnaires du Ministère de l’Agriculture, figures écologistes et altermondialistes (Naomi Klein, Nicolas Hulot, Edgar Morin)[1], agriculteurs, nombreux sont ceux qui mobilisent aujourd’hui ce texte pour appuyer leur argumentaire en faveur d’une transition écologique. Comment un document du Magistère[2] a pu connaître un tel succès dans des communautés d’acteurs extérieurs à la chose religieuse ? Pourquoi est-il passé dans le paysage familier de la pop culture écologique ? Cet article propose quelques clefs de lecture pour entrer dans ce surprenant texte et comprendre en quoi il a pu répondre à une attente de nos contemporains.

La tradition sociale dans les textes des Papes

En juin 2015, le Pape François a publié la première encyclique de l’Eglise catholique sur l’écologie, intitulée Laudato Si’. Une encyclique est une lettre ouverte à tous les chrétiens et plus largement à toute personne « de bonne volonté » adressée par un Souverain Pontife. Ce geste prolonge la tradition des premières communautés chrétiennes d’envoyer des courriers pour s’exhorter et se réconforter, tout autour du bassin méditerranéen à l’époque des persécutions sévères sous l’Empire Romain. Plus précisément, l’encyclique Laudato Si’ s’inscrit dans une tradition plus récente de documents pontificaux sur des questions sociales, regroupés habituellement sous le nom de « Doctrine Sociale de l’Eglise »[3]. Ces textes, qui prennent en compte des données concrètes et d’actualité, furent inaugurés à la fin du XIXe siècle par le Pape Léon XIII avec la publication de son encyclique Rerum Novarum (« les choses nouvelles »). Celle-ci dénonçait au début de la Révolution industrielle les conditions de vie des ouvriers en Europe et traitait de ce fait des implications sociales de l’industrialisation. Cette lettre eut un très grand retentissement dans la communauté des croyants et entraîna l’émergence d’un syndicalisme chrétien, la création de nombreux mouvements de solidarité et la prise de conscience par les patrons d’obédience chrétienne de leur responsabilité sociale vis-à-vis de leurs employés. En pleine guerre froide, une autre encyclique, Pacem in Terris (« La paix sur la Terre ») écrite par Jean XXIII en 1963 eu un certain retentissement pour éviter un conflit nucléaire[4]. Cinquante ans plus tard, dans un tout autre contexte, et face à de nouveaux enjeux, l’encyclique du Pape François bénéficie d’un pareil retentissement et sa diffusion s’étend aux sphères politiques mais aussi à celles des acteurs de la vie associative et des militants écologistes, dépassant largement le cercle des catholiques pratiquants. Voir l’Eglise se pencher sur une question si brûlante est en soi un signal fort, mais c’est surtout la forme et le contenu de ce texte atypique qui explique l’engouement qu’il peut susciter.

La figure de Saint François d’Assise

Le titre italien de l’encyclique, et non latin comme l’aurait voulu la tradition vaticane[5], fait écho au Cantique des Créatures de Saint François d’Assise, poème dans lequel le Saint du XIIIe siècle louait Dieu pour chacune de ses créatures avec lesquelles il se reconnaissait des liens de fraternité évoquant Frère Soleil, Sœur la Lune, etc. Le Poverello, surnom donné à François d’Assise, est une figure emblématique de la Sainteté, incarnant l’Évangile de manière radicale par son choix de se faire proche des marginaux. Dans l’imaginaire collectif[6], Saint François d’Assise est le saint patron protecteur des plus pauvres, mais c’est aussi un rêveur parlant aux animaux et prônant la joie de vivre. Considérant toute création comme divine, il laissait par exemple dans son potager proliférer les herbes sauvages toutes aussi belles et admirables selon lui que n’importe quelles plantes domestiquées. Son profond respect pour le vivant et son refus de le transformer en objet de domination font de François d’Assise le saint patron de l’écologie[7] et une figure sympathique aux yeux des écologistes athées ou agnostiques partageant cette vision de la nature. En prenant le nom de François, au commencement de son Pontificat en 2013 – il est le premier Pape a porté ce nom – le jésuite Argentin Jorge Bergoglio a d’emblée voulu indiqué son attention aux plus pauvres et aux questions écologiques.

Un texte précis et clair

Rapidement après son élection en 2013, on a su que le Pape préparait un texte sur l’écologie, mais sa publication a pris du temps, car elle fut le fruit d’un large travail collectif. Le Pape François a en effet élaboré le plan en six chapitres, dont il a confié la rédaction à six équipes distinctes de spécialistes qui ont travaillé de manière collaborative mais dans le secret pendant plusieurs mois. Il était essentiel pour le Pape que les derniers résultats scientifiques soient pris en compte. Ensuite, il a légèrement repris le tout par l’ajout de titres et de quelques images parlantes, d’où le style à la fois très simple, direct et en même temps très précis dans des domaines aussi variés que l’urbanisme, la climatologie, les déchets, l’usage des sols, la qualité environnementale des logements, l’éduction populaire ou encore la liturgie…. Le tour de force du Pape est de rassembler tous ces éléments en un texte court et accessible. En lisant Laudato Si’, on pourrait presque avoir le sentiment qu’il s’adresse à nous de manière orale[8].

Un autre monde est possible : le message du Pape

Les trois premiers chapitres de l’encyclique présentent un diagnostic sur l’état de ce que le Pape appelle notre « maison commune » tandis que les trois suivants offrent des pistes de réflexions et d’actions pour mettre en place une « écologie intégrale ». Par ailleurs, les chapitres impairs ont une coloration davantage scientifique tandis que les chapitres pairs sont plus théologiques. Le chapitre 1 (« Ce qui se passe dans notre maison commune ») dresse un constat des résultats scientifiques sur les changements environnementaux, en particulier sur le réchauffement climatique mais aussi sur la pollution, ses causes à chercher du côté de notre modèle de développement actuel et ses conséquences désastreuses pour les plus pauvres. Le chapitre 2 (« L’Évangile de la création »), très belle initiation à la théologie, revient sur le rapport respectueux à la nature véhiculé par le christianisme et la tradition biblique. Le chapitre 3 (« Les racines humaines de la crise écologiques »[9]) en dialogue notamment avec les sciences humaines, cherche à montrer les limites du paradigme technocratique sans pour autant condamner l’innovation et la technologie qui peuvent être source de créativité pour tous. Le quatrième chapitre (« L’écologie intégrale ») présente de manière unifiée les différents aspects des réponses écologiques qui sont nécessairement propres à chaque contexte et ne peuvent être généralisées a priori. La spécificité culturelle des modes de vie et des initiatives est ici clairement opposée aux solutions top-down qui prolongent le paradigme technocratique. Pourtant le Pape ne nie pas l’importance décisive d’une gouvernance mondiale, au contraire, et le chapitre 5 (« Quelques lignes d’orientation et d’action ») décrit la responsabilité qui incombe à chaque échelle de décision en insistant chaque fois sur l’importance du dialogue. Ce chapitre constitue à lui seul un mini manuel de sciences politiques sur la démocratie participative. Enfin, le chapitre 6 (« Éducation et spiritualité écologique ») souligne l’importance des médiations longues, telle que l’éducation, pour permettre l’apparition progressive d’autres modes de vie. Il ouvre également des chemins pour les combats intérieurs, que ceux qui s’engagent pour une vie plus juste et plus écologique, ne manqueront pas d’affronter. Citons ici un large extrait :

« (…) éviter l’usage de matière plastique et de papier, réduire la consommation d’eau, trier les déchets, cuisiner seulement ce que l’on pourra raisonnablement manger, traiter avec attention les autres êtres vivants, utiliser les transports publics ou partager le même véhicule entre plusieurs personnes, planter des arbres, éteindre les lumières inutiles. Tout cela fait partie d’une créativité généreuse et digne, qui révèle le meilleur de l’être humain. Le fait de réutiliser quelque chose au lieu de le jeter rapidement, parce qu’on est animé par de profondes motivations, peut être un acte d’amour exprimant notre dignité. Il ne faut pas penser que ces efforts ne vont pas changer le monde. Ces actions répandent dans la société un bien qui produit toujours des fruits au-delà de ce que l’on peut constater, parce qu’elles suscitent sur cette terre un bien qui tend à se répandre toujours, parfois de façon invisible. En outre, le développement de ces comportements nous redonne le sentiment de notre propre dignité, il nous porte à une plus grande profondeur de vie, il nous permet de faire l’expérience du fait qu’il vaut la peine de passer en ce monde » (§ 211 – 212).

Ce qui caractérise l’écriture de cette encyclique est le regard que le Pape porte sur la situation actuelle, à la fois réaliste et plein d’espérance. Ainsi, tout commence par le constat de la profonde crise écologique contemporaine et l’enquête sur ses causes et conséquences, notamment par rapport aux communautés les plus vulnérables du globe. Mais rapidement le Pape se réjouit devant la collaboration des scientifiques pour décrire et comprendre le système Terre, clé de voute selon lui, d’une compréhension globale des enjeux écologiques et politiques. Égrainée comme un refrain : l’expression « Tout est lié », revient par exemple 22 fois dans le texte. Le Pape insiste en effet sur la dimension systémique de la crise écologique et également des réponses à offrir, qui sont tout autant spirituelles, qu’éducatives, personnelles, communautaires et politiques, chaque niveau de décision ayant sa responsabilité et ses capacités d’agir. Au-delà du lien entre spiritualité et écologie, c’est surtout l’articulation entre les questions sociales et environnementales qui fait l’originalité de ce texte et qui a marqué de nombreux militants acquis à la cause.

Un Pape politique

Le Pape a volontairement publié son encyclique avant la COP 21 afin de tenter d’infléchir les décideurs vers des engagements courageux en matière d’écologie. Il s’est aussi rendu devant le Congrès américain, plutôt sceptique sur les questions de changement climatique, après la publication et avant l’accord de Paris. Certainement la construction d’un agenda médiatique à un moment décisif a participé à faire connaître ce texte. Mais c’est aussi très clairement la nouveauté du style, la précision des remarques pour qui connaît chacun de ces domaines, et la force des propositions constructives qui habitent le texte, qui ont contribué à sa très grande diffusion et à ce que l’on s’y réfère aujourd’hui comme à un document majeur qui redonne un élan, peut-être à la fois spirituel et pragmatique à ceux qui risquent de s’essouffler dans l’engagement écologique. Après les changements politiques et le retrait des Etats-Unis de l’accord de Paris, ce texte garde plus que jamais son actualité pour tous ceux qui ne désespèrent pas de trouver des solutions alternatives.

Bibliographie

Pape François, Loué sois-tu ! Lettre encyclique sur la sauvergarde de notre maison commune, texte commenté et présenté par le CERAS, Conférence des Evêques de France. https://www.editionsjesuites.com/fr/livre-loue-sois-tu-laudato-si-829.html

Jurgen Moltmann dans son ouvrage, Dieu dans la Création. Petit traité écologique de la création, Cogitatio Fidei, cerf, Paris, 1988.

Lynn White, « The Historical Roots of Our Ecological Crisis », Science, n° 155, 10 mars 1967, pp. 1203 – 1207. Disponible en ligne : http://www.uvm.edu/~gflomenh/ENV-NGO-PA395/articles/Lynn-White.pdf.

 

[1] Voir l’article du Monde Diplomatique, « Le pape contre le « fumier du diable » », septembre 2015. Disponible : https://www.monde-diplomatique.fr/2015/09/DUMAY/53677

[2] Le terme Magistère désigne, dans la tradition de l’Eglise, l’autorité ecclésiale lorsqu’elle prend position officielle sur des questions sociales ou ecclésiales, à travers la publication de textes généralement.

[3] Pour en savoir plus, voir le site du CERAS qui donne l’ensemble des textes de la Doctrine Sociale de l’Eglise avec des présentations et un moteur de recherche : http://www.doctrine-sociale-catholique.fr/

[4] Voir la présentation du texte sur le site http://www.doctrine-sociale-catholique.fr/index.php?id=1759. Le texte est disponible sur le site dans son intégralité, ainsi que celui de Laudato Si’ et tous les textes appartenant à la Doctrine Sociale de l’Eglise.

[6] Beaucoup de films, de livres, de tableaux ou de bande-dessinées ont été consacrés à St François d’Assise. Voir par exemple le film d’Arnaud Louvet et Renaud Fely : L’Ami. François d’Assise et ses frères, sorti en 2016.

[7] Saint François d’Assise est depuis 1979 le Saint Patron de l’écologie. Cette « nomination » décidée par le Pape Jean-Paul II est une réponse au célèbre article de Lynn White qui faisait cette invitation provocante dix ans plus tôt dans un article devenu célèbre (voir bibliographie), écrit au tout début de la prise de conscience écologique

[8] Pour lire une édition commentée avec des introductions brèves par chapitre, on pourra se reporter à l’édition publiée par la Conférence des Evêques de France en partenariat avec le CERAS, voir bibliographie. http://www.ceras-projet.org/index.php?id=6158.

[9] On retrouve ici une allusion explicite à l’article de Lynn White précédemment cité. De fait, suite à la publication de cet article, les théologiens qui se sont intéressés à l’écologie n’ont eu de cesse de le discuter. La plus célèbre contribution est celle du pasteur réformé Jürgen Moltmann dans son ouvrage, Dieu dans la Création.

Anaïs s’en va-t-en guerre, documentaire sans ukulélé

Voix off résolument enjouée sur fond de petite guitare : bienvenue dans le monde des reportages internet sur l’agroécologie.

photo issue du docu Anaïs s’en va-t-en guerre

Le documentaire de Marion Gervais, sorti sur TV Rennes en 2014, n’adopte pas cette trame et c’est tant mieux. Durant plusieurs années, la réalisatrice a rendu visite à Anaïs, jeune agricultrice en Bretagne en phase d’installation. Balottée entre plusieurs bouts de terres agricoles,  luttant un jour pour leur raccordement au réseau électrique, le lendemain pour obtenir l’autorisation d’y installer une serre, Anaïs est en lutte permanente.

photo issue du docu Anaïs s’en va-t-en guerre

En choisissant de poser sa caméra à 50 centimètres du sol, à hauteur d’Anaïs qui raconte ses difficultés et ses aspirations tout en sarclant ses plants de lavande, la documentariste place la parole et le vécu de l’agricultrice au cœur de son film. Le geste agricole, si souvent mâtiné de romantisme, est donc ici indissociable du quotidien d’Anaïs : une accumulation de difficultés administratives, techniques et financières.

La puissance du documentaire Anaïs s’en va-t-en guerre  tient sans doute à la force fascinante de l’agricultrice, mais donc aussi au contre-pied qu’il opère avec l’enthousiasme ambiant (et très urbain) pour les choses agricoles : s’installer paysan.ne sans reprendre la ferme de ses parents est en réalité aujourd’hui en France un processus extrêmement difficile, souvent injuste, toujours très long et rarement voué au succès.

[Cette situation étant vraiment intolérable, internet s’est empressé d’organiser pour Anaïs un Crowdfunding-ukulélé, afin de rétablir l’ordre des choses : médiatiser son cas, le considérer comme individuel, lui envoyer de l’argent. Mais bon, ça c’est une autre histoire.]

On vous recommande donc vivement ce documentaire. C’est  l’agroécologie par la pratique, par le parcours des combattantes, par les plantes, par l’accès à la terre et par les femmes qui la font.

Le film est visionnable ici ! https://rutube.ru/video/96211a3e54a82ce15599c6aca4873f6d/

photo issue du docu Anaïs s’en va-t-en guerre