Popopop ! (Ou comment les ondes font avancer la recherche en agroécologie)

« Não importa, ninguém é o que pensa que é » (Peu importe, personne n’est vraiment ce qu’il pense être) – Graffiti sur les murs de Porteirinha dans l’Etat de Minas Gerais au Brésil

« Popopiennes, Popopiens et tous les autres aussi, bonjour » ! C’est par cette salutation qu’Antoine de Caunes commence chaque après-midi son émission culturelle sur France Inter intitulée Popopop[1]. Quel rapport avec l’agroécologie me direz-vous ? Tout commence à la rencontre annuelle de notre équipe ANR en 2017, lorsque le groupe des doctorants avait présenté ce blog des Carnets Ouverts de l’Agroécologie et les possibles pistes éditoriales. Un des directeurs de recherche avait proposé « Culture Pop », ajoutant : « essayez de glaner tout ce qu’il y a dans l’air ambiant, qui fait que l’écologie est devenue quelque chose de commun dans la société, Laudato Si’, Nicolas Hulot, manger bio… ». J’avais volontiers répondu à l’invitation en proposant avec Jeanne Pahun d’écrire un article d’introduction à l’encyclique du Pape François sur l’écologie, pour alimenter cette nouvelle rubrique. Mais voilà, depuis, je ne cesse de m’interroger sur ce que ce que peut bien être la « Pop culture ». C’est finalement dans l’interstice entre mes deux terrains au Brésil, à force de flâner sur les ondes de Radio France pour penser à autre chose qu’aux bananes bio et aux paysans sans terre, que j’ai commencé à trouver des réponses.

En effet, l’émission du génial présentateur – qui est aussi bon écrivain – cherche à traiter chaque jour de la culture « de manière trois fois pop », comme il se plaît à dire. Recevant des personnalités aussi variées que Philippe Djian, Léa Drucker ou Emir Kusturika, il demande à chacun de définir ce qu’est pour eux la culture pop, puis de donner leur film préféré, de même pour le roman, le CD, la BD, la série TV ou encore le jeu vidéo. Or le 16 avril dernier, c’est Alain Chamfort qui se prêtait au jeu. Le chanteur avait manifestement pris le soin de préparer au calme ces réponses, car celles-ci étaient assurées, surprenantes parfois, mais toujours très claires. Pour lui :

« la Pop culture, c’est une culture que tout le monde peut apprécier sans initiation particulière ».

Le terme d’« initiation », qui fait partie du vocabulaire religieux, m’a tout particulièrement retenu. Il permet de comprendre par exemple pourquoi, l’opéra bien que très attirant, peut rester complètement hermétique pour le non-initié. D’ailleurs, les mêmes sentiments ne sont pas exprimés aussi bien dans « C’est toi que je t’aime » des Inconnus que dans Carmen de Bizet ? Et de fait certains objets culturels, tels que des tags lus sur des murs, des chansons d’amour, des films blockbusters, etc. ont pu me marquer et me façonner profondément, peut-être tout autant, voire bien plus, que la lecture des Confessions d’Augustin, ou les balades de Chopin, dont je n’ai d’ailleurs jamais été fichu de retenir les numéros.

Ce serait donc cela, la Pop culture ! Un ensemble d’éléments disparates que l’on incorpore sans effort et sans y prendre garde. Dès lors, la culture Pop ainsi entendue conduit à se reconnaître soudain membre d’un vaste collectif, aux contours flous, tous mes contemporains plus ou moins jeunes, qui eux aussi puisent sans cesse dans ces ressources disparates pour affronter leur vie et faire face aux émotions qui les traversent. En partant vivre au Brésil, par la langue, la nourriture, la musique, les moments de partage, qui réunis en un mot forme le quotidien, j’ai cherché moi aussi faire mienne une partie de la pop culture brésilienne, un motif[2] particulier, à l’image du petit enfant qui en grandissant absorbe des savoirs culturels facilement accessibles dans le milieu qui est le sien.

Avec cette définition, j’éprouvais ainsi quelques instants ce soulagement d’avoir enfin pu mettre les mots justes sur une chose importante, avec ce relâchement de la tête et du corps qui disent : « oui, c’est exactement ça ! ». Mais voilà que la joie cédait alors le pas à de nouvelles interrogations. Je travaille en effet sur les savoirs agronomiques qui circulent entre petits producteurs et agronomes dans le Sertão brésilien. Une question omniprésente dans mon travail est de noter comment une personne a appris telle connaissance ou geste technique, que ce soit la date de semis du sorgho, les propriétés thérapeutiques d’une plante sauvage ou encore pourquoi récolter cette banane aujourd’hui plutôt qu’hier ? Est-ce à la faculté d’agronomie ou en regardant faire ses parents agriculteurs ? En effet, je mesure chaque jour combien les enfants des familles qui m’accueillent apprennent nombre de savoirs agricoles juste en suivant leurs parents ou en les aidant. Rien de nouveau me direz-vous. Mais justement, mon enquête vise à comprendre ce qui sépare ces deux mondes, celui des agronomes et celui des agriculteurs, et quelles sont les croyances et les représentations mentales qui font que certains savoirs circulent plutôt que d’autres. Finalement, n’est-ce pas une question de pop culture différente d’un groupe à l’autre ? Si tel est le cas, il peut être utile de porter attention aux lieux et aux moments « d’initiation ». L’apprentissage d’un enfant qui grandit à la ferme n’est-il d’ailleurs pas comme une longue initiation ? Les savoirs agricoles dit « populaires » ou « traditionnels » sont-ils si facilement accessibles ? Ne sont-ils pas tout aussi difficiles à comprendre et à acquérir que les savoirs scientifiques que l’on acquiert avec de longues études théoriques ? Autant de questions en suspens avec lesquelles je repars pour la suite de mon terrain. Merci Alain Chamfort pour cet éclairage, et vive France Inter !

 

 

 

 

[1] Voir : https://www.franceinter.fr/emissions/popopop.

[2] Le terme de motif, devenu classique dans l’anthropologie culturelle, a été proposé par l’anthropologue Ruth Benedict dans Patterns of culture en 1934.