Archives par mot-clé : Ministère de l’Agriculture

Entretiens à la DGPE du ministère de l’agriculture Raisonner la gouvernance du Projet Agroécologique pour la France

Je m’appuie sur quelques entretiens réalisés avec des concepteurs du Projet Agroécologique (PAE) travaillant à la DGPE[1], ainsi que sur une analyse des documents produits pour présenter le fonctionnement du PAE. Ces entretiens et cette étude documentaire s’inscrivent dans une approche d’analyse cognitive des politiques publiques (Muller, 2000). Il s’agit donc d’appréhender les cadres cognitifs et normatifs mobilisés par les concepteurs du PAE.

Concrètement, le terrain se résume à des entretiens menés avec des hauts fonctionnaires du ministère de l’agriculture, directeurs ou adjoints dans des services de la DGPE (5 entretiens) et au sein du Centre d’Etude et de Prospective (CPE) du ministère (2 entretiens).

Les questions de recherche initiales visaient principalement à enquêter dans deux directions :

  • Une première tentative consiste à interroger les valeurs, les concepts ou les rationalités sous-tendant certaines prises de décisions relatives à la promotion d’une vision de l’AE. Il s’agit de s’intéresser au cadrage des problèmes, des enjeux et des solutions identifiés pour le développement agricole, dans le contexte d’institutionnalisation de l’AE.
  • Dans un second temps, les interrogations portent davantage sur la traduction de ces valeurs, concepts et objectifs des décideurs, dans des instruments d’action publique.

L’objectif est donc de comprendre ce qui compte pour les décideurs, ce qu’ils essayent de faire dans leur activité de normalisation de l’AE, et éventuellement quelle AE leurs actions visent à faire émerger.

Les quelques éléments de résultat à présenter pourraient être de deux ordres :

  1. Les convergences des références conceptuelles des agents de l’Etat chargés de l’élaboration du PAE.
  2. Les logiques sous-tendant les instruments et leviers identifiés, mobilisés ou élaborés pour la promotion de l’AE.

 

  1. Les convergences des références conceptuelles :

Le discours officiel relatif à la transition agroécologique fait coïncider un affichage sur une gouvernance partenariale et concertée du PAE, avec la prise en charge par la puissance publique d’enjeux plus complexes, systémiques et contextualisés identifiés comme étant propres à la transition agroécologique. Les agents de l’Etat font référence aux concepts de « gouvernance » et de « participation », présentés comme particulièrement pertinents au regard de la nature des enjeux environnementaux et sociétaux, qu’il s’agit de gérer autrement. Nous analyserons l’articulation des concepts et des éléments rhétoriques qui construisent cette convergence entre des évolutions institutionnelles et la réponse aux enjeux propres à la transition écologique d’un secteur. Les entretiens montrent également que, pour voir advenir une transition agroécologique, l’acceptabilité sociale de changements profonds à opérer est une préoccupation de premier ordre pour les agents de l’Etat. Par conséquent, l’accent est mis sur la co-construction des politiques publiques. Nous formulons l’hypothèse que le discours historique sur la « cogestion » des politiques publiques entre l’Etat et la profession est renouvelé avec le tournant de la « modernisation écologique » et les références à la « co-construction des politiques publiques ». Au delà d’une cogestion « exclusive », parfois dénoncée pour son fonctionnement oligarchique, l’action gouvernementale entend retrouver une source de légitimité supplémentaire lorsqu’elle affiche l’évolution de cette cogestion, devenue une « gouvernance » plus « inclusive » et « non-normative » du développement agricole. Toujours de manière hypothétique, nous identifions une éventuelle convergence entre un référentiel global autour des expériences participatives dans la modernisation écologique et un référentiel sectoriel autour de l’AE.

En conclusion, on pourrait avancer qu’en mettant en avant une gouvernance plus participative et contextualisée, le MAAF élabore un récit sur la transition comme construction d’un compromis sociétal. L’horizon de l’agroécologie envisagé est celui d’une gouvernance du système agri-alimentaire permettant la coexistence de différents modèles de production agricole, adaptés aux enjeux territoriaux, sociaux, et écologiques affichés. La promotion de l’agroécologie comme une diversité de pratiques professionnelles innovantes, ancrées dans des expériences contextualisées, rencontre donc des réflexions plus larges sur la nécessité de transformer les modes de gouvernance et les processus d’innovation.

 

 

2. Les logiques sous-tendant les instruments et leviers pour l’AE

Nous choisissons de questionner deux modes d’intervention soutenant des innovations pour la transition agroécologique.

  • La première intervention étudiée est celle d’un appel à projet Casdar et de la sélection de projets de GIEE[2]. Il s’agit de soutenir des démarches de professionnels volontaires, sous la forme de sélection et de financement de « projets » pour des expérimentations multi-acteurs.

Une hypothèse est qu’au delà d’un rôle de financement direct des initiatives, de support du risque et de communication, les appels à projet sont aussi des moments de cadrage classique du développement agricole par la puissance publique. La procédure de sélection des dossiers est un moment de cadrage et de contrôle. Dans le cas des appels à projet étudiés[3], les services déconcentrés du ministère (DRAAF) ont pu élaborer leur liste des critères des projets considérés comme « agroécologiques » et « innovants ». Ils ne proposent pas une liste de pratiques, mais des critères autour de la « triple performance » des systèmes deviennent par exemple des conditions.

  • L’autre concerne la formalisation d’un « réseau » d’acteurs visant à favoriser la transition agroécologique dans les territoires.

Il ressort de ces données que les référents ont notamment comme rôle de construire des collaborations multi-acteurs pour la diffusion d’information et l’élaboration de projets. Ils se voient confier la structuration de projets supportant les pratiques agroécologiques. Ils doivent à la fois faire circuler des informations et influencer les pratiques administratives pour assurer le développement de l’agroécologie. Leur rôle est de « mobiliser », « d’inciter », « d’animer ». Pour cela le ministère a engagé un travail de formation de ces référents. Au cours de ces formations, le discours des intervenants sélectionnés par le ministère participent à présenter aux référents les valeurs, les connaissances et les pratiques associés à l’agroécologie par des chercheurs et des membres de l’administration centrale. Le travail administratif qui leur est confié est porteur d’une certaine vision de ce que les acteurs administratifs et les professionnels du développement et les agriculteurs doivent changer dans leurs pratiques.

Il semble donc que ces interventions publiques passant par des soutiens de projets expérimentaux innovants, et de réseaux multi-acteurs pour leurs diffusions, témoignent d’une conception particulière de l’innovation à la fois politique et . Ils diffusent aussi bien des connaissances, que des cadrages sur les démarches d’innovation, et des visions politique sur le futur du développement agricole.

 

[1] DGPE : Direction générale de la performance économique et environnementale des entreprises

[2] Groupement d’Intérêt Economique et Environnemental

[3] AAP Mobilisation Collective pour l’Agroécologie (MCAE) en 2013, AAP « Mobilisation Collective pour le Développement Rural » en 2015, AAP annuel porté par les DRAAF en région pour structurer des Groupements d’Intérêt Environnementaux et Ecologiques…

 

Naissance et gestation de l’agro-écologie ministérielle

Comment est arrivé le concept d’« agro-écologie » (avec un tiret) au ministère français de l’agriculture? Depuis fin 2012, le « projet agro-écologique pour la France » articule un ensemble de politiques publiques, instruments de communication et dispositifs législatifs. Or, le terme semble à priori totalement nouveau au ministère, et renvoie à un concept largement associé aux mouvements sociaux.

Pour rappel, le concept a circulé depuis plus de trente ans au niveau international au sein d’une recherche « militante », associée au monde des ONG et du développement agricole (wezel et al, 2009). En France, un archipel d’associations et de mouvements sociaux contribuent à la diffusion du concept (Bellon et Ollivier, 2011, voir leur travail de cartographie de l’AE en France), qui est également investi à la marge par un pan de la recherche agronomique.  De manière récente, l’AE est devenu un champ de la recherche officiellement traité par les sciences agronomiques françaises, puisque l’AE est devenue l’un des deux chantiers de recherches prioritaires de l’Inra pour la période 2010-2020, et que le concept circule depuis plus trente ans dans le champ de la recherche internationale (wezel et al, 2009)

La diffusion de concepts circulant internationalement comme le développement durable a mené à des appropriations diverses voire asymétriques (Villalba et al, 2009).   Avant de s’intéresser à comment le concept d’agroécologie est approprié  par le ministère (d’avantage ici), il s’agit de revenir sur la trajectoire de sélection du terme.  

1. Récit officiel de la naissance de « l’agro-écologie »

Acte de naissance

Selon la communication officielle, l’AE a un double acte de naissance :

  • institutionnel : le mot est employé pour la première fois publiquement lors d’une conférence nationale intitulée « Agricultures, produisons autrement » organisée au Conseil économique, social et environnemental (CESE), à Paris, le 18 décembre 2012. L’objectif présenté est de « faire de la France le leader de l’AE en Europe »
  • réglementaire : l’AE est définie par la loi d’avenir sur l’agriculture, l’alimentation et la forêt (LAAF), définitivement adoptée le 13 octobre 2013.
Le Foll géniteur

Cette naissance renvoie au contexte politique de la nomination de Stéphane Le Foll au ministère de l’agriculture, suite à l’élection de François Hollande en juin 2012.  Davantage que l’œuvre d’un ministère, les discours mettent en avant le projet de Le Foll, figure du décideur héroïque:

  • Grâce à sa connaissance, éprouvée de longue date, des mondes agricoles, et à son ambition réformatrice :

    « Il connait très bien les mondes agricoles depuis qu’il est tout petit ! Il a fait des études agro-alimentaires,  au PS c’est ça qu’il suivait. Donc à un moment donné il a voulu, voir comment on pouvait rendre l’agriculture plus durable, c’était ça son objectif ». Directeur scientifique agriculture de l’Inra

  • Grâce à sa capacité à se nourrir des expériences de terrain, à s’inspirer des « pionniers », en allant au-delà des propositions issues du seul secteur scientifique

    « Il faisait son petit tour de France,  « j’ai vu des agriculteurs qui font ça ça ça, c’est incroyable », vraiment c’était lui qui allait, qui a mis à l’agenda, c’est pas des chercheurs de l’Inra ». Directeur de cabinet de Stéphane Le Foll

La « double performance économique et environnementale »

Cette focalisation univoque des discours sur le rôle de Stéphane Le Foll tend à occulter et invisibiliser le processus de sélection de  l’agro-écologie. Etudier plus en détail des archives des documents de communication révèle par exemple qu’avant de parler d’agro-écologie, la première terminologie utilisée était celle de « double performance économique et environnementale ».

[Discussion]

Comment est-on passé d’un projet de « double performance économique et environnementale » à un cadrage spécifique autour de l’agro-écologie ?

2. Retour sur le processus de sélection de l’agro-écologie 

Revenir sur la trajectoire personnelle du futur ministre permet de mieux comprendre les origines du projet de réforme, qui s’est décliné d’abord autour de la double performance, puis de l’agro-écologie. Cela mène à revenir sur la circulation d’une batterie de concepts d’une certaine idée de réforme de l’agriculture.

Think thank et autres lieux de socialisation 

Stéphane Le foll, eurodéputé et membre au parlement européen de la commission de l’agriculture et des affaires rurales, lance en 2006 avec Edgar Pisani, ancien ministre de l’agriculture sous De Gaulle, le groupe Saint Germain. Le groupe fait office de Think thank, menant des réflexions sur la PAC, favorisant les rencontres, échanges et circulations d’idées diverses. S’y retrouvent notamment responsables syndicaux, hauts fonctionnaires, agronomes, sociologues multi-positionnés…

Les précédents : circulation de concepts d’intensification écologique

L’intensification écologique repose sur une idée de synthèse entre impératifs de productivité et de préservation de l’environnement. Portée en France notamment par l’agronome Michel Griffon depuis le début des années 2000, le concept s’inscrit dans une trajectoire de continuité avec la « révolution doublement verte » du scientifique britannique Conway proposant elle-aussi de répondre à la tâche de nourrir les hommes tout en préservant l’environnement.  L’idée est notamment d’utiliser les fonctionnalités naturelles et les processus biologiques et écologiques des écosystèmes de manière intensive,afin de produire sans utiliser d’intrants en maintenant des niveaux élevés de rendements (Griffon, 2006).  Le concept est publicisé au sein de l’Association pour l’agriculture écologiquement intensive, créée sous l’impulsion de Michel Griffon, et relayé notamment au sein du groupe Saint Germain

« Le terme d’agro-écologie n’était pas présent au début. C’était le terme d’agriculture écologiquement intensive, qui venait de Michel Griffon, venu plusieurs fois au groupe Saint Germain ».  Bertrand Hervieu, sociologue, Vice-président du CGAAER

Dans la même veine, l’agriculture de conservation est également présentée comme une proposition concrète permettant de résoudre les problèmes de compétitivité et d’externalités négatives de l’agriculture.

« On parle aussi, et là c’est très important, c’est plus agronomique, c’est moins politique, d’agriculture de conservation et les techniques minimales et les techniques simplifiées de conservation des sols etc.,.  Alors il le fait pas [S. Le Foll]simplement sur une base théorique idéologique ou politique, mais aussi parce qu’il a beaucoup fréquenté des agriculteurs engagés dans ces techniques de conservation des sols ». Directeur de cabinet de Stéphane Le Foll

[Discussion] A quoi correspondent les Techniques sans labour ?

« Les TSL recouvrent une grande diversité de pratiques techniques, habituellement agrégées en deux grandes « familles »: les techniques culturales simplifiées (TCS) et le semis direct (SD). Les premières consistent à remplacer le labour par des opérations de travail du sol superficiel, sans retourner les horizons pédologiques comme le ferait un labour. La seconde consiste à ne réaliser aucun travail du sol, même superficiel, en se contentant de réaliser un semis permettant d’implanter directement, comme son nom l’indique, les graines des cultures dans le sol. » (Goulet et Vinck, 2012 : 199).

Une certaine vision de l’agriculture

Si l’on met surtout en avant les dimensions techniques de l’intensification écologique (ou de l’agriculture de conservation, qui pourrait être interprétée comme l’une des déclinaisons possibles de l’intensification écologique), elle est également porteuse d’un projet politique pour l’agriculture.  Les travaux de Frédéric Goulet (2012), ont montré comment les promoteurs de l’agriculture écologiquement intensive ou de l’agriculture de conservation ont su fédérer autour d’eux un large panel d’acteurs, y compris ceux associés à des modèle d’agriculture dominants, notamment par la mise en avant d’impératifs de productivité ou la prise de distance critique vis-à-vis de l’agriculture biologique. Les discours entretenant des approches plus « agronomiques », « techniques », ou « pratiques », ou la valorisation de ces concepts s’appuyant sur des « systèmes complexes », ont aussi participé à invisibiliser certaines de leurs caractéristiques plus controversables. Notamment, l’utilisation d’intrants chimiques dans le cas de l’agriculture de conservation, ou encore les liens entre les collectifs de promoteurs de ces techniques et des firmes d’agrofourniture.

Il faut donc évoquer les précédents à l’agro-écologie ministérielle: ces concepts qui ont été donnés à connaitre à Stéphane Le Foll et un certain pan du monde agricole français, pour qui le Groupe Saint germain a dû être une instance d’échange parmi d’autres.

3. Le surgissement du mot comme bricolage communicationnel

Le retour sur les préalables à l’AE n’explique pas le surgissement du mot. Comme il n’existe pas d’explication officielle à cette apparition, nous proposons ici une lecture d’extraits d’entretiens, réalisés avec différents acteurs, qui apportent des éléments de compréhension:

Extrait 1: « Un jour, il [Le Foll] a décidé d’appeler ça agro-écologie, pour la petite histoire il est allé… il est de Dinan, il est Breton en fait, et il est allé à un truc dans le Finistère le week end, et il est allé à Rennes là ou il y a Griffon et l’agriculture écologiquement intensive. Et il s’est dit ça va pas passer parce qu’il y a « intensive« , ils ont changé de nom, voilà ».

 Extrait 2: « Il a dû en parler dans un premier temps à un conseil des ministres […] Notre ministre intervient pour dire qu’il a bien l’intention de faire bouger le secteur agricole, qu’il prépare un projet de loi d’avenir et que une de ses priorités c’est d’aller vers la double performance de l’agriculture et je crois qu’il parle à ce moment là d’agro-écologie. Il l’évoque pour une forme de paraphrase ou de synthèse, il dit « […] la France, on a moyen, si on se mobilise bien, avec nos pionniers, avec notre réseau de recherche agronomique, d’être un peu les pionniers de l’agro-écologie en Europe ». Et ça produit son petit effet forcément sur les autres ministres parce que c’est pas forcément connu… Lors du débrifieng je dis « Agro-écologie, tu l’as présenté plutôt en agro-écologie ou en agriculture écologiquement intensive ? » Il dit « c’est une contraction, c’est quand même plus simple à expliquer […] Il a bien vu le problème en fait,  on l’a bien vu tous les deux tout de suite. On… gagne en compréhension du public en simplicité du message, on prend un petit risque de crispation vis-à-vis des milieux professionnels et des syndicats, qui vivent très bien avec l’idée de la double performance économique et environnementale, et ils avaient pas trop moufté. Là quand ils vont entendre parler d’agro-écologie ça va être plus tendu… »

L’important n’est pas tant ici de s’assurer de la véracité des propos tenus par les acteurs. Deux analyses peuvent être tirées des discours des enquêtés:  tout d’abord, le bricolage dont résulte finalement la décision politique, dont toute la trajectoire antécédente – pas même la récente publicisation par l’Inra- ne semble pas être prise en compte par M. Le Foll. Ensuite, le motif du choix du mot, qui semble être tourné vers un impératif de compréhension pour le grand public. Les deux récits mettent également  en lumière la tension autour de la notion « d’intensification », qui est bien celle derrière laquelle se range le ministre.

Auteures: Clara Jolly, Jessica Thomas, Marie Aureille et Jeanne Pahun

Informations tirées du mémoire de master 2 de Clara Jolly

Bibliographie

Bellon S. et Ollivier G., 2011. L’agroécologie en France : une notion émergente entre radicalité utopique et verdissement des institutions. in Albaladejo C. (ed.), Séminaire « Actividad agropecuaria y desarrollo sustentable: que nuevos paradigmas para una agricultura “agroecologica”? », Buenos Aeres, 31/03-01/04/2011, pp. 27

Bellon Stéphane, Ollivier Guillaume, 2013. «Dynamiques paradigmatiques des agricultures écologisées dans les communautés scientifiques internationales», Natures Sciences Sociétés, Vol. 21: 166-181.

Goulet Frédéric, 2012 « La notion d’intensification écologique et son succès auprès d’un certain monde agricole français : une radiographie critique » Courrier de l’environnement de l’Inra, n°62, p.19-30

Goulet Frédéric et Vinck Dominique, 2012 « L’innovation par retrait. Contribution à une sociologie du détachement », Revue française de sociologie, N° 532, p. 195-224.

Bruno Villalba (dir.), 2009, Appropriations du développement durable. Emergences, diffusions, traductions, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion

Wezel A. et al., 2011, « Agroecology as a Science, a Movement and a Practice » dans Sustainable Agriculture Volume 2, s.l., Springer Netherlands, p. 27‑43.

Quelle Agroécologie le ministère de l’agriculture donne-t-il à voir ?

Petite introduction à l’agroécologie portée par le ministère de l’agriculture français :

  1. Mise à l’agenda et visibilité de l’agroécologie

L’AE est présentée à la fois comme :

  • une manière de concilier les enjeux économiques, environnementaux et sociaux, dans des pratiques agricoles « triplement performante »
  • un ensemble d’évolutions techniques visant à préserver les ressources
  • une évolution de l’organisation du travail, avec l’accent mis sur les dynamiques collectives
  • une contribution à la lutte contre le changement climatique
  • une évolution des modes de pensée et de mobilisation des connaissances

Les fondamentaux de l'agro-écologie

[ Discussion ]

La présentation d’une liste de pratiques « exemplaires » pour la transition agroécologique, constitue une forme de cadrage du concept d’AE, différente de celle portée par les militants de l’AE qui souhaitent éviter la liste de pratiques pour mettre en avant une approche plus holistique des changements systémiques à engager pour la transition.

Questions ouvertes

Quelle filiation avec le concept initial de l’AE tel qu’il est défendu par des mouvements paysans et des théoriciens engagés dans la promotion d’une AE contestatrice du modèle de développement agricole productiviste ?

Peut-on parler d’une traduction et d’une intégration d’idées alternatives pour redessiner une AE afin de porter une orientation politique consensuelle et intégrante ?

Quelques hypothèses sur les transformations du concept d’AE au cours de son institutionnalisation :

  • Passage de la revalorisation des savoirs paysans… à la mobilisation de nouveaux champs de connaissances par les professionnels du développement agricole
  • Passage du partage d’un savoir au sein d’une communauté paysanne… aux interactions au sein d’un projet collectif innovant
  • Passage du maintien de pratiques « traditionnelles »… à la valorisation d’interactions et de cycles naturels grâce à des connaissances co-construites entre tradition et innovation
  • Influence de l’agenda de la lutte contre le changement climatique dans l’évolution de l’AE

Quelle critique de cette démarche par des acteurs du développement agricole ?

  • Des associations et des syndicats dénoncent le risque d’une récupération politique
  • La Confédération paysanne affirme que l’AE ne peut pas être une liste de pratiques, qu’elle porte une dimension politique et sociale forte que le ministère tend à atténuer.

2. Les « choix » constitutifs d’une agroécologie institutionnalisée : l’exemple du soutien à l’agriculture de conservation ou à la méthanisation

Une analyse des pages du site du ministère de l’agriculture (MAAF) autour de l’AE permet de voir que le ministère déploie des efforts conséquents pour communiquer sur l’AE. Il s’agit de rendre visible une orientation politique, de représenter une impulsion portée par le ministère.

On constate d’une part une entreprise de vulgarisation des concepts, des enjeux et des solutions appréhendés par le MAAF. Elle passe notamment à travers de nombreuses « infographies ». Le style choisi permet une représentation accessible des points clés identifiés par le ministère. Sans tomber dans la critique d’une représentation simplificatrice des enjeux, il est tout de même intéressant de questionner ce qui est rendu visible, et de ce qui reste invisible à travers ces infographies.

L'agriculture de conservation

L’une des infographies proposée présente l’agriculture de conservation. Ce choix en lui-même n’est pas anodin. L’agriculture de conservation est régulièrement mise en avant par le Ministre comme un exemple de démarche agroécologique. D’autre part le contenu del’infographie lui-même pose question. La controverse autour de l’utilisation du glyphosate n’est pas mentionnée, or l’une des critiques principale des techniques d’agriculture de conservation est que certains agriculteurs ne parviennent pas à réduire de manière significative les quantités d’herbicides utilisées.

Les travaux de Frédéric Goulet sur les techniques sans labour sont particulièrement éclairants (Goulet, 2008).

Concernant l’infographie représentant la méthanisation, elle témoigne là aussi d’une pratique que le ministère a décidé d’associer à l’AE. Ce choix est contesté par certains acteurs (associations de développement de pratiques agroécologiques, article 1 image 3professionnels alternatifs) inquiets des conséquences d’un recours massif à la méthanisation sans une remise en cause plus profonde de la gestion intensive de l’élevage.

A travers la mise en avant de pratiques, le ministère réalise un cadrage de l’AE qu’il soutient. Il participe à définir le champ des possibles. Bien que cela n’apparaisse pas toujours de manière explicite, notamment en raison des justifications techno-scientifiques apportées, ces choix « techniques » ont bien un caractère politique, puisqu’ils induisent le soutien à certains types de modèles agricoles.

Questions ouvertes

Mais est-ce que la réorientation de politiques publiques ne passe pas nécessairement par l’affichage d’un certain nombre de cadrages, de définitions, et de choix de pratiques encouragées ?

[ Discussion ] Le sociologue Yannick Rumpala explique le succès du concept développement durable, par la plasticité du terme qui permet à des acteurs très divers de l’utiliser :

« Les multiples investissements dans la thématique du « développement durable» aboutissent en effet à un tissage narratif qui prend une forme englobante, voire totalisante, et qui peut ainsi venir expliquer et ordonner la compréhension et l’expérience du monde tel qu’il évolue. Ressource potentielle pour l’interprétation comme pour l’argumentation, cet assemblage semble pouvoir fournir un cadre de référence transcendant aux acteurs intéressés. » (Rumpala, 2010 :112).

Si certains acteurs dénoncent la récupération du concept par les acteurs dominants du système capitaliste et le fait qu’il soit vide de sens, il est important de souligner que la consécration du « développement durable » dans les instances internationales et nationales à partir des années 90, amène à la diffusion de schémas d’appréhension renouvelés parmi les différentes échelles de gouvernement (au niveau de l’Union Européenne, au niveau national comme dans l’action publique territoriale).

On peut supposer que le concept d’agroécologie suive une trajectoire similaire dans la mesure où le terme est suffisamment flou pour être approprié par des acteurs très différents. On ne peut donc pas dire que l’adoption de l’agroécologie par le MAAF soit une simple « récupération » du terme car l’adoption de celui-ci entraine nécessairement de nouveaux cadrage et des justifications même s’il ne s’agit pas d’une rupture substantielle avec les modes de productions issus de la Révolution Verte.

Une réflexion sur l’intégration de la critique est menée par Boltanski et Chiapello dans leur ouvrage « Le Nouvel Esprit du Capitalisme » (1999).

[ Discussion ] Réflexion sur les contrastes entre « méthanisation » et « biodigesteurs », une illustration de différentes versions de l’AE en fonction des contextes et des acteurs ?

Au Méxique et à Cuba, on ne parle pas de « méthanisation » mais de « biodigestores » qui sont des installations artisanales visant à créer du gaz à partir des quelques animaux présents sur la ferme. Les biodigesteurs sont en général des auto-constructions, pensés pour l’auto-consommation et l’indépendance énergétique de la ferme. Le biodigesteur à Cuba, pour ceux qui promeuvent la permaculture ou l’agroécologie, est un incontournable dans la mise en place de « systèmes » autonomes. Les proportions ne sont et pas du tout les mêmes que celles des projets de méthanisation français.

Un point attirant notre attention à la lumière de ces comparaisons est l’enjeu de la taille des projets de développement agricole. Hors l’AE du gouvernement aborde peu la question de la réduction de la taille des exploitations, ou de l’installation de davantage d’agriculteurs sur des exploitations plus petites.

3. Une climatisation de l’agroécologie ?

Autre infographie révélatrice : celle concernant le changement climatique. Elle témoigne d’un autre cadrage, contextuel celui-ci. L’agenda politique et scientifique de la lutte contre le changement climatique est depuis plusieurs années particulièrement dynamique. Le ministère affiche les impacts du CC sur l’agriculture. Une partie des politiques agricoles viennent désormais renforcer le positionnement du ministère sur la question de la lutte contre le CC. Certains chercheurs ayant suivi les négociations de la COP21 ont ainsi évoqué une « climatisation du monde », notamment visible dans la manière de traiter des thématiques relative à l’agriculture. Jean Foyer analyse comment l’agroécologie est légitimée par des institutions internationales en tant que solution pour parer au changement climatique (Foyer, 2016).

article 1 image 4Dans ce contexte, le ministère tente de répondre aux accusations qui pointent l’agriculture comme un secteur contribuant à l’aggravation du changement climatique. Pour surmonter l’image d’un « agriculteur pollueur », le MAAF met l’accent sur le rôle positif que l’agriculture pourrait jouer dans la lutte contre le changement climatique. L’initiative du 4/1000 engagée par le MAAF est l’une des manifestations de cette réorientation forte des thématiques agricoles, vers les enjeux de gestion climatique.

article 1 image 5

4. Rendre l’agroécologie « concrète »

Autre élément qui nous paraît significatif en parcourant les pages du site du MAAF : la volonté de montrer que l’AE peut se concrétiser. Il s’agit de montrer que cet horizon est atteignable, que des réalisations sont en cours, et que les transformations sont déjà engagées. Cela passe notamment par une communication sur des initiatives d’agriculteurs, qualifiés de « pionniers ». Il semble que le MAAF tente de rendre l’orientation politique crédible à travers le recours à des témoignages d’expériences. Cette personnalisation des acteurs de l’agroécologie pourrait notamment viser à anticiper des réticences éventuelles de la profession.

Il est intéressant de réfléchir à cette figure de « l’agriculteur pionnier ». Il y a quelques années des agriculteurs engagés dans des pratiques similaires auraient été qualifiés de « marginaux ». Des pratiques alternatives sont désormais mises sur le devant de la scène pour convaincre d’autres professionnels, plus réticents à s’engager dans l’écologisation de leurs pratiques. Le passage à l’action est encouragé par cette exemplarité créée au niveau politique. Ici c’est l’innovation de terrain et l’engagement volontaire des professionnels qui est mis en récit, et en image pour attester de la possibilité d’intégrer les enjeux environnementaux aux choix des pratiques sans nuire à la viabilité des exploitations.

Ces nouveaux héros qui rendent l’AE possible…

article 1 image 6article 1 image 7

 

Questions ouvertes

 Que pensez de cette « intégration de la critique » et de cette publicisation d’initiatives ayant longtemps affrontées un système de développement et des politiques agricoles productivistes ?

[ Discussion ]

D’un côté on a des objectifs chiffrés précis à l’échelle de la France (comme dans le cadre d’Ecophyto 2018 qui vise (visait ?) à réduire de 50% l’usage des pesticides d’ici 2018) voire de la planète (dans le cas du 4 pour 1000), et de l’autre des témoignages et des initiatives local, d’individus à l’échelle de l’exploitation.

Entre ce niveau macro (national voire planétaire) et ce niveau micro (l’exploitation), il y a un vide : il n’y a pas vraiment de plans (à part des initiatives au niveau territorial ou régional) pour mener cette transition… on encourage surtout des « bonnes pratiques » sur la base du volontariat. On ne montre pas comment on passe des petites initiatives individuelles aux résultats chiffrés à l’échelle nationale ou mondiale. C’est à ce niveau-là que les critiques se font les plus vives et où ont émergé de nombreuses propositions: au niveau théorique certains auteurs proposent d’aborder les problèmes de production agricole, de commercialisation, et de consommation conjointement par l’étude des « systèmes alimentaires ».

En France, le cabinet de conseil Solagro a produit un scénario « Afterres 2050 », qui propose un certain nombre de mesures concrètes pour que la France soit capable de nourrir sa population de manière « durable » d’ici à 2050. La notion de souveraineté alimentaire de la Via Campesina va également dans ce sens-là.

Auteures: Jessica Thomas & Marie Aureille, Clara Jolly, Jeanne Pahun

Bibliographie

BOLTANSKI Luc, CHIAPELLO Eve, « Le Nouvel esprit du capitalisme », Gallimard, 1999.

GOULET Frédéric, « Des tensions épistémiques et professionnelles en agriculture. Dynamiques autour des techniques sans labour et de leur évaluation environnementale », Revus d’anthropologie des connaissances, 2008/2 (n°2)

RUMPALA Yannick, « « Développement durable »: du récit d’un projet commun à une nouvelle forme de futurisme? », A contrario, 2010/2 (n° 14), p. 111-132.

RUMPALA Yannick, « De l’objectif de « développement durable » à la gouvernementalisation du changement. Expressions et effets d’une préoccupation institutionnelle renouvelée en France etdans l’Union européenne », Politique européenne 2011/1 (n° 33), p. 119-153.

Sites consultés :

http://agriculture.gouv.fr/

http://climacop.hypotheses.org/